Ancienne cité ouvrière, dite Familistère Godin

Désignation

Dénomination de l'édifice

Cité ouvrière

Appelation d'usage

Familistère Godin

Titre courant

Ancienne cité ouvrière, dite Familistère Godin

Localisation

Localisation

Hauts-de-France ; Aisne (02) ; Guise ; rue André-Godin ; rue Sadi-Carnot ; allée des Peupliers

Aire d'étude pour le domaine Inventaire

Guise

Canton

Guise

Adresse de l'édifice

André-Godin (rue) ; Sadi-Carnot (rue) ; Peupliers (allée des)

Milieu d'implantation pour le domaine Inventaire

En ville

Partie constituante non étudiée

Jardin ouvrier

Nom de l'édifice

Ensemble industriel Godin

Références de l'édifice de conservation

IA02000888

Historique

Siècle de la campagne principale de construction

2e moitié 19e siècle

Siècle de campagne secondaire de consctruction

1er quart 20e siècle

Auteur de l'édifice

Calland Victor (?, architecte)

Commentaires concernant l'attribution de l'édifice

Attribution par source ; attribution par travaux historiques

Personnalités liées à l'histoire de l'édifice

Godin Jean-Baptiste André (personnage célèbre ; promoteur)

Description historique

Inspiré du Phalanstère de Fourier, le Familistère a été conçu par Godin, probablement avec les plans de l'architecte fouriériste Calland, pour offrir à ses employés et à leur famille des conditions de vie novatrices pour l'époque. En 1856, un jardin d'agrément est aménagé face à l'usine et les terrains de La rue des Prés sont acquis pour mener à bien le projet. Le Palais social est construit entre 1859 et 1879, suivi en 1882 et 1883 des pavillons Landrecies et Cambrai. Des bâtiments annexes abritent les équivalents de la richesse : économat, écoles et théâtre, buanderie, bains et piscine. A la disparition du fondateur en 1888, un monument à son effigie est érigé sur la place principale et son tombeau est élevé l'année suivante dans le jardin. L'ensemble est complété après la première guerre mondiale par le monument aux morts du Familistère. Comme l'usine, l'ensemble des espaces d'habitat et de services appartient dès 1880 à l'Association du Familistère, devenue Godin SA en 1968. Lors du rachat par le groupe Le Creuset l'année suivante, les logements sont vendus en copropriété. La Ville acquiert en 1971 l'école et le théâtre, en 1981 l'économat, le bâtiment d'hygiène et le kiosque, et en 1996 le jardin d'agrément. L'Association pour la Fondation J. B. A. Godin s'attache depuis 1989 à l'animation du site du Familistère pour lequel un projet de valorisation culturelle et touristique, nommé Utopia, est en cours d'étude.

Description

Commentaire descriptif de l'édifice

Dans une boucle de l'Oise, le site est organisé autour de la place ornée du monument de Godin. L'économat et le théâtre-école répondent avec la même régularité au Palais social, contribuant ainsi à modeler la belle ordonnance du site que devait achever, face à l'aile droite, un autre bâtiment d'industrie domestique, symétrique au précédent, qui n'a jamais vu le jour. De l'autre côté de l'Oise, au lieu-dit la Maladrerie, le bâtiment d'hygiène et le jardin d'agrément sont proches de la fonderie. Plus tardifs par rapport au projet d'ensemble, les pavillons Landrecies et Cambrai sont construits hors du site initial.

Protection et label

Date et niveau de protection de l'édifice

inscrit MH partiellement ; classé MH partiellement

Précision sur la protection de l'édifice

L'ensemble du site du Familistère est classé, à l'exception du jardin d'agrément (avec le tombeau de Godin) simplement inscrit, et des pavillons Cambrai et Landrecies et du monument aux morts, non protégés.

Intérêt de l'édifice

À signaler

Observations concernant la protection de l'édifice

Proche des réalisations paternalistes des grandes dynasties industrielles de la seconde moitié du 19e siècle, le Familistère Godin s'en distingue par la qualité architecturale et urbanistique de sa conception et les idées sociales novatrices qu'il véhicule, précurseur par là de certains ensembles audacieux de l'Entre-deux-guerres et les cités radieuses de Le Corbusier. L'intégralité du dossier est consultable au centre de documentation de l'Inventaire et du Patrimoine culturel.

Statut juridique

Statut juridique du propriétaire

Propriété privée

Références documentaires

Date de l'enquête ou du dernier récolement

1999

Date de rédaction de la notice

1999

Noms des rédacteurs de la notice et du dossier

Fournis Frédéric

Cadre de l'étude

Inventaire topographique (ville de Guise) ; patrimoine industriel

Typologie du dossier

Sous-dossier avec sous-dossier

Adresse du dossier Inventaire

Conseil régional Hauts-de-France - Service de l'Inventaire du patrimoine culturel 21 mail Albert-Ier 80000 Amiens

1/2