tableau et son cadre : saint Matthieu

Désignation

Dénomination de l'objet

Tableau, cadre

Titre courant

Tableau et son cadre : saint Matthieu

Localisation

Localisation

Auvergne-Rhône-Alpes ; Rhône (69) ; Lyon ; église Saint-Nizier

Numéro INSEE de la commune

69123

Précision sur la localisation

Anciennement région de : Rhône-Alpes

Nom de l'édifice

Église Saint-Nizier

Référence Mérimée de l'édifice

PA00117801

Emplacement de l’œuvre dans l’édifice

Mur ouest, au-dessus de la porte sud

Description

Catégorie technique

Peinture, menuiserie

Matériaux et techniques d'interventions

Toile (support) : peinture à l'huile

Description matérielle

Cadre doré.

Indexation iconographique normalisée

Saint Matthieu apôtre

Description de l'iconographie

Dans une niche à conque copiée du saint Marc du palais Pitti de Florence par Fra Bartolomeo, les auteurs ont adapté les figures monumentales des prophètes de Michel-Ange à la chapelle Sixtine, ici le prophète Isaïe a servi de modèle pour la pose et le costume, indépendamment des couleurs. Le visage par contre semble d'après modèle vivant. Saint Matthieu est identifiable à son attribut, l'ange, représenté sur le plat de reliure de son évangile.

Dimensions normalisées

H = 260, la = 220 cm.

Historique

Auteur de l'œuvre ou créateur de l'objet

Gros Antoine Jean (atelier de, peintre) ; Jumelin (menuisier)

Auteur du projet

Buonarrotti Michelangelo, ou : Michel-Ange (d'après, peintre), Fra Bartolomeo (d'après, peintre)

Personnalités liées à l'histoire de l'objet

Besson curé (commanditaire)

Lieu de création

Lieu d'exécution : Ile-de-France, 75, Paris

Siècle de création

1er quart 19e siècle

Année de création

1813

Description historique

L'oeuvre fait partie d'une commande de 7 tableaux passée à Paris par le curé Besson, réalisée par deux élèves non identifiés de l'atelier d'Antoine Jean Gros, et payée par la fabrique fin 1813. Les cadres ont été payés à Jumelin. La commande comprenait un Christ en gloire, les quatre évangélistes, saint Irénée et saint Nizier, tous destinés à orner le choeur de l'église. Cependant, dès 1826, le choeur est habillé de stalles et de lambris montant jusqu'au triforium, et les tableaux sont dispersés dans l'édifice. Il n'en reste aujourd'hui que trois, saint Matthieu, saint Irénée et saint Nizier. Les évangélistes présentent la particularité que leur symboles sont représentés très discrètement sur le plat de reliure de leurs ouvrages.

Statut juridique et protection

Statut juridique du propriétaire

Propriété de la commune

Typologie de la protection

Classé au titre objet

Date et typologie de la protection

1978/02/03 : classé au titre objet

Référence(s) de publication(s)

Gérard Bruyère, Bruno Cartier. 'Les embellissements des églises de Lyon au lendemain de la Révolution. La commande de 1813 pour l'église Saint-Nizier'. 1 : Bulletin municipal du 17 août 2009 ; 2 : BMO suivant

Photographies liées au dossier de protection

ARCH..PHOT. (MH75.P.1213)

Références documentaires

Cadre de l'étude

Liste objets classés MH

Dénomination du dossier

Dossier individuel

1/2
tableau et son cadre : saint Matthieu
tableau et son cadre : saint Matthieu
Ministère de la Culture (France), Médiathèque de l'architecture et du patrimoine, Diffusion RMN-GP
Voir la notice image