Prieuré

Désignation

Dénomination de l'édifice

Prieuré

Genre du destinataire

De bénédictins

Vocable - pour les édifices cultuels

Saint-Domnin ; Saint-Sébastien

Titre courant

Prieuré

Localisation

Localisation

Rhône-Alpes ; Loire (42) ; Champdieu

Aire d'étude pour le domaine Inventaire

Montbrison

Lieu-dit

Bourg (le)

Références cadastrales

1809 D1 214, 798 à 809, 1999 AD 203 à 209, 211, 212, 214, 248, 257, 258

Milieu d'implantation pour le domaine Inventaire

En village

Historique

Siècle de la campagne principale de construction

2e moitié 11e siècle, 2e moitié 14e siècle

Siècle de campagne secondaire de consctruction

2e moitié 15e siècle

Auteur de l'édifice

maître d'oeuvre inconnu

Personnalités liées à l'histoire de l'édifice

Bâtie Pierre de La, prieur (commanditaire), Saint-Priest Antoine de, prieur (commanditaire)

Description historique

La fondation du prieuré bénédictin de Champdieu est placée par les historiens au 9e ou au 10e siècle (Carcel, 2004) , bien que la première mention fiable du <<I>>conventus Sancti Sebastiani de Candiaco<</I>> remonte à 1212 (charte du Forez n° 1319). Ce prieuré dépendait de l'abbaye de Manglieu (Puy-de-Dôme) , fondée dès le 7e siècle, dont il reprenait le vocable. Les parties les plus anciennes des bâtiments en élévation, la crypte de l'église et les façades des bâtiments conventuels, sont datées de la fin du 11e siècle. L'abbaye de Manglieu conservait depuis la fin du 9e siècle les reliques de saint Domnin (enfant martyr d'Avrillée, en Vendée) ; en 1143 ces reliques sont partagées entre la cathédrale du Puy-en-Velay et l'église de Champdieu, qui prend à ce moment, ou un peu avant, ce saint comme second vocable. L'arrivée des reliques de saint Domnin marque une phase de travaux importante pour le prieuré, avec en particulier l'achèvement des parties hautes de l'église. Dans le 3e quart du 14e siècle, dans le contexte troublé de la guerre de Cent ans et des bandes de mercenaires qui parcourent le Forez, le prieuré est fortifié par la surélévation des absides de l'église et l'adjonction de tourelles d'angles et de mâchicoulis sur les murs des bâtiments conventuels. A partir de la fin de la 1ère moitié du 15e siècle, le prieuré connaît une seconde campagne de travaux importants, menés par un prieur inconnu, probablement de la famille de La Perrière, puis les prieurs Pierre de la Bâtie (1450-1505) et Antoine de Saint-Priest (1505-1535). Ces travaux sont marqués par l'adjonction d'un clocher-porche et d'une chapelle à l'ouest de l'église, et par une restructuration des bâtiments conventuels, leur aménagement et leur décor, pour satisfaire aux nouvelles exigences de confort de la fin du Moyen Âge : grandes fenêtres à coussièges, larges escaliers en vis, cheminées monumentales. En 1695, le prieuré, qui ne compte plus que deux religieux, est réuni au séminaire Saint-Irénée de Lyon. A la Révolution, les bâtiments sont divisés en lots et vendus comme biens nationaux. L'église redevient paroissiale en 1808 ; elle est classée MH en 1886. A partir de 1910, la commune entreprend le rachat des bâtiments conventuels du prieuré, classé en 1914. D'importants travaux de restauration menés dans la 2e moitié du 20e siècle (en particulier la reconstruction de deux galeries du cloître) donnent aux bâtiments leur aspect actuel.

Description

Matériaux du gros-œuvre

Granite, moellon, moyen appareil

Matériaux de la couverture

Tuile creuse

Commentaire descriptif de l'édifice

Le prieuré se compose d'une église de plan cruciforme contre le flanc nord de laquelle est placé le cloître encadré de trois corps de bâtiments (l'aile est ayant été détruite). L'ensemble est construit en granite (moellon ou pierre de taille) et couvert en tuile creuse. Au sud de l'église s'étendait le cimetière (paroissial). Des dépendances agricoles complétaient l'enceinte monastique. Elles étaient situées au nord du cloître et à l'est. Au nord, le long de l'actuelle impasse du Prieuré, les documents de la fin du 17e siècle (AD Rhône, 8 G 48, 1688) décrivent la basse-cour du prieuré, comprenant une écurie partagée par un mur en pisé, avec dans le fond une étable à brebis, une écurie à chevaux, une écurie à vaches avec poulailler, le tout surmonté d'un grenier à foin, qui pourraient correspondre aux actuelles parcelles 1999 AD 206 à 209. Les parcelles suivantes, 1999 AD 211 et 212, seraient les trois pressoirs décrits comme étant dans le même corps de bâtiment que l'écurie du prieuré. Les parcelles 1999 AD 203 à 205 correspondraient à la grange édifiée en 1651 (AD Rhône, 8 G 76. 1651) , qui avait une communication avec la fenière de l'étable aux vaches, une porte donnant sur l'impasse du Château et une vers le jardin du prieuré. A l'est, derrière l'église, s'étendait le jardin du prieuré, clos d'un mur (refait en 1650) , accessible depuis le cloître et depuis la basse-cour. A gauche de l'entrée par le cloître courait une treille en berceau ; du côté de la basse cour, une petite allée menait à un pigeonner reconstruit en 1688 (les ruines de l'ancien subsistaient à côté) , de la vigne et des arbres fruitiers.

Protection

Date et niveau de protection de l'édifice

1914/04/18 : classé MH

Précision sur la protection de l'édifice

La fiche du domaine MH de la base Mérimée regroupe les deux édifices. Eglise : classement par arrêté du 12 juillet 1886 ; prieuré : classement par journal officiel du 18 avril 1914. Il y a une certaine confusion sur la portée du classement de 1886 : pour certains contemporains (Dulac) , elle englobe le prieuré, ce que semble confirmer le classement des peintures monumentale du réfectoire du prieuré, au titre immeuble, par le même arrêté que celui de l'église.

Référence aux objets conservés

IM42002048, IM42002043, IM42002044, IM42002051, IM42002045

Intérêt de l'édifice

À signaler

Statut juridique

Statut juridique du propriétaire

Propriété de la commune

Références documentaires

Date de l'enquête ou du dernier récolement

2003

Date de rédaction de la notice

2010

Noms des rédacteurs de la notice et du dossier

Guibaud Caroline

Cadre de l'étude

Inventaire topographique

Typologie du dossier

Dossier avec sous-dossier

Adresse du dossier Inventaire

Conseil régional de Rhône-Alpes - Service chargé de l'inventaire 6, Quai Saint-Vincent - 69001 Lyon - 04.72.00.43.70

1/10
Prieuré et église prieurale et paroissiale Saint-Sébastien et Saint-Domnin
Prieuré et église prieurale et paroissiale Saint-Sébastien et Saint-Domnin
© Inventaire général du patrimoine culturel, Région Rhône-Alpes
Voir la notice image