groupe sculpté (grandeur nature) : la Mise au tombeau

Désignation

Dénomination de l'objet

Groupe sculpté

Précision sur la typologie de l'objet - hors lexique

Grandeur nature

Titre courant

Groupe sculpté (grandeur nature) : la Mise au tombeau

Localisation

Localisation

Nouvelle-Aquitaine ; Haute-Vienne (87) ; Saint-Junien ; collégiale Saint-Junien

Numéro INSEE de la commune

87154

Précision sur la localisation

Anciennement région de : Limousin

Canton

Saint-Junien

Nom de l'édifice

Collégiale Saint-Junien

Référence Mérimée de l'édifice

PA00100454

Milieu d'implantation pour le domaine Inventaire

En ville

Emplacement de l’œuvre dans l’édifice

Chapelle Saint-Martial

Description

Catégorie technique

Sculpture

Structure et typologie

Groupe non relié, groupe relié, revers plat

Matériaux et techniques d'interventions

Calcaire : taillé, peint, polychrome

Description matérielle

Ce groupe sculpté non relié est composé de huit éléments en calcaire sculpté et polychromé dont les revers sont plats : les statues de Nicodème et de Joseph d'Arimathie placées de part et d'autre du tombeau surmonté du gisant ; derrière celui-ci un groupe relié de trois personnages est encadré par deux statues ; deux autres statues sont disposées à l'avant du tombeau. Les éléments placés à l'arrière du tombeau sont d'origine tronqués dans leur partie inférieure, et sont posés sur un degré maçonné.

Indexation iconographique normalisée

Mise au tombeau

Description de l'iconographie

Devant le tombeau sont disposées les deux statues des soldats endormis (sur le ventre pour celui de gauche et sur le dos pour l'autre). La façade du tombeau présente trois têtes de lion qui tiennent dans leur gueule de gros anneaux. Sur le dessus, le corps du Christ est sculpté en haut relief, il est traditionnellement placé sur le linceul que tiennent Nicodème, à gauche, et Joseph d'Arimathie, à droite. Tous deux sont richement vêtus et portent des sacoches en bandoulière. A l'arrière, saint Jean soutient la Vierge avec Marie-Madeleine et deux saintes femmes.

Dimensions normalisées

Soldat gauche : h = 52, la = 109, pr = 33. Soldat droit : h = 57, la = 100, pr = 36. Tombeau : h = 86, l = 205, la = 67. Nicodème : h = 157, la = 58, pr = 40. Joseph d'Arimathie : h = 159, la = 60, pr = 32. Sainte femme : h = 58,5, la = 50, pr = 29. Groupe relié de trois personnages : h = 110, la = 142, pr = 37. Marie-Madeleine : h = 88, la = 52.

État de conservation (normalisé)

Oeuvre mutilée, oeuvre restaurée

Précisions sur l'état de conservation

Oeuvre très mutilée : à l'exception de saint Jean, toute les figures sont acéphales, la quasi-totalité des mains manque. Oeuvre restaurée en 1982 par l'entreprise Arts et Bâtiments (Christian Karoutzos), puis dérestaurée en 1990 par la même entreprise.

Inscription

Inscription (lecture incertaine)

Précisions sur l'inscription

Inscription ou anagrammes (lettres superposées et peut-être inversées) sculptés sur le bord du manteau de Joseph d'Arimathie.

Historique

Personnalités liées à l'histoire de l'objet

Formier Martial (?, donateur)

Siècle de création

1er quart 16e siècle

Description historique

Ce groupe sculpté d'une mise au tombeau, du 1er quart du 16e siècle, est considéré comme ayant été offert par Martial Formier, qui fut chanoine de Saint-Junien avant d'être abbé de Saint-Jean-d'Angély, et qui décéda en 1514.L'inscription portée sur la lame funéraire conservée dans l'église mentionne ce don (voir PM87000439). Dans la chapelle Saint-Martial ou du Sépulcre, le monument d'origine, comme le rapporte Françoise de Catheu dans une fiche du Recensement des édifices anciens de la France en 1953, <I>a été mutilé sous la Révolution, les personnages ont été décapités; ce qui reste de la tête de Saint Jean prouve qu' lartiste avait la science du modelé unie à la recherche de l'expression ; le corps du Christ est entièrement mutilé ; sept personnages l'entourent ; les deux porteurs Joseph d'Arimathie et Nicodème sont revêtus de riches costumes de bourgeois ; les manches à soufflés, les broderies à lettres et arabesques des manteaux et des bourses montrent l'habileté et la finesse du travail ; les larges et souples draperies des vêtements de la Vierge et de Saint Jean au centre et les trois saintes femmes qui les entourent se ressentent d'une influence bourguignonne, mais le tissu, moins épais, est aussi plus souple ; les cinq figures placées derrière le sarcophage sont sculptées aux trois quarts ; les deux soldats qui gardaient le sépulcre sont entièrement mutilés. La riche polychromie qui reste encore sur les vêtements des personnages est l'un des éléments intéressants de cette oeuvre. Le sarcophage décoré de têtes de lions tenant des anneaux l'apparenterait au sépulcre de Saint Jean de Chaumont, la composition diffère, sa facture un peu massive mais douce d'expression le rapporche des sculptures du Berry.</I>

Statut juridique et protection

Statut juridique du propriétaire

Propriété de la commune

Typologie de la protection

Classé au titre immeuble

Date et typologie de la protection

1840 : classé au titre immeuble

Précisions sur la protection

Liste de 1840, immeuble par destination.

Photographies liées au dossier de protection

SRI (98870239XA, 98870240XA, 98870203X)

Références documentaires

Cadre de l'étude

Liste objets classés MH

Dénomination du dossier

Dossier individuel

Date de l'enquête ou du dernier récolement

1998

Date de rédaction de la notice

1998

1/3
groupe sculpté (grandeur nature) : la Mise au tombeau
groupe sculpté (grandeur nature) : la Mise au tombeau
© Inventaire général, ADAGP
Voir la notice image