Château de Polleteins

Désignation

Dénomination de l'édifice

Château

Appelation d'usage

Château de Polleteins

Titre courant

Château de Polleteins

Localisation

Localisation

Auvergne-Rhône-Alpes ; Ain (01) ; Mionnay

Précision sur la localisation

Anciennement région de : Rhône-Alpes

Aire d'étude pour le domaine Inventaire

Reyrieux

Lieu-dit

Polletins

Références cadastrales

1819 A 171, 174, 1984 A 256 à 263, 251

Milieu d'implantation pour le domaine Inventaire

En écart

Partie constituante non étudiée

Puits, parc, étang

Références de l'édifice de conservation

IA01000281

Historique

Siècle de la campagne principale de construction

3e quart 19e siècle

Année(s) de(s) campagne(s) de construction

1873

Commentaires concernant la datation

Daté par travaux historiques

Auteur de l'édifice

Thoubillon Emile ; architecte

Commentaires concernant l'attribution de l'édifice

Attribution par travaux historiques

Personnalités liées à l'histoire de l'édifice

Rémond Tony (commanditaire)

Description historique

Après la démolition de la chapelle de la chartreuse de Polleteins en 1870, le nouveau propriétaire Tony Rémond se fit construire sur son emplacement une demeure de plaisance, qui prit le nom de château de Polleteins. Des matériaux de démolition de l'ancienne chapelle ont été remployés, au moins dans les substructures. En effet, dans une des voûtes d'arêtes de la cave, une pierre porte un fragment d'inscription gravée et la date 1654 ; une autre porte une marque lapidaire. Le château était achevé et habité en 1873 ; le chiffre T.R. était sculpté sur l'agrafe de la porte d'entrée. Le nom de l'architecte ne nous est pas parvenu, mais il est probable qu'il s'agisse du lyonnais Emile Thoubillon qui s'était intéressé à la chartreuse, dont il avait fait restituer le plan et les élévations ; de plus, il a construit l'église de Mionnay vers 1870. Au tout début du 20e siècle, le château entra dans la famille Ducôté, soyeux lyonnais, et y est resté jusqu'à la fin du siècle.

Description

Matériaux du gros-œuvre

Calcaire, moyen appareil, moellon, brique

Matériaux de la couverture

Ardoise, zinc en couverture

Typologie de plan

Plan symétrique

Description de l'élévation intérieure

Sous-sol, rez-de-chaussée, 1 étage carré, étage de comble

Typologie du couvrement

Voûte d'arêtes

Partie d'élévation extérieure

Élévation ordonnancée

Typologie de couverture

Toit à longs pans brisés, croupe

Emplacement, forme et structure de l’escalier

Escalier dans-oeuvre : escalier tournant à retours avec jour, en maçonnerie, suspendu

Couverts ou découverts du jardin de l'édifice

Massif d'arbres ; pelouse

Commentaire descriptif de l'édifice

Le château est édifié près des bâtiments de l'ancienne chartreuse, au sud ; il en est séparé seulement par un muret surmonté d'une grille, dans lequel est ménagé un portail de communication en fer. Ce portail ouvre sur la cour, sur laquelle donne la façade nord. La façade sud se tourne sur un parc arboré, qui contient un étang et un puits. Le bâtiment, de plan rectangulaire, est flanqué, côté parc, de deux pavillons latéraux formant avant-corps de part et d'autre de la façade sud, qui présente elle-même un léger avant-corps central ; l'avant-corps central se repète dans l'élévation nord. Sur solin en calcaire appareillé, le château est construit en moellon de calcaire (blanc et jaune) , avec avant-corps de la façade principale en moyen appareil de calcaire, tandis que les pavillons latéraux ont un parement de brique ; le solin, en deux registres, est en moyen appareil à la base et plus grand au-dessus. Les encadrements de baies et les éléments de décor d'architecture sont en pierre de taille, de même que les chaînes d'angle, appareillées en calcaire blanc. La toiture, à longs pans brisés et à croupes, est constituée du toit principal longitudinal, coupé d'un toit transversal plus haut, à versants à pente raide, qui couvre la partie centrale à avant-corps, et des deux toits des pavillons latéraux, de même hauteur que le toit central. La couverture est en ardoise pour les croupes, en zinc pour les parties supérieures, avec épis de faîtage en zinc. Les façades ordonnancées, de 5 travées au nord et 7 au sud, présentent 3 niveaux : un rez-de-chaussée légèrement surélevé, un étage noble et un étage de comble ; de plus, le solin de la façade côté cour est percé de soupiraux éclairant la cave. Un cordon en tore surmonte le solin et un bandeau d'étage sépare les niveaux ; une corniche moulurée couronne les élévations. Sur les deux façades, la porte d'entrée s'ouvre dans la travée axiale ; elle est surélevée par un perron à pans de 6 marches côté parc et un escalier à montées convergentes côté cour, sous lequel est ménagée la descente de cave. Les fenêtres sont en arc segmentaire très tendu au rez-de-chaussée, et rectangulaires à l'étage ; celles des pavillons sont rectangulaires, et jumelées dans les élévations latérales. Des oeils-de-boeuf sur le versant, à cadre de pierre et couverts de zinc, éclairent l'étage de comble ; ils sont à ailerons et coiffés d'un fronton cintré sur l'avant-corps postérieur et les pavillons, un chien-assis rectangulaire à fronton triangulaire couronne l'avant-corps central de la façade sur parc. Cette travée axiale est la plus ornée et présente une porte-fenêtre à l'étage. La distribution intérieure est symétrique. Le sous-sol renferme une cave couverte de voûtes d'arêtes en pierre et d'entrevous. La porte de façade sur parc ouvre sur un vestibule central qui distribue la salle à manger à gauche, la salle de billard à droite, la cage d'escalier à l'arrière, aussi large que le vestibule, qui distribue la cuisine (avec resserre et souillarde) à gauche et le salon à droite ; à côté de la salle à manger, l'office occupe le pavillon latéral, tandis que le pavillon est, accessible par l'extérieur, abrite une resserre à outils. Les pièces d'un même côté communiquent entre elles, les pièces de réception ont une cheminée en marbre et des plafonds stuqués. L'escalier, qui est accessible directement par la façade sur cour, est en pierre, tournant à retours et suspendu autour de la cage. Il distribue les chambres et sanitaires à l'étage. L'étage de comble est partiellement occupé par le grenier.

Technique du décor des immeubles par nature

Papier peint (étudié dans la base Palissy), ferronnerie, sculpture

Indexation iconographique normalisée

Cartouche ; chute ; perle ; rosace ; volute ; fronton ; coquille ; acanthe ; feuillage ; pomme de pin

Description de l'iconographie

Décor en façade sur jardin : grille du balcon du 1er étage à volutes en fer forgé. Balcon soutenu par des consoles en volutes perlées et feuilles d'acanthe, agrafe à enroulements et rosaces au-dessus de la porte d'entrée, clef de la porte-fenêtre de l'étage en volute perlée et feuille accostée de chutes de fruits, au-dessus des fenêtres, volutes feuillagées de part et d'autre d'une pomme de pin au rez-de-chaussée et d'une coquille à l'étage. Fronton cintré sur la porte-fenêtre de l'étage, sur les lucarnes des pavillons et celle de l'avant-corps nord, fronton triangulaire sur la lucarne de l'avant-corps sur jardin.

Protection et label

Référence aux objets conservés

IM01000865

Intérêt de l'édifice

À signaler

Statut juridique

Statut juridique du propriétaire

Propriété privée

Références documentaires

Date de l'enquête ou du dernier récolement

1988

Date de rédaction de la notice

2003

Noms des rédacteurs de la notice et du dossier

Jourdan Geneviève

Cadre de l'étude

Inventaire topographique

Typologie du dossier

Sous-dossier

Adresse du dossier Inventaire

Région Auvergne-Rhône-Alpes - Centre de documentation du patrimoine - 59 boulevard Léon Jouhaux - CS 90706 – 63050 Clermont-Ferrand CEDEX 2 - 04.73.31.84.88