groupe sculpté : Vierge de Pitié

Désignation

Dénomination de l'objet

Groupe sculpté

Titre courant

Groupe sculpté : Vierge de Pitié

Localisation

Région

Pays de la Loire

Département

72

Commune

Solesmes

Numéro INSEE de la commune

72336

Canton

Sablé-sur-Sarthe

Nom de l'édifice

Église Saint-Pierre

Référence Mérimée de l'édifice

PA00109972

Description

Catégorie technique

Sculpture

Matériaux et techniques d'interventions

Pierre, calcaire

Description matérielle

Calcaire polychromé.

Indexation iconographique normalisée

Vierge de Pitié

Dimensions normalisées

H = 115 ; l = 153 ; pr = 47 (B. de Chancel-Bardelot, 2012)

Historique

Siècle de création

4e quart 15e siècle

Description historique

Artiste actif dans la région du Maine, du Bourbonnais et de la Touraine à la fin du 15e siècle. Le culte de la Vierge de Pitié est attesté au prieuré de Solesmes par la mention, à partir de 1478, d'un autel de Notre-Dame-de-Pitié installé dans le bras sud du transept. Solesmes, dépendant de l'abbaye de la Notre-Dame-de-la-Couture du Mans est somptueusement décoré à la fin du XVe siècle et durant la première moitié du XVIe siècle par de grands ensembles sculptés placés dans les bras du transept de l'église et centrés au bras sud sur la Mise au tombeau du Christ (portant une inscription datée de 1496) et au bras nord sur la Vierge. Les travaux d'installation des sculptures commencent sous Guillaume Cheminart, prieur de 1486 à 1495, mort en 1499 ; la statue de la Vierge de pitié pourrait appartenir à ces premiers travaux. La pitié se rattache à un ensemble, assez homogène et de belle qualité, de groupes sculptés conservés aujourd'hui dans le département de l'Allier ou dans le sud du Berry : composition selon un schéma triangulaire à large base, en raison de la position du corps du Christ, presque horizontale, ampleur des plis qui enveloppent la Vierge, entrecroisement des mains gauches de la Vierge et du Christ. Un détail dans le pan du manteau-voile de la Vierge retombant sur l'avant-bras gauche du Christ est attesté aussi bien en Bourbonnais (groupes de Jaligny-sur-Besbre, de Varennes-sur-Tèche) qu'à Solesmes. La représentation du Christ, jambes étandues et jointes, torse offert, tête tournée vers le fidèle est assez constante. A Solemes, le périzonium est étroitement serré autour des hanches de Jésus. Sa tête repose sur une sorte de pilier rocheux. Le visage de la Vierge exprime une triste méditation, tout en retenue, avec une disposition du voile qui rappelle la très jolie piité de Saint-Pierre de Montluçon. (...) Aussi, cette sculpture mancelle d'adoption depuis sa création a-t-elle également des liens avec certaines Vierges de pitié tourangelles, comme celles de Dierre ou de La Chapelle-Blanche, qui s'inspirent de la même composition, même si elles en diffèrent par des détails comme la disposition des mains. Avec une Vierge de pitié conservée à Notre-Dame d'Evron et dessinée par Gaignières au XVIIe siècle, l'influence du modèle de Solesme et du Bourbonnais se manifeste aussi dans le Maine. (B. de Chancel-Bardelot, 2012)

Statut juridique et protection

Statut juridique du propriétaire

Propriété de la commune

Typologie de la protection

Classé au titre immeuble

Date et typologie de la protection

1875 : classé au titre immeuble

Précisions sur la protection

Liste de 1875.

Référence(s) d'exposition(s)

Exposition Tours 1500 : capitale des arts, organisée au musée des Beaux-Arts de Tours du 17 mars au 17 juin 2012.

Référence(s) de publication(s)

£Tours 1500 : capitale des arts, sous la direction de Béatrice Chancel-Bardelot, Pascale Charron, Pierre-Gilles Girault, Jean-Marie Guillouët, cat. exp., Tours, Musée des Beaux-Arts, Paris, Somogy, 2012

Références documentaires

Cadre de l'étude

Liste objets classés MH

Dénomination du dossier

Dossier individuel