BOMPARD Maurice (peintre) : Femme à sa toilette (de dos)

Identification du bien culturel

N°Inventaire, ancien(s) numéros(s), autres numéros, N° de dépôt

1935.1.6 ; DA K 1 (Catalogue Bousquet 1988) ; Collection Bompard n°7 (Inventaire 1937)

Domaine (catégorie du bien)

peinture

Dénomination du bien

tableau

Titre

Femme à sa toilette ; Femme au turban

Auteur / exécutant / collecteur

BOMPARD Maurice (peintre)

Précisions / auteur / exécutant / collecteur

BOMPARD : Rodez, 11/02/1857 ; Paris, 30/04/1935 ; nationalité : Française Né à Rodez en 1857, de parents commerçants, Maurice Bompard quitte la ville à l'âge de huit ans avec sa famille pour s'installer à Marseille. En 1873, il entre à l'école des Beaux-Arts de Marseille puis il suit des cours à l'Ecole des Beaux-Arts de Paris où il est l'élève du peintre orientaliste Gustave Boulanger et de Jules Lefebvre. En 1878, il expose au Salon des Artistes Français Le repos du modèle, actuellement conservé au musée de Rennes. En 1882, il obtient une bourse pour un voyage en Italie et en Afrique du Nord ; ce sera le premier de nombreux voyages en Espagne, en Algérie, en Tunisie et à Venise. En 1889, il obtient une médaille d'argent à l'exposition universelle pour Un début à l'atelier, actuellement conservé au musée des Beaux-Arts de Marseille, et réitère en 1900 avec La cathédrale St Marc. Après une première exposition en 1896 à la galerie G. Petit à Paris, il présentera régulièrement ses œuvres à la Galerie Charpentier et au cercle Volney. Il est nommé chevalier de la légion d'honneur en 1898 et expose au Salon des Artistes jusqu'à sa mort, en 1935. Maurice Bompard pouvait passer de la technique académique la plus soignée à une manière beaucoup plus libre ponctuée de grandes touches de couleur pure. Peintre orientaliste attiré par la lumière des pays du sud, il a puisé son exotisme à deux sources : le sud algérien, et en particulier les oasis de Chetma et Biskra, et la ville de Venise. Ses premières peintures orientalistes sont des compositions décrivant un orient imaginaire, en particulier des scènes de harem peuplées de personnages féminins, souvent dévêtus, qui se détachent sur le fond sombre d'une draperie. L'année 1880 marque un tournant dans sa conception de l'exotisme ; il se tourne vers une approche plus réaliste de la vie quotidienne dans le sud algérien, tel qu'il a pu l'observer lors de ses nombreux voyages. Les Bouchers de Chetma est exposé au Salon des Artistes français de 1890. Dès lors, et durant toute l'année 1900, il peint des scènes de la vie quotidienne à Biskra et dans l'oasis voisine de Chetma, aux magnifiques jardins riches de palmiers. Il adhère à la société des peintres orientalistes français en 1895, avec Gérôme, Cotte et Benjamin Constant, participe à l'exposition coloniale de 1906 à Marseille, et expose au Salon des Artistes Algériens et Orientalistes à Alger. Chaque année, Maurice Bompard séjournait quelques mois à Venise mais passait ses hivers à Paris. Il affirmait volontiers : 'Venise est ma seconde patrie'. Sa peinture s'attache à dépeindre de voluptueuses lumières et à faire jouer les reflets changeants du crépuscule. Il était le maître des reflets sur les canaux En France, les ports bretons l'ont beaucoup inspirés : à Yport, près d'Etretat, il louait une maison où il peignait des massifs de fleurs. Le musée de Vannes conserve un panneau décoratif qui devait orner la mairie d'Erdeven, dans le Morbihan, intitulé Pardon breton. Il a peint le décor du Grand Salon de l'hôtel de Broussy à Rodez orné de marines vénitiennes. A la fin de sa vie, il abandonne les compositions orientalistes mais continue d'exposer des natures mortes et des vues de Venise.

Ecole

France

Période de création / exécution

4e quart 19e siècle, 1ère moitié 20e siècle

Epoque / style / mouvement

Orientalisme

Matériaux et techniques

peinture à l'huile, toile

Mesures

Hauteur avec cadre en cm 184 ; Largeur avec cadre en cm 140 ; Hauteur en cm 166 ; Largeur en cm 123

Inscriptions

signature

Précisions sur les inscriptions

signature, en bas à gauche : Maurice Bompard

Etat du bien

Etat moyen, Complet

Sujet représenté

scène (femme, nu, de dos, assis, turban, bracelet, anneau, chaussure, toilette, miroir, boucle d'oreille, intérieur, table, tabouret, récipient, parfum, fauteuil, soierie, dépouille : ours blanc)

Informations juridiques

Statut juridique

propriété de la commune, donation, Rodez, musée Denys-Puech

Date d’acquisition

1935

Ancienne appartenance

Collection de l'artiste, BOMPARD Maurice

Localisation

Rodez ; musée Denys-Puech

Informations complémentaires

Exposition

musée Denys-Puech (musée Denys-Puech, 1987.)

Bibliographie

Journal de l'exposition 'Maurice Bompard', 1987 (musée Denys-Puech, février 1987. Photo page 2, détail (Noir et blanc).) Bousquet Jacques, le musée des Beaux- Arts de Rodez de bout en bout, Montpellier 1988. (n°89 p 22)