Église paroissiale Saint-Amans

Désignation

Dénomination de l'édifice

Église paroissiale

Vocable - pour les édifices cultuels

Saint-Amans

Titre courant

Église paroissiale Saint-Amans

Localisation

Localisation

Occitanie ; Ariège (09) ; Saint-Amans

Aire d'étude pour le domaine Inventaire

Communauté de communes du Pays de Pamiers

Canton

Pamiers-ouest

Références cadastrales

1988 A 133

Milieu d'implantation pour le domaine Inventaire

En village

Historique

Siècle de la campagne principale de construction

13e siècle (?), 18e siècle (?), 3e quart 19e siècle

Siècle de campagne secondaire de consctruction

4e quart 19e siècle, 1er quart 20e siècle

Année(s) de(s) campagne(s) de construction

1866, 1915

Commentaires concernant la datation

Daté par source

Commentaires concernant l'attribution de l'édifice

Attribution par source

Description historique

La première mention de l'église remonte à 1263. En 1375, l'église est attestée comme étant une annexe de la paroisse d'Unzent. L'habitat du village est regroupé autour de l'église. Un réseau de routes venant des villages voisins converge vers le chef lieu constituant ainsi un important carrefour où se dresse l'église saint-Amans. Le village présente un plan quadrangulaire dont l'agencement des parcelles laisse supposer qu'il était autrefois fortifié. Les maisons ainsi que l'église pourraient avoir participé directement à cette fortification. Les élévations, en particulier l'élévation sud montrent plusieurs campagnes de construction qui laissent à penser que l'édifice était existant avec des dispositions assez semblables au moins au 18e siècle. Le 14 mai 1865, l'architecte Guillaume Aurignac fait un rapport assorti de devis et de plans concernant les travaux de restauration, d'agrandissement et de consolidation de l'église. Le montant s'élève à 5027,23 francs. En 1866, des travaux de reconstruction du clocher et d'agrandissement sont entrepris par l'architecte Aurignac puis par Pierre Izac. La façade occidentale supportant le clocher est reconstruite, l'agrandissement est réalisé par le prolongement des murs de la nef avec une maçonnerie ordinaire (gros moellons de roche). Le 13 janvier 1867, il est fait mention de l'approbation du décompte des travaux. Des travaux ont lieu en 1886, date portée sur le dallage en ciment à l'entrée de la nef. En 1915, de grosses réparations ont été nécessaires à la suite d'un orage violent survenu le 22 février (écroulement de la toiture et lézardes dans les murs), un mur d'épaulement est monté au départ du choeur, au nord, afin de consolider l'édifice. Le chantier est mené par M. Rambaud, architecte à Pamiers, M. Sans entrepreneur et les maçons et charpentiers Bernard Darnaud, Jean Clarac et Adrien Sans. Le devis du 10 avril est approuvé par le préfet le 8 mai 1915. Le montant des travaux s'élève à 1290 francs. Au début du 21e siècle, l'enduit de la façade Ouest est restauré et contrairement au reste de l'édifice, c'est un jointoiement qui est mis en oeuvre. Le cimetière n'est plus attenant à l'église (côté sud) depuis 1889, date de son déplacement à 200m, au sud de l'église.

Description

Matériaux du gros-œuvre

Calcaire, brique, moellon, enduit, enduit partiel

Matériaux de la couverture

Tuile creuse

Typologie de plan

Plan allongé

Description de l'élévation intérieure

1 vaisseau

Typologie de couverture

Toit à longs pans, croupe ronde, toit à deux pans

Emplacement, forme et structure de l’escalier

Escalier dans-oeuvre : escalier en vis, en charpente métallique

Commentaire descriptif de l'édifice

De plan simple, la nef est terminée par une abside semi-circulaire plus large légèrement orientée vers le sud-est. Elle est revêtue d'un enduit couvrant. Aux endroits décrépis, on aperçoit deux types de mise en oeuvre. Il s'agit d'un gros appareil régulier en pierre dans la partie la plus ancienne et une mise en oeuvre de moellons irréguliers dans la partie proche de la façade ouest reconstruite au 19e siècle. Une génoise à deux rangs de tuiles et de briques court sous le toit et se présente sous une forme altérée avec un seul rang de tuiles au niveau de la partie reconstruite. L'église est éclairée par des fenêtres plein cintre à encadrement en brique : trois fenêtres à l'abside et deux fenêtres sur chaque élévation de la nef. Le clocher-mur à arcades à trois baies a été bâti en brique. L'entrée est à l'ouest sous un porche plein cintre en brique. Une autre ouverture rectangulaire est ménagée dans le mur nord, elle est encadrée de brique et de pierre taillée. La nef est couverte d'un toit à longs pans, le choeur d'une croupe ronde, et la sacristie attenante à l'élévation sud du choeur d'un toit à deux pans. La tuile creuse a été mise en oeuvre sur l'ensemble des toitures. L'intérieur de la nef fait apparaître des murs sans relief et une absence de voûtement, la charpente est cachée par un faux plafond. Une petite tribune au revers de la façade occidentale est accessible par un escalier à vis dont la rampe est en fer. Le sol de la nef est couvert de dalles de ciment.

Technique du décor des immeubles par nature

Vitrail (étudié dans la base Palissy), ferronnerie

Indexation iconographique normalisée

Croix

Description de l'iconographie

Le clocher est surmonté d'une croix en fer forgé.

Commentaires d'usage régional

Clocher-mur

Protection

Référence aux objets conservés

IM09000414, IM09000422, IM09000416, IM09000412, IM09000407, IM09000421, IM09000408, IM09000415, IM09000410, IM09000417, IM09000420, IM09000418, IM09000413, IM09000411, IM09000419, IM09000929, IM09000430

Statut juridique

Statut juridique du propriétaire

Propriété de la commune

Références documentaires

Date de l'enquête ou du dernier récolement

2002

Date de rédaction de la notice

2004

Noms des rédacteurs de la notice et du dossier

Guiochon Xavier-Philippe, Claeys Laurent, Pradier Sandrine

Cadre de l'étude

Inventaire topographique

Typologie du dossier

Dossier individuel

église paroissiale Saint-Amans
église paroissiale Saint-Amans
(c) Inventaire général Région Occitanie
Voir la notice image