Église conventuelle de bénédictins puis chapelle du collège de Jésuites actuellement église paroissiale Saint-Clément

Désignation

Dénomination de l'édifice

Église

Genre du destinataire

De bénédictins

Précision sur la dénomination de l'édifice - hors lexique

Église conventuelle

Vocable - pour les édifices cultuels

Saint-Clément

Destination actuelle de l'édifice

Église paroissiale

Titre courant

Église conventuelle de bénédictins puis chapelle du collège de Jésuites actuellement église paroissiale Saint-Clément

Localisation

Localisation

Grand Est ; Moselle (57) ; Metz ; place Saint-Clément

Précision sur la localisation

Anciennement région de : Lorraine

Canton

Metz

Lieu-dit

Pontiffroy (quartier)

Adresse de l'édifice

Saint-Clément (place)

Références cadastrales

2009 07 303

Milieu d'implantation pour le domaine Inventaire

En ville

Nom de l'édifice

Abbaye de bénédictins Saint-Clément puis collège de Jésuites actuellement hôtel de région

Références de l'édifice de conservation

IA57002094

Historique

Siècle de la campagne principale de construction

4e quart 17e siècle, 1ère moitié 18e siècle

Année(s) de(s) campagne(s) de construction

1685, 1715, 1735

Commentaires concernant la datation

Porte la date

Commentaires concernant l'attribution de l'édifice

Attribution par source, attribution par travaux historiques

Personnalités liées à l'histoire de l'édifice

Reynel François (commanditaire)

Description historique

La construction de l'église abbatiale se place dans le cadre de la reconstruction totale des bâtiments conventuels engagée par l'abbé François Reynel (1662-1678). D'après les sources historiques, les travaux commencent en 1683 ; toutefois, seule la date de 1685 (portée sur la seconde culée de la nef côté nord et la 4e culée côté sud) , qui marque une interruption du chantier, permet de déduire le début de la construction par le choeur vers cette date. Elle est attribuée à l'architecte italien Jean Spinga (source historique : Tribout de Morembert) , alors que les documents d'archives connus à ce jour ne mentionnent le nom de Spingart qu'en 1699 pour "parachever le côté du bâtiment qui fait face au jardin" (=façade ouest des bâtiments conventuels). Le chantier de l'abbaye reprend au début du 18e siècle avec l'architecte Lapierre (dont on ignore la participation précise pour l'église) ; alors que la première pierre de la façade est posée en 1715 par l'évêque de Metz, Mgr de Coislin, seules 4 travées de la nef sont terminées en 1727, les autres n'étant élevées que jusqu'à la hauteur d'appui des vitraux. La construction prend fin par l'élévation de la façade en 1735-1737 par les architectes Louis (père et fils) et Louis Barlet et par la fermeture du parvis par un portail. Au lendemain de la Révolution, l'église et les bâtiments conventuels sont confisqués et affectés au ministère de la guerre. Les boiseries, les autels et les orgues sont vendus. Un séchoir de lits militaires y est installé de 1824 à 1857, date à laquelle la Compagnie de Jésus fait l'acquisition de l'ensemble des bâtiments afin d'y installer un collège. L'église est alors restaurée et réaménagée : le sol est abaissé de 30 cm, une nouvelle tribune des orgues est construite (IM57004537) , une tribune latérale est percée, un dortoir est aménagé dans les combles, de nouveaux vitraux (IM57004535) , autels (IM57004536) , chaire, confessionnaux et orgues y prennent place. L'église est bénite le 6 juin 1858 et consacrée en 1860. En 1872, suite à l'annexion allemande, les Jésuites sont expulsés et le collège fermé. L'église, tout comme une partie des bâtiments conventuels est alors louée à l'Ecole Normale d'instituteurs catholique jusqu'en 1911 puis à un collège d'enseignement catholique pour lesquels elle sert de chapelle. Le collège reprend possession des locaux durant l'Entre deux guerres. Durant la Seconde Guerre mondiale l'église sert d'entrepôt et un obus tombé derrière le chevet endommage les vitraux (seules deux verrières historiées sont épargnées). Le collège des jésuites se réinstalle dans les bâtiments à la fin du conflit, mais en 1966, un incendie détruit la toiture de la nef. 1971 : Réaffectation au culte. 1972 : classement en totalité au titre des Monuments historiques. A partir de 1972, le quartier est totalement restructuré, le portail du parvis, les immeubles appuyés sur le coté nord sont détruits, puis remplacés par de petites constructions à vocation commerciale. 1975 : réfection de la toiture avec une charpente métallique. 2001 : restauration intérieure (verrières, enduits, création d'un escalier métallique menant à la tribune).

Description

Matériaux du gros-œuvre

Calcaire, moyen appareil, bossage

Matériaux de la couverture

Ardoise

Typologie de plan

Plan allongé

Description de l'élévation intérieure

3 vaisseaux

Typologie du couvrement

Voûte d'arêtes

Partie d'élévation extérieure

Élévation à travées

Typologie de couverture

Toit à longs pans, croupe

Emplacement, forme et structure de l’escalier

Escalier dans-oeuvre : escalier tournant, en charpente métallique

Commentaire descriptif de l'édifice

Eglise-halle, à trois vaisseaux de 8 travées et chevet pentagonal. 2 tours dans-oeuvre sur les dernières travées des collatéraux. Façade à 2 niveaux d'ordre corinthien et 3 travées : au 1er niveau, le portail central, encadré de pilastres est surmonté d'un riche décor : frise de motifs floraux et géométriques, fronton curviligne portant le symbole christique IHS, décor réticulé et végétal ; les portes latérales sont surmontées de niches à coquilles encadrées d'un décor végétal ; au 2e niveau, la travée centrale est percée d'un large oculus ovale au remplage en marguerite (16 formes) , les travées latérales sont ornées de niches à coquilles amorties d'un fronton triangulaire (qui les différencie des niches du 1er niveau). La travée axiale est surmontée d'un fronton curviligne dont on distingue les traces d'un décor disparu en forme de coquille et amorti de pots à feu ; les travées latérales sont surmontées d'une balustrade à clôture ajourée en cercles, terminé par un mur d'appui avec pot à feu. La nef (hauteur approximative : 17 mètres) est séparée des collatéraux par des colonnes à chapiteaux composites (IM57004538) ; le départ des arcs (doubleaux et ogives) en pénétration se fait au-dessus des tailloirs des chapiteaux qui, de ce fait, n'ont pas de fonction structurelle. Les voûtes quadripartites de la nef comme des collatéraux sont ornées de clés pendantes en forme de boutons floraux tous différents (IM57004538). Les baies en arc brisé des collatéraux sont composées de trois lancettes, celle du chœur de deux, tandis que celles de l'extrémité orientale de quatre. Chaque baie se termine par un réseau aux formes différentes. Certaines sont ornées de verrières historiées (IM57004535). La première travée est occupée par la tribune qui porte l'orgue (IM570037) et est éclairée par une rose de forme elliptique.

Technique du décor des immeubles par nature

Sculpture, vitrail

Indexation iconographique normalisée

Ornement à forme végétale ; ornement à forme géométrique ; fleur ; fronton ; billette ; entrelacs ; ordre composite ; ordre antique : superposition ; IHS ; pot à feu

Commentaires d'usage régional

Église-halle

Protection et label

Date et niveau de protection de l'édifice

1972/11/02 : classé MH

Précision sur la protection de l'édifice

Église en totalité

Nature de l'acte de protection

Arrêté

Référence aux objets conservés

IM57004535, IM57004817, IM57004536, IM57004537, IM57004996, IM57004538, IM57004818, IM57004819

Intérêt de l'édifice

À signaler

Statut juridique

Statut juridique du propriétaire

Propriété de la commune

Références documentaires

Date de l'enquête ou du dernier récolement

2009

Date de rédaction de la notice

2009

Noms des rédacteurs de la notice et du dossier

Henry Jean-Yves, Tronquart Martine

Cadre de l'étude

Opération ponctuelle

Typologie du dossier

Sous-dossier

Adresse du dossier Inventaire

Conseil régional de Lorraine - service régional de l'inventaire général
Hôtel Ferraris - 29, rue du Haut Bourgeois 54000 Nancy - 03.83.32.90.63

1/56
église conventuelle de bénédictins puis chapelle du collège de Jésuites actuellement église paroissiale Saint-Clément
église conventuelle de bénédictins puis chapelle du collège de Jésuites actuellement église paroissiale Saint-Clément
© Région Lorraine - Inventaire général
Voir la notice image