statue : Ange adorateur

Désignation

Dénomination de l'objet

Statue

Titre courant

Statue : Ange adorateur

Localisation

Localisation

Île-de-France ; Val-d'Oise (95) ; Attainville ; église Saint-Martin

Numéro INSEE de la commune

95028

Canton

Fosses

Nom de l'édifice

Église Saint-Martin

Référence Mérimée de l'édifice

PA00079989

Emplacement de l’œuvre dans l’édifice

Choeur, à droite du maître-autel

Description

Catégorie technique

Sculpture

Matériaux et techniques d'interventions

Bois : taillé

Indexation iconographique normalisée

Ange : prière

Description de l'iconographie

Cet ange adorateur, basé sur un nuage, amorce une génuflexion. Son visage rond, aux yeux clos, est juvénile et plein de douceur. Sa gestuelle exprime la vénération et la déférence : il porte sa main gauche à sa poitrine et lève le bras droit à hauteur de la taille en présentant la paume de sa main ouverte comme pour marquer une distance. Il porte une tunique dont les manches sont retroussées jusqu'aux coudes laissant les avant-bras nus. Le bas de la tunique, remontée jusqu'à mi-cuisse, est maintenue par un bouton tandis qu'un gros bouillon de vêtement est ramené dans l'entrejambe dégageant presque entièrement les jambes. A l'arrière, le vêtement forme un gros noeud. Les ailes, bien proportionnées, sont placées en équerre pour accompagner le mouvement de l'ange.

Dimensions normalisées

H = 134 ; la = 76 ; pr = 77

Historique

Siècle de création

1er quart 18e siècle

Description historique

La complexité des plis des vêtements, la régularité des traits du visage, l'agitation de la chevelure séparée en boucles épaisses rattachent cette oeuvre au courant baroque de la sculpture française introduite sur les chantiers de Versailles par Antoine Coysevox (1640-1720) ou Nicolas Coustou (1658-1733) à la fin du règne de Louis XIV. Cet ange est placé en pendant d'un autre ange adorateur, à gauche de l'autel (PM95001318). Les anges adorateurs forment toujours une paire et sont généralement situés de chaque côté du maître-autel. Agenouillés ou prosternés, ils rendent ainsi hommage au Christ incarné par les saintes espèces qui sont renfermées dans le tabernacle. Généralement, l'un a les mains jointes et l'autre les mains croisées sur la poitrine. Des anges adorateurs du 18e siècle, de facture très proche, ont été repérés dans l'église de la Nativité-de-la-Vierge à Gondrecourt-le-Château (Meuse) ou dans la collégiale Saint-Julien à Tournon-sur-Rhône (Ardèche).

Statut juridique et protection

Statut juridique du propriétaire

Propriété de la commune

Typologie de la protection

Inscrit au titre objet

Date et typologie de la protection

2012/01/23 : inscrit au titre objet

Numéro de l'arrêté de protection

Arrêté n°12-009.

Observations

Fiche CAOA et photographie manquantes.

Références documentaires

Cadre de l'étude

Liste objets inscrits MH

Dénomination du dossier

Dossier individuel