jubé

Désignation

Dénomination de l'objet

Jubé

Titre courant

Jubé

Localisation

Localisation

Nouvelle-Aquitaine ; Haute-Vienne (87) ; Limoges ; cathédrale Saint-Etienne

Numéro INSEE de la commune

87085

Précision sur la localisation

Anciennement région de : Limousin

Canton

Limoges

Nom de l'édifice

Cathédrale Saint-Etienne

Référence Mérimée de l'édifice

PA00100333

Milieu d'implantation pour le domaine Inventaire

En ville

Emplacement de l’œuvre dans l’édifice

À l'entrée de la nef

Description

Catégorie technique

Sculpture, marbrerie, taille de pierre

Matériaux et techniques d'interventions

Granite : taillé, calcaire : taillé, peint, polychrome, ardoise

Description matérielle

Le jubé se compose d'un portique surmonté d'une galerie reliés entre eux par un encorbellement. Deux escaliers en vis-de-Saint-Gilles (en granite), placés de chaque côté, permettent d'accéder à la galerie. La grande surface de façade est percée d'une porte centrale encadrée de deux larges panneaux qui constituent l'étage inférieur du monument. Cet étage est relié à la tribune par un encorbellement orné de cinq arcs en plein cintre, celui du milieu surmontant la porte centrale plus large que les autres. Ces arcs sont séparés par six culs-de-lampes de forme allongée. La bordure de la tribune compte six niches en pendentifs où sont disposées des statues.

Indexation iconographique normalisée

Ornementation (à candélabre, à mascaron, à rinceau, à couronne), cycle narratif : Hercule, putto, personnage, ange : les instruments de la Passion, balustre, pilastre, Vertu théologale

Description de l'iconographie

Au registre inférieur du jubé alternent huit panneaux sculptés décoratifs sous les pilastres (décor de candélabres, masques, rinceaux ...) et six bas-reliefs représentant les exploits d'Hercule (Hercule et le lion de Némée, Hercule et Acheloüs transformé en dragon, Hercule tue l'hydre de Lerne, Hercule porte les colonnes de l'Europe et de l'Afrique, Hercule défait les centaures de Thessalie, Hercule et Cacus). La base des pilastres est décorée de panneaux presque carrés, ils utilisent une riche ornementation : putto, animaux, personnages, décor végétal ... Le décor des pilastres se caractérise par un motif central qui détermine deux zones symétriques et par des motifs végétaux qui composent l'essentiel de la décoration (ils sont scandés par des figures humaines, presque toujours dévêtues). Entre les pilastres sont ménagées trois niches de chaque côté dont les dais et les supports sont richement décorés. Ces séquences ornementales sont entourées chacune de quatre couronnes enrubannées et dans leur partie supérieure par des anges présentant les instruments de la Passion. Des supports latéraux forment l'encadrement des ailes du jubé ; chacun d'entre eux se compose d'un balustre flanqué de deux pilastres. Les balustres ont une composition identique et varient seulement dans leurs éléments décoratifs. L'encorbellement est divisé en travées par cinq clés de voûte. Les pendentifs des niches sont richement décorés. Les statues des Vertus sont placées sous des dais à triple encorbellement semi-circulaire dont les importants développements s'intègrent à la balustrade. Cette dernière se compose de 23 pilastres flanqués chacun de 2 demi-balustres qui alternent avec 22 balustres.

Dimensions normalisées

H = 650 ; l = 1145 (Panneaux du soubassement des pilastres : h = 70, la = 27,5) ; Bas-reliefs des exploits d'Hercule : h = 48,5, la = 57,7 ; deux bas-reliefs diffèrent : la = 41,2. Couronne : d = de 41,5 à 42. Statues : h (conservée) = 84 (environ). Balustrade : h = 97,8

État de conservation (normalisé)

Oeuvre mutilée, oeuvre déposée

Précisions sur l'état de conservation

Oeuvre très mutilée en 1793 (bûchage des armoiries, étêtement des statues ...).

Inscription

Armoiries, devise, date

Précisions sur l'inscription

Armes martelées de Jean de Langeac dans les couronnes : d'or à trois pals de vaire. Devise de Jean de Langeac (en plusieurs endroits, parfois incomplète) : MARCESCIT IN OCIO VIRTUS. Dates gravées : 1533 sur un pilastre à gauche de la porte, et 1534 sur un cul-de-lampe côté droit.

Historique

Auteur de l'œuvre ou créateur de l'objet

Arnaud Jean (sculpteur)

Personnalités liées à l'histoire de l'objet

Langeac Jean de, évêque (commanditaire)

Siècle de création

2e quart 16e siècle

Année de création

1533, 1534

Description historique

Le jubé est daté de 1533 et 1534, mais son achèvement n'est pas antérieur à 1536, comme l'indique le contrat passé le 9 avril de cette année-là par les représentants de l'évêque Jean de Langeac avec Jean Arnaud, imagier de la ville de Tours, pour la réalisation des six statues des Vertus. Déposé en 1789 par Monseigneur Duplessis d'Argentré près de la porte occidentale de la nef inachevée, le jubé fut à nouveau déplacé auprès de la nouvelle porte occidentale, lors de l'achèvement de la nef en 1888. Il a été moulé pour le musée des Monuments français à Paris en 1885.

Statut juridique et protection

Statut juridique du propriétaire

Propriété de l'Etat

Typologie de la protection

Classé au titre immeuble

Date et typologie de la protection

1862 : classé au titre immeuble

Précisions sur la protection

Liste de 1862, immeuble par destination.

Photographies liées au dossier de protection

SRI (87871473XA, 87871474XA, 87871475XA, 87871476XA, 87871477XA, 87871478XA- ) ; Musée municipal de Limoges (87LI1S8_1_P, 87LI1S8_2_P)

Références documentaires

Cadre de l'étude

Liste objets classés MH

Dénomination du dossier

Dossier individuel

Date de l'enquête ou du dernier récolement

1998

Date de rédaction de la notice

1998

1/53
jubé
jubé
© LIMOGES, Musée municipal de l'Evêché
Voir la notice image