lambris de hauteur de la sacristie

Désignation

Dénomination de l'objet

Lambris de hauteur

Titre courant

Lambris de hauteur de la sacristie

Localisation

Localisation

Île-de-France ; Seine-et-Marne (77) ; Fontainebleau ; hôpital, centre hospitalier de Fontainebleau

Numéro INSEE de la commune

77186

Nom de l'édifice

Hôpital, centre hospitalier de Fontainebleau

Référence Mérimée de l'édifice

PA00086977

Emplacement de l’œuvre dans l’édifice

Sacristie

Description

Catégorie technique

Menuiserie, sculpture

Matériaux et techniques d'interventions

Bois : taillé, peint, faux bois

Description matérielle

Boiseries aujourd'hui peintes faux bois teinte chêne clair. La corniche qui court tout autour des lambris, ornée d'une frise avec motifs en U entrelacés et oves, semble d'origine. Deux panneaux de milieu, remontés en vis-à-vis, encadraient probablement autrefois la cheminée : ils déploient une exubérance de motifs végétaux et animaliers dominés et contenus par un souci de symétrie. Le reste des lambris est constitué essentiellement de trumeaux (3 dont 2 moins hauts et en plein cintre) et de lambris d'appui sous glaces.

Indexation iconographique normalisée

Fleur, couronne : marguerite, volute, guirlande, ruban, chute : fruit, ove

Description de l'iconographie

Description du décor intérieur du pavillon de Mme du Barry par Léon Deroy : 'Autour des glaces couraient des guirlandes formées de pieds d'alouette, reines-marguerites, roses et narcisses. Au centre des grands panneaux, rayonnait un soleil qu'encadraient des rinceaux de lauriers et de lys auxquels des noeuds de rubans suspendaient des couronnes. Ailleurs, des vases de fleurs et des corbeilles de fruits alternaient avec des branchages de myrte et d'olivier'.

Dimensions normalisées

H = 127 ; pr = 4 cm.

État de conservation (normalisé)

Élément, remontage, repeint

Précisions sur l'état de conservation

A l'origine peintes en blanc (4 couches avec encollage).

Historique

Auteur de l'œuvre ou créateur de l'objet

Guibert Honoré Jean (sculpteur)

Personnalités liées à l'histoire de l'objet

Barry comtesse du (commanditaire)

Lieu de provenance

Lieu de provenance : Ile-de-France, 77, Fontainebleau, château du domaine national de Fontainebleau, pavillon de Mme du Barry, salon

Siècle de création

3e quart 18e siècle

Description historique

Créé en 1772 à la demande de la favorite de Louis XV, madame du Barry, sur les plans d'Ange-Jacques Gabriel I, le pavillon de jardin (donnant sur l'actuel jardin de Diane du domaine national de Fontainebleau) n'eut que deux années d'existence : il fut démonté en 1774, à la demande des soeurs du roi, à la suite du décès de Louis XV. Cependant le décor du salon est bien documenté. Il fut réalisé par le sculpteur Honoré Jean Guibert en 1772 : boiseries peintes en blanc alternant avec sept grandes glaces dont seules les bordures étaient dorées, cheminée de marbre blanc au mur ouest, parquet orné d'une rosace centrale à étoile (réalisé en 1771), rose en plâtre formée d'un faisceau de fleurs au centre du plafond orné de branches de lys et d'olivier ceinturées de couronnes de laurier. Quatre colonnes corinthiennes structuraient l'ensemble de part et d'autre de l'accès au jardin de Diane (côté nord) et de la grande niche lui faisant face.
Une partie du décor fut récupéré par madame Adélaïde et remonté dans son appartement (grand cabinet, aile Louis XV du château de Fontainebleau) en 1783. Il est dit que ces boiseries furent déposées en 1803 lors de l'installation de l'Ecole spéciale militaire dans l'aile Louis XV. De nombreux aménagements furent également effectués en 1810 dans cette aile. On ne connaît pas précisément les circonstances ni la date à laquelle une partie de ces boiseries se retrouva sur les murs de la sacristie de l'hôpital de Fontainebleau. Une autre partie (lambris de demi hauteur), offrant des similitudes, se trouve aujourd'hui au palais de Fontainebleau (1er salon des appartements de Napoléon Ier et chambre du comte d'Artois).£Cet ensemble de facture remarquable est un témoignage du goût de la maîtresse du roi en matière de décor civil, empreint de naturalisme.

Statut juridique et protection

Statut juridique du propriétaire

Propriété d'un établissement public

Typologie de la protection

Classé au titre objet

Date et typologie de la protection

2011/06/28 : classé au titre objet

Numéro de l'arrêté de protection

2011-048

Observations

La cheminée en marbre du salon du pavillon de Mme du Barry a été transportée en 1774 dans la bibliothèque du roi au château de Versailles. Les candélabres ornés d'enfants se trouvent aussi aujourd'hui au château de Versailles. Les feux à sujets de chasse de Pitoin, en bronze doré, suivirent la comtesse du Barry dans son château de Louveciennes et sont aujourd'hui conservés au musée du Louvre à Paris.

Sources d'archives et bases de données de référence

Archives nationales, O/1425, O/1/1436 liasse 297 ; Archives nationales : O/1/1443 liasse 162, 'mémoire des ouvrages de sculpture faits au pavillon du jardin de Diane en l'année 1772 ; Archives nationales : O/1/1434 liasse 486, Etat de dépose du 13 juin 1774, lettre de Moranzel à Terray ; Conservation des antiquités et objets d'art de Seine-et-Marne : base de données Ariane 77, notice 77AOA4212

Photographies liées au dossier de protection

CAOA ; DOM

Références documentaires

Cadre de l'étude

Liste objets classés MH

Dénomination du dossier

Sous-dossier

Intitulé de l'ensemble

Lambris de hauteur provenant du pavillon de Mme du Barry au château de Fontainebleau

Référence de l'ensemble

PM77002268

Date de l'enquête ou du dernier récolement

2009

Date de rédaction de la notice

2011

1/2
lambris de hauteur de la sacristie
lambris de hauteur de la sacristie
Ministère de la Culture (France), Médiathèque de l'architecture et du patrimoine (objets mobiliers), tous droits réservés
Voir la notice image