tableau : Incrédulité de saint Thomas

Désignation

Dénomination de l'objet

Tableau

Titre courant

Tableau : Incrédulité de saint Thomas

Localisation

Localisation

Île-de-France ; Val-d'Oise (95) ; Presles ; église Saint-Germain

Numéro INSEE de la commune

95504

Canton

L'Isle-Adam

Nom de l'édifice

Église Saint-Germain

Référence Mérimée de l'édifice

PA00080177

Emplacement de l’œuvre dans l’édifice

Entrée du choeur, côté sud

Description

Catégorie technique

Peinture

Matériaux et techniques d'interventions

Toile (support) : peinture à l'huile

Indexation iconographique normalisée

Apparition à saint Thomas

Description de l'iconographie

La scène se déroule dans un temple antique sur un fond d'arcades aveugles avec entrecolonnements en marbre. Une source lumineuse provenant de l'angle supérieur gauche du tableau éclaire la scène dans un axe diagonal laissant dans la pénombre, au premier plan, un personnage en repoussoir dont la silhouette et la main grande ouverte font écran sur le corps de Jésus. Cette ouverture théâtrale permet d'orienter le regard du spectateur sur le sujet central : saint Thomas l'incrédule découvre avec étonnement les stigmates du Christ qui lui font croire en sa Résurrection. Dans un mouvement de recul qui le fait presque partir à la renverse, il s'agenouille devant Jésus, désignant de son index une plaie visible sous la poitrine gauche. Le Christ debout, vêtu d'un simple linge passé en écharpe sur l'épaule gauche et autour de la taille, met en évidence sa plaie et semble vouloir rassurer Thomas d'un geste protecteur. L'assemblée des dix autres apôtres encercle le couple formé par Jésus et Thomas : les uns sont plongés dans une attitude de recueillement tandis que les autres assistent à la scène en véritables témoins.

Dimensions normalisées

H = 150 (?) ; la = 142 ; pr = 13 (cadre)

Historique

Siècle de création

1ère moitié 18e siècle

Description historique

"Ce thème iconographique est assez peu représenté dans le Val-d'Oise. Certaines peintures de l'Incrédulité de saint Thomas, comme celle célèbre peinte par Le Caravage vers 1601-1602 et conservée à Potsdam au Palais de Sanssouci, montrent l'apôtre enfonçant son doigt dans la plaie du Christ pour illustrer le "touche et crois" destiné à saint Thomas, à l'opposé du Noli me tangere que le Christ ressuscité adresse à Marie-Madeleine. Les jeux de clair-obscur, la souplesse des drapés et l'amplitude des gestes accentuent l'effet dramatique de la composition et lui donnent une tonalité baroque qui place l'oeuvre dans la première moitié du 18e siècle."

Statut juridique et protection

Statut juridique du propriétaire

Propriété de la commune

Typologie de la protection

Inscrit au titre objet

Date et typologie de la protection

2011/01/14 : inscrit au titre objet

Numéro de l'arrêté de protection

Arrêté n°11-016.

Observations

Fiche CAOA et photographie manquantes.

Références documentaires

Cadre de l'étude

Liste objets inscrits MH

Dénomination du dossier

Dossier individuel