monument funéraire (monument sépulcral) de saint Junien

Désignation

Dénomination de l'objet

Monument funéraire

Précision sur la typologie de l'objet - hors lexique

Monument sépulcral

Appelation d'usage

De saint Junien

Titre courant

Monument funéraire (monument sépulcral) de saint Junien

Localisation

Localisation

Nouvelle-Aquitaine ; Haute-Vienne (87) ; Saint-Junien ; collégiale Saint-Junien

Numéro INSEE de la commune

87154

Précision sur la localisation

Anciennement région de : Limousin

Canton

Saint-Junien

Nom de l'édifice

Collégiale Saint-Junien

Référence Mérimée de l'édifice

PA00100454

Milieu d'implantation pour le domaine Inventaire

En ville

Emplacement de l’œuvre dans l’édifice

4e travée du choeur

Description

Catégorie technique

Sculpture

Matériaux et techniques d'interventions

Calcaire : taillé, plâtre, bois, fer : forgé

Description matérielle

Le monument sépulcral est de forme rectangulaire, réalisé dans du calcaire fin de La Rochefoucauld. Il est sculpté à l'est ainsi que sur les deux tiers de ses grands côtés. La partie ouest est en plâtre nu. Il comporte une plinthe et il est posé sur un socle en granite taillé. Au centre de la partie en calcaire du côté sud est ménagée une porte cintrée à double battant en bois, renforcée par de grosses ferrures. Trois languettes en fer forgé servent à maintenir la porte fermée au moyen de deux cadenas, d'une serrure et d'une seconde placée dans la pierre. Le dessus du monument comporte, vers l'est, deux éléments coniques très aigus en fer.

Indexation iconographique normalisée

Ornementation (à palmette, à perle, à pomme de pin, à rinceau, à médaillon, à arcature, à colonnette, chapiteau), acrotère, Christ glorieux (le Tétramorphe, mandorle), ange, Agneau de Dieu (croix grecque), Vieillards de l'Apocalypse, Vierge à l'Enfant (assis, auréole, lys, Enfant Jésus : sceptre : ?, mandorle : ange)

Description de l'iconographie

Un glacis décoré de palmettes aux tiges entrelacées et un bandeau bordé de perles entourent la dalle plate du couvercle. Une pomme de pin surgit au milieu du glacis de la face nord (celle du sud a été brisée) et les coins orientaux se relèvent comme des acrotères. Face est : le Christ glorieux est assis dans une mandorle inscrite dans un rectangle dont le Tétramorphe occupe les écoinçons. Le Christ au nimbe crucifère bénit de la main droite et tient un livre de l'autre. Deux bandes verticale- s encadrent le panneau : chacune sur fond de rinceaux montre sept médaillon- s circulaires avec des bustes d'anges. Face sud : au-dessous de la porte, deux anges en posture contournée soutiennent un disque à bordure perlée où se détache l'Agneau de Dieu en avant d'une croix grecque. Douze Vieillards de l'Apocalypse trônent sous des arcatures superposées en deux rangs de part et d'autre (ornementation extrêmement riche : colonnettes, chapiteaux, et bandes qui divisent le panneau sont guillochés de divers motifs ; de petites architectures surmontent les arcs). Les Vieillards couronnés portent une viole et un sceptre terminé par une boule. Le centre de la face nord représente la Vierge à l'Enfant au centre d'une mandorle supportée par quatre anges. La Vierge assise sur un coussin est nimbée, elle tient un lys dans la main droite et retient l'Enfant de l'autre. Ce dernier, également nimbé, est debout sur le genou gauche de la Vierge et tient un sceptre (?) dans la main gauche. De part et d'autre sont répartis douze autres Vieillards de l'Apocalypse, dans le même décor que ceux de la face sud.

Dimensions normalisées

H = 132,5 ; l = 272,6 ; la = 84 (Plinthe en calcaire : l = 289, la = 98) ; Socle en granite : h = 16. Partie sculptée sur les grands côtés : l = 185. Porte : h = 51,3 ; battant gauche : la = 23,4 ; battant droit : la = 22,1. Mandorle de la Vierge à l'Enfant : h = 72, la = 42

État de conservation (normalisé)

Oeuvre complétée

Précisions sur l'état de conservation

Oeuvre complétée : par l'ajout de la partie en plâtre du côté ouest.

Inscription

Inscription

Précisions sur l'inscription

Inscription gravée au revers de la face orientale, à l'intérieur du tombeau, elle se développe sur deux registres épigraphiques sensiblement égaux (24, 5 cm à gauche et 22, 5 à droite) que partage une grande croix latine terminée par une hampe à l'imitation des croix processionnelles : HIC IACET/CORPUS/SANCTI IVNIANI/IN IPSO VASE/IN QVO SEPE/LIVIT EVM/BEATUS RO/RICIVS EPISCOPUS/RAINAVIVUS/VERO PETRA/GORICENSIS/EPISCOPVS QVI ME/RVIT MAR/TIR FIERI/COLLEGIT E/VM IN CRI/NEIS LIGNE/IS INFRA/VASE POSITIS (Ci-gît le corps de saint Junien, dans le sarcophage même où l'ensevelit l'évêque saint Rorice. Rainaud, évêque de Périgueux, qui mérita de devenir martyr, rassembla les reliques dans des coffrets de bois déposés au pied du sarcophage). Inscription sur la face orientale du monument (champ épigraphique l = 80 cm) : HIC IACET CORPVS SANCTI IVNIANI IN VASE IN QVO PRIVS POSITVM FVIT (Ci-gît le corps de saint Junien, dans le sarcophage où il fut d'abord placé). Inscription sur la face nord du monument, sur le pourtour de la mandorle (hauteur moyenne des lettres : 3, 2 cm) : + AD COLLVM MATRIS PENDET SAPIENTIA PATRIS. ME CHRISTI MATREM PRODO GERENDO PATREM. MVNDI FACTOREM GENITRIX GERIT ET GENITOREM. MATERNOS QVE SINVS SARCINAT HIC DOMINVS (Au cou de la Mère pend la sagesse du Père. Je m'affirme la mère du Christ en portant le Père. La mère porte le créateur et le père du monde. Ici le Seigneur pèse sur le sein maternel).

Historique

Siècle de création

1er quart 12e siècle, 4e quart 12e siècle

Description historique

Le monument sépulcral de saint Junien semble résulter de deux campagnes de travaux au 12e siècle. L'inscription intérieure date des toutes premières années du 12e siècle (1100 ou 1102). Les deux autres inscriptions ainsi que le décor sculpté datent du dernier quart du 12e siècle. La partie du monument qui est en plâtre est un ajout postérieur à 1816 : elle couvre l'extrémité du sarcophage qui, plus long que le monument initial, s'engageait sous le maître-autel.

Statut juridique et protection

Statut juridique du propriétaire

Propriété de la commune

Typologie de la protection

Classé au titre immeuble

Date et typologie de la protection

1840 : classé au titre immeuble

Précisions sur la protection

Liste de 1840, immeuble par destination.

Référence(s) de publication(s)

Eric Sparhubert. 'Un exemple de programme architectural à l'époque des conciles de Latran III et IV : l'allongement du chevet de la collégiale de Saint-Junien (Haute-Vienne) '. Dans : 'Cinquantes années d'études médiévales. A la confluence de nos disciplines'. Actes du colloque organisé à l'occasion du Cinquantenaire du CESCM à Poitiers, 1er-4 septembre 2003. Poitiers : Centre d'Etudes supérieures de Civilisation médiévale, p. 253-254, fig. 1 et 2 p. 258.

Photographies liées au dossier de protection

SRI (93871386VA, 93871385VA, 93871390XA, 93871392XA)

Références documentaires

Cadre de l'étude

Liste objets classés MH

Dénomination du dossier

Dossier individuel

Date de l'enquête ou du dernier récolement

1997

Date de rédaction de la notice

1997

1/8
Bas-relief
Bas-relief
Ministère de la Culture (France) - Médiathèque de l'architecture et du patrimoine - diffusion RMN
Voir la notice image