Un Buveur

Identification du bien culturel

N°Inventaire

M.P.464

Domaine

peinture

Dénomination

tableau

Titre

Un Buveur

Précision auteur

CIPPER : Feldkirch, 1664 ; Milan, 1736

Ecole-pays

Italie

Anciennes attributions

Ancienne attribution : FLANDRES (XVIIE SIÈCLE) ; Ancienne attribution : ESPAGNE ; Ancienne attribution : LES FRÈRES LE NAIN ; Ancienne attribution : MICHELIN Jean ; Ancienne attribution : MURILLO Bartolomé Esteban

Matériaux - techniques

peinture à l'huile, toile

Mesures

Hauteur en cm 118.4 ; Largeur en cm 91.1

Précisions sujet représenté

Dans une pièce aux murs sombres, mal éclairée par une petite fenêtre, un homme est attablé : il a devant lui une carotte de tabac en partie hachée, un pain rond, quatre poissons sur le papier qui les enveloppait et un gros radis noir, dans sa main droite il tient une cruche de faïence blanche et dans la main gauche une pipe en terre blanche. Le personnage, agité et hilare, la bouche édentée, est coiffé d'un chapeau orné d'une plume et sa tenue est débraillée. Au premier plan, un chien assis dresse la tête. Les attributions extraordinairement variées qui ont été avancées pour ce tableau - écoles flamande et espagnole, les frères Le Nain, Jean Michelin (vers 1616 - 1670) et même Bartolomé Esteban Murillo (1618 - 1682) selon l'inventaire du musée - montrent assez l'embarras et la perplexité des critiques avant que ne soit proposé par Mayer en 1928, pour finalement s'imposer, le nom de Todeschini. Originaire d'Autriche (et non d'Allemagne comme son surnom - en italien tedesco signifie allemand - le laisserait supposer), installé à Milan dès la fin du XVIIe siècle, Todeschini est l'auteur de scènes de genre qu'il traite avec un 'réalisme intransigeant et âpre' (Gonse, 1900). Son répertoire, issu du monde rustique et populaire des campagnes et des villes, choisit pour décorer les cuisines des chaumières, les auberges ou les tavernes, il décline inlassablement, mais dans des formats plus amples, les thèmes si exploités par la peinture hollandaise et flamande, diffusées en Italie à partir du XVIIe siècle par nombre de peintres nordiques italianisés, dont le fameux Pieter van Laer (vers 1592 - vers 1642), dit le Bamboche, dont le surnom a servi à regrouper ces artistes sous le nom de bamboccianti. D'un tableau à l'autre, Cipper réutilise systématiquement les mêmes accessoires (pipe en terre, boule de pain, poissons salés, cruche en céramique, morceau de fromage, serviette...) qui constituent son attirail habituel, de la même manière, ses figures ou ses animaux sont répétés d'une toile à l'autre : ainsi le buveur de notre tableau est-il intégré sans modification importante dans les Joueurs de cartes du musée des Beaux-Arts de Reims, de même, le motif du chien levant le museau apparaît dans plusieurs tableaux de l'artiste. Enfin les expressions souvent joviales sont autant de stéréotypes repris d'une oeuvre à l'autre. La composition daterait, selon Béatrice Sarrazin, des années 1705-1710. A une période où les grâces du style rococo commencent à triompher en Italie, la Lombardie et la Vénétie sont le foyer, avec des artistes tels que Crespi, Bellotti, Todeschini, d'un courant pictural qui témoigne d'un goût pour un pittoresque 'misérable' mais plaisant. Notice de Matthieu Pinette

Contexte historique

Genèse

Objet en rapport

Historique

En rapport avec : Joueur de cartes

Informations juridiques

Statut juridique

Propriété de la commune, legs, Amiens, musée de Picardie

Date acquisition

1897

Ancienne appartenance

Collection privée, Latapie de Ligonie Baronne, 1897

Informations complémentaires

Exposition

Amiens, musée de Picardie, Couleurs d'Italie. Peintures méridionales des musées d'Amiens, 1998-1999. (pp.11-12 (notice de Matthieu Pinette))#Lyon, musée des Beaux-Arts, Lille, palais des Beaux-Arts, Settecento. Le siècle de Tiepolo. Peintures italiennes du XVIIIe siècle exposées dans les collections publiques françaises, 2000-2001. (pp.72-73, n°3 (notice de Béatrice Sarrazin))#Chambéry, Le Havre, Reims, Musée des Beaux-Arts, Musée Malraux, Musée des Beaux-Arts, Autour de Giacomo Francesco Cipper. Gens d'Italie aux XVIIe et XVIIIe siècles, 2005-2006. (n°10, p.77)

Bibliographie

Catalogue descriptif des tableaux et sculptures du musée de Picardie, Amiens, Impr. Piteux Frères, 1899. (p.161, n°371 (école flamande, milieu XVIIe siècle)) Gonse Louis, Les Chefs-d'oeuvre des musées de France. La Peinture, I, Paris, 1900. (p.12 (Le Nain)) Catalogue descriptif des tableaux et sculptures du musée de Picardie, Amiens, Impr. Picarde, 1911. (p.105, n°427 (école flamande, milieu XVIIe siècle)) Bellemère J., Le Musée d'Amiens, Etude critique, Amiens, 1908. (p.16 (école flamande)) Boinet Amédée, Le Musée d'Amiens. musée de Picardie. Peintures, Paris, 1928. (p.10 (école flamande, XVIIe siècle)) Mayer A. L., 'Einige unbekannte Gemälde von G. F. Cipper', Der Cicerone, décembre 1928, n°1. (p.753) Lecuyer R., ' Regards sur les musées de province ', L'Illustration, 2 janvier 1932, p. 18. (p.18 (école espagnole)) Isarlo Georges, La peinture française à l'exposition de Londres, Paris, 1932. (p.12) Jamot Paul, 'Autour des Le Nain, un disciple inconnu : Jean Michelin', revue de l'art ancien et modene, 1933. (pp.209-218 (Jean Michelin)) Jamot Paul, 'Autour des Le Nain. De Jean Michelin à Todeschini', Revue de l'art ancien et moderne, 1934. (p.31) Porcella A., 'Le peintre des buveurs, G. F. Cipper, le Todeschini', Revue de l'art ancien et moderne, 1934, p.35. (p.35) Mojzer Miklos, 'G. F. Cipper', Acta Historiae Artium, 1956, pp.77-98. (p.77) Tognoli Luisa, G. F. Cipper, il Todeschini e la pittura di genere, Bergame, 1976. (p.145, n°1) Auffrey Isabelle, Catalogue des tableaux italiens du musée d'Amiens, mémoire de maîtrise d'histoire de l'art et archéologie sous la direction d'Antoine Schnapper, 1982-1983. (pp.113-114) Sarrazin Béatrice, 'Tableaux de Giacomo Francesco Cipper, dit il Todeschini (1664-1736), conservés dans les musées de France', Revue du Louvre, 3, 2000, pp.50-59. (pp.50-51) Pinette Matthieu, Couleurs d'Italie, couleurs du Nord. Peintures étrangères des musées d'Amiens, 2001, musée de Picardie / Somogy éditions d'art, (280 p. ; ouvrage accompagné d'un CD-Rom contenant l'intégralité des notices). (pp.214-215, ill.)