monument funéraire de Thomas de Savoie, chanoine d'Amiens

Désignation

Dénomination

monument funéraire

Appellation et titre

de Thomas de Savoie, chanoine d'Amiens

Titre courant

monument funéraire de Thomas de Savoie, chanoine d'Amiens

Localisation

Région

Hauts-de-France

Département

80

Commune

Amiens

Numéro INSEE de la commune

80021

Précision sur la localisation

Anciennement région de : Picardie

Canton

Amiens 3e (Nord-Est)

Edifice de conservation

cathédrale Notre-Dame

Référence de l'édifice de conservation

PA00116046

Emplacement de l’œuvre dans l’édifice

chapelle Notre-Dame de la Drapière

Description

Catégorie technique

sculpture

Matériaux et techniques

pierre

Précision sur la représentation

Le monument funéraire est placé dans un enfeu à arcature en arc brisé et pignon triangulaire surmonté d'un gâble. Il contient un socle en forme de sarcophage surmonté d'une dalle finéraire à gisant en haut-relief inscrit dans un décor mural à pinacles et arcades aveugles. Le chanoine est représenté en gisant, les mains jointes. La tête sur un coussin, sous le dais, les pieds reposant sur un lion couché. La face antérieure du socle, le soubassement, comporte un décor en haut-relief de huits figures en pied de petits pleurants avec les têtes encapuchonnées dans un vaste chaperon, disposées dans des arcatures. Le tympan du fronton à fleurons est composé de jours de réseau en écoinçons et d'un médaillon quadrilobé. Les armoiries du chanoine sont peintes sur le mur.

Dimensions

h = 0,40 ; l = 1,91 ; pr = 0,72

Etat de conservation

oeuvre restaurée

Précisions sur l’état de conservation

Oeuvre restaurée en 2011 par Anna Kisselinskaia, Anne-Laure Goron et Alice Wallon-Tarriel. Une partie de l'enfeu d'origine avec quelques pleurants est actuellement conservée au musée de Picardie d'Amiens.

Historique

Datation des campagnes principales de construction

14e siècle

Commentaire historique

Thomas de Savoie est mort entre 1332 et 1335. G. Durand (1903) donne une description de l'enfeu construit sur le même modèle que celui, voisin, de l'évêque Simon de Gonçans. Très endommagé à la suite de la pose du lambris au XVIIIe siècle, il a été reconstitué par les frères Ainé et Louis Duthoit, après 1855, sous la direction de Viollet-le-Duc. Le gisant en est le seul vestige d'origine, le reste de l'enfeu étant du XIXe siècle.

Statut juridique et protection

Statut de la propriété

propriété de l'Etat

Nature de la protection MH

classé au titre immeuble

Date de protection

1862 : classé au titre immeuble

Précisions sur la protection MH

Monument funéraire. I.D. Liste de 1862.

Références documentaires

Cadre de l'étude

liste objets classés MH

Dossier

dossier individuel