tableau et son cadre : Nativité de la Vierge

Désignation

Dénomination de l'objet

Tableau ; cadre

Titre courant

Tableau et son cadre : Nativité de la Vierge

Localisation

Localisation

Provence-Alpes-Côte d'Azur ; Vaucluse (84) ; Bonnieux ; église Saint-Gervais-et-Saint-Protais, dite église haute

Numéro INSEE de la commune

84020

Canton

Bonnieux

Nom de l'édifice

Église Saint-Gervais-et-Saint-Protais, dite église haute

Référence Mérimée de l'édifice

PA00081980

Emplacement de l’œuvre dans l’édifice

Collatéral sud, 4e travée

Description

Catégorie technique

Peinture

Matériaux et techniques d'interventions

Toile (support) : peinture à l'huile ; bois : taillé, mouluré, peint

Description matérielle

Tableau de format vertical peint à l'huile sur toile constituée de trois lés horizontaux. Cadre cintré en bois mouluré peint.

Indexation iconographique normalisée

Nativité de la Vierge

Description de l'iconographie

Quatre scènes composent cette oeuvre dont trois retraçant la naissance de la Vierge : la Visitation, l'accouchement, la Nativité. Au premier plan, la Nativité, avec la scène du bain de l’enfant, réunit un groupe assis autour d’un personnage central : une femme vêtue d’une robe écrue et d’un manteau rouge tenant un bébé sur ses genoux, entourée de deux autres jeunes femmes dont l’une est en train de préparer les langes, en robe jaune et voile bleu. Agenouillé à leurs côtés, un personnage masculin vêtu d’une tunique blanche ceinturée de bleu clair et d’un manteau jaune, tient la main de l’enfant tout en se tournant vers les deux femmes entrant à sa droite. Il fait la jonction entre les deux scènes (saint Jean évangéliste, hagiographe de la Vierge ?). Devant le groupe, sur le sol constitué de grandes dalles, sont posés une aiguière et un bassin remplis d’eau ainsi qu’un berceau en bois couvert d’un tissu rose. Au second plan, dans la continuité de la scène du bain, on aperçoit à l’intérieur d’une alcôve, une femme âgée alitée, vraisemblablement sainte Anne, mère de Marie et deux hommes penchés sur elle dont l’un, barbu et vêtu de rouge, est peut-être Joachim, son époux. La scène serait celle de l’accouchement. Elle est traitée en clair-obscur pour mettre en pleine lumière, au premier plan, la naissance de l’Immaculée Conception, un des grands mystères du Rosaire. Toujours au second plan, à gauche : la Visitation ? Dans l’embrasement d’une porte, la Vierge est reconnaissable à sa robe rouge et à son manteau bleu, les mains entourant son ventre, accompagnée d’une vieille femme, enveloppée dans un manteau rose. Au registre supérieur, Dieu le Père, barbu, les bras ouverts, entouré de quatre angelots portés par une nuée, veille sur les protagonistes et atteste de l’essence divine de Jésus, fils de Marie. Les différents éléments qui composent ce tableau, la disposition des objets et des personnages, répondent à l’iconographie traditionnelle de la naissance de la Vierge avec tout d'abord, la scène de la Visitation à Elisabeth, épisode essentiel de la vie de la Vierge qui va recevoir la confirmation par sa cousine qu’elle sera la mère de Dieu, second mystère du Rosaire, celle de l'accouchement, traitée en clair-obscur pour mettre en pleine lumière, au premier plan, la naissance de l’Immaculée Conception, un des grands mystères du Rosaire. Au registre supérieur, un Sacré-Coeur rouge, enrubanné de bleu, coeur du Sauveur qui préfigurait sa Passion, « couronnait » l’ensemble. Ce « repeint historique », signe de l’évangélisation nouvelle des missions sous la Restauration, a été ôté, à la suite d’une réflexion sur le bienfondé de son enlèvement, lors de la restauration de la peinture car sa facture grossière déparait l’esthétisme de l’oeuvre. Cette oeuvre retraçant avec finesse trois épisodes de la naissance de la Vierge n'est pas sans rappeler la peinture d'Annibal Carracci (1560-1609), commandée en 1605 par Cesare d'Este, duc de Modène, conservée au musée du Louvre (Inv.190) dont elle rappelle la facture et surtout la composition. (Région Provence-Alpes-Côte d'Azur - Inventaire général Sophie Vergne 2015)

Dimensions normalisées

Cadre : h = 320, la = 207 ; toile : h =270, la = 165

État de conservation (normalisé)

Oeuvre restaurée

Précisions sur l'état de conservation

Chancis, repeint historique. Oeuvre présentée en Commission Gagnière le 15 décembre 2009 et restaurée par Carol Descours-Poirson.

Inscription

Signature ; date

Précisions sur l'inscription

Signé, daté : Franciscus Palasse in Avignone 1754

Historique

Auteur de l'œuvre ou créateur de l'objet

Palasse François (peintre)

Lieu de création

Lieu d'exécution : Provence-Alpes-Côte d'Azur, 84, Avignon

Siècle de création

3e quart 18e siècle

Année de création

1754

Description historique

Cette toile était-elle au moment de l'inventaire de 1906 à l'emplacement actuel du tableau d'autel dédié aux saints patrons [IM84001662], au-dessus de l'autel "de la Sainte-Vierge", côté de l'Epître, décrit comme suit sous le n°9 : "Bois peint avec colonnes et retable à fronton encadrant une toile assez grande : la Tradition du Rosaire, école française, d'une grande valeur." La mention précise que d'après M. le Curé de Bonnieux, tous les ornements et garnitures de cet autel appartiennent à la Congrégation de la Sainte-Vierge.

Statut juridique et protection

Statut juridique du propriétaire

Propriété de la commune

Typologie de la protection

Inscrit au titre objet

Date et typologie de la protection

2019/06/17 : inscrit au titre objet

Précisions sur la protection

CRPA du 11 décembre 2018.

Photographies liées au dossier de protection

DOM

Références documentaires

Cadre de l'étude

liste objets inscrits MH

Dénomination du dossier

Dossier individuel