PANACHES DE MER, LITHOPHYTES ET COQUILLES

Identification du bien culturel

N°Inventaire

RF 1992-410

Domaine

peinture

Dénomination

pendant

Titre

PANACHES DE MER, LITHOPHYTES ET COQUILLES

Précision auteur

Paris, 1744 ; Paris, 1818 ; femme

Ecole-pays

France

Période de création

3e quart 18e siècle

Millésime de création

1769

Matériaux - techniques

peinture à l'huile, toile

Mesures

H. 130, l. 97

Inscriptions

Signé, daté

Précisions inscriptions

Par Melle Vallayer, en 1769 (S.D.b.d.)

Précisions sujet représenté

Coquilles de différentes sortes, plus ou moins rares, en provenance de mers proches ou lointaines. Ces curiosités aquatiques constituaient un élément indispensable des cabinets d'amateur au 18e siècle, notamment pour leur intérêt scientifique. On venait en effet de découvrir que, loin d'appartenir au règne végétal comme le laissait supposer leur aspect ligneux, les gorgones étaient d'origine animale

Contexte historique

Genèse

Oeuvre en rapport, morceau d'agrément, ?

Historique

Pendant : Vase, des minéraux, des cristallisations et trois bocaux sur une table (disparu depuis la vente du prince de Conti en 1777) ; tableau et pendant dessinés par Gabriel de Saint-Aubin dans un exemplaire illustré de la première vente du prince de Conti en 1777 ; l'artiste a repris épisodiquement, mêlé avec d'autres motifs, le thème des panaches de mer et des coquillages : Un vase de porcelaine de la Chine avec plantes marines, coquillages et différentes espèces de minéraux, 1776, coll. particulière ; Une figure de l'Etude, en marbre blanc, groupée avec des madrépores, des coquillages et des minéraux, coll. particulière. Esprit encyclopédique du temps où l'Art se mêle à la Science dans une même aspiration vers le Progrès. Tableau peint en 1769, juste avant que l'artiste ne fasse une entrée très remarquée à l'Académie royale en 1770 (on peut se demander si le tableau n'aurait pas fait partie des tableaux présentés en vue de l'agrément). Le Salon de 1771, auquel fut exposé le tableau avec son pendant, fut le premier auquel Anne Vallayer ait participé. La critique se montra très enthousiaste à l'égard de la jeune femme, notamment Diderot

Informations juridiques

Statut juridique

Propriété de l'Etat, achat, musée du Louvre département des Peintures

Date acquisition

1992

Ancienne appartenance

Bourbon Louis-François de, prince de Conti (vente : Conti prince de , Paris, palais du Temple, 1777/04/08 et jours suivants, n° 775, son pendant portant le n° 776) ; Le Brun (marchand, 1777) ; Ricketts Charles (1890) ; vente : Major Price Blackwood, Londres, Christie's, 1922/04/07, n° 62 ; Lewis Cecil, Corfou (1979) ; Polo Mr et Mme Roberto (vente : Paris, Théâtre des Champs-Elysées, 1988/05/30, n° 2) ; vente : Ader-Tajan, Paris, hôtel Richelieu-Drouot, 1992/12/14, n° 51

Informations complémentaires

Commentaires

Le prince Conti, grand collectionneur de peintures, avait également constitué un cabinet d'histoire naturelle réputé

Exposition

Salon du Louvre, Paris, 1771, n° 145, avec son pendant (Deux tableaux représentans divers Morceaux d'histoire naturelle. Chacun de 4 pieds sur 3 pieds)

Bibliographie

Musée du Louvre, nouvelles acquisitions du département des peintures, 1991-1995, Paris, 1996, p. 148-150