Église Sainte-Trinité, Saint-Georges, collège de Jésuites

Désignation

Dénomination de l'édifice

Église, collège

Genre du destinataire

De clercs réguliers de la compagnie de Jésus

Vocable - pour les édifices cultuels

Sainte-Trinité ; Saint-Georges

Destination actuelle de l'édifice

Église paroissiale ; lycée d'enseignement professionnel

Titre courant

Église Sainte-Trinité, Saint-Georges, collège de Jésuites

Localisation

Localisation

Alsace ; Bas-Rhin (67) ; Molsheim ; rue Notre-Dame

Aire d'étude pour le domaine Inventaire

Molsheim

Adresse de l'édifice

Notre-Dame (rue)

Références cadastrales

1990 5

Milieu d'implantation pour le domaine Inventaire

En ville

Partie constituante non étudiée

Communs

Historique

Siècle de la campagne principale de construction

1er quart 17e siècle, 3e quart 18e siècle, 1ère moitié 19e siècle

Année(s) de(s) campagne(s) de construction

1618, 1755, 1846

Description historique

En 1316 l'évêque Jean de Dirpheim fonda l'hospice et la chapelle Sainte-Marie. Il y sera inhumé en 1328. Les bâtiments furent donnés aux jésuites appelés à Molsheim, en 1580, par l'évêque Jean de Manderscheid, principal instigateur de la Contre-Réforme en Alsace. Le corps de logis et les bâtiments du collège furent construits de 1605 à 1606 et furent agrandis et achevés en 1612. En 1614, le prince-évêque, Léopold d'Autriche, décida la construction de l'église actuelle à la place de l'ancienne chapelle de l'hospice dont subsiste en place un vestige de pilier mouluré, une clé de voûte réutilisée et la dalle funéraire de Jean de Dirpheim. L'architecte badois Christophe Wamser fut chargé du projet et de la construction qui débuta en 1615, fut achevée et bénie en 1617. L'église fut consacrée le 26 août 1618 à la Trinité, à la Vierge, à saint Augustin, à saint Materne et aux saints de la Légion thébaine. L'église était entièrement peinte mais du décor primitif ne subsistent que peu de vestiges. Les bras du transept aménagés en chapelles, dédiées à la Vierge, au sud, et à Ignace de Loyola, au nord, furent ornés de peintures et de nombreux stucs qui sont attribués au stucateur Jean Kuhn mais auxquels a peut-être aussi travaillé le stucateur Michael Castello cité dans les archives paroissiales de Molsheim en 1620 ; en 1618 y est cité le nom du sculpteur Johann Lang qui était très lié avec l'architecte et qui a probablement travaillé aux sculptures de l'église. En 1750-1751, les jésuites firent construire au nord de l'église, sur les plans de l'architecte strasbourgeois Raballiati, un bâtiment avec cave et logements pour séminaristes et pensionnaires. Le portique qui fermait le collège au nord ne figure plus sur le Pied-terrier de 1776. Lorsque la Compagnie de Jésus fut supprimée, en 1765, le collège des jésuites devint collège épiscopal. En 1791, l'église devint paroissiale sous le vocable de Saint-Georges, patron de l'ancienne paroissiale. A partir de 1804 et jusque vers 1815, le collège servit de résidence sénatoriale à Kellermann qui a sans doute fait détruire les ailes est et ouest qui ne figurent plus sur le cadastre de 1819 et qui a modernisé l'aile sud : nouvelles fenêtres, adjonction d'un étage, du balcon et des perrons. Le bâtiment nord, face à l'église, fut détruit à une date indéterminée, postérieure à 1819. l'ancien collège, appelé alors château, abrita de 1827 à 1834 la Petite Sorbonne, école supérieure de théologie ; il fut acquis en 1836 par les chanoinesses de saint Augustin qui le vendirent en 1953 à la ville de Molsheim. Des dépendances du collège, situées à l'ouest, subsiste en partie le bâtiment construit en 1755 par les jésuites ; selon l'inscription qui s'y trouve, il fut incendié en 1846 et restauré aussitôt ; le long bâtiment en retour, longeant la rue Notre-Dame, a été reconstruit à peu près sur le même plan, en 1837, pour accueillir l'école gratuite des chanoinesses.

Description

Matériaux du gros-œuvre

Grès, moellon, enduit

Description de l'élévation intérieure

3 vaisseaux, sous-sol, 2 étages carrés

Commentaire descriptif de l'édifice

Cf. Compléments d'information.

Technique du décor des immeubles par nature

Peinture, sculpture

Commentaires d'usage régional

Tribune,tour clocher,campanile,pignon à volutes,tourelle d'escalier

Protection

Date et niveau de protection de l'édifice

1939/04/25 : classé MH

Référence aux objets conservés

IM67009659, IM67009660, IM67009671, IM67009678, IM67009657, IM67009689, IM67009651, IM67009674, IM67009676, IM67009677, IM67009688, IM67009654, IM67009685, IM67009667, IM67009686, IM67009690, IM67009783, IM67009653, IM67009661, IM67009691, IM67009658, IM67009663, IM67009692, IM67009665, IM67009666, IM67009673, IM67009675, IM67009681, IM67009693, IM67009664, IM67009679, IM67009650, IM67009668, IM67009670, IM67009680, IM67009682, IM67009662, IM67009669, IM67009672, IM67009687, IM67009652, IM67009655, IM67009656

Intérêt de l'édifice

À signaler

Eléments remarquables dans l'édifice

Escalier

Références documentaires

Date de l'enquête ou du dernier récolement

1995

Date de rédaction de la notice

1995

Noms des rédacteurs de la notice et du dossier

Parent Brigitte, Fritsch Emmanuel

Cadre de l'étude

Inventaire préliminaire

Typologie du dossier

Dossier individuel

Adresse du dossier Inventaire

Région Alsace - Service de l'Inventaire du Patrimoine culturel Palais du Rhin - 2 Place de la République 67000 Strasbourg - 03.88.15.38.31

1/104
église du collège des jésuites, actuellement église paroissiale Saint-Georges et de la Trinité
église du collège des jésuites, actuellement église paroissiale Saint-Georges et de la Trinité
© Monuments historiques
Voir la notice image