ostensoir-soleil de sainte Odile

Désignation

Dénomination de l'objet

Ostensoir

Titre courant

Ostensoir-soleil de sainte Odile

Localisation

Localisation

Grand Est ; Bas-Rhin (67) ; Ottrott ; monastère du Mont Sainte-Odile

Numéro INSEE de la commune

67368

Précision sur la localisation

Anciennement région de : Alsace

Lieu-dit

Mont Sainte-Odile

Nom de l'édifice

Monastère du Mont Sainte-Odile

Référence Mérimée de l'édifice

PA00084884

Milieu d'implantation pour le domaine Inventaire

Isolé

Emplacement de l’œuvre dans l’édifice

Sur le maître-autel de l'église de l'ancien couvent du Mont Sainte-Odile

Description

Catégorie technique

Orfèvrerie

Matériaux et techniques d'interventions

Or, argent, ivoire, pierre précieuse, émail, verre (coloré), perle

Indexation iconographique normalisée

Symbole christique (Christ : pressoir, sang : raisin), sainte Odile, symbole : Alsace

Description de l'iconographie

Ostensoir reposant sur cinq petits pieds rectangulaires portant les armoiries de cinq des grandes villes d'Alsace : Strasbourg, Mulhouse, Colmar, Sélestat et Haguenau. Base tronconique à cinq pans décorés de bas-reliefs en ivoire représentant des scènes de rédemption par le sang du Christ : le Christ au pressoir avec les apôtres Pierre et Paul et saint Etienne déversant des paniers de raisin (inscription portée sous le relief TORCULAR CALCAVI SOLUS) ; le pape, un évêque, un prêtre, un ermite, un moine et une moniale se dirigeant vers le pressoir (inscription FECIT NOS SACERDOTES DEO ET PATRI) ; les représentants des diverses couches de la société civile jetant le contenu de leurs corbeilles de raisin (symbole de péché) dans le pressoir (inscription HI SUNT QUI LAVERUNT STOLAS SUAS IN SANGUINE AGNI) ; le Christ bénissant un personnage agenouillé personnifiant l'humanité fautive (inscription REDEMISTI NOS DOMINE SANGUINE THEO) ; un groupe de personnages païens ou juifs gagnés au Christ par l'intercession d'Elie et Hénoch lors du jugement dernier (inscription SUNT ANTE THRONUM DEI DIE AC NOCTE). La tige est composée d'un dé supportant une statuette en ivoire de sainte Odile. Les cinq pans du dé sont décorés de cinq bas-reliefs orfévrés représentant l'antique couvent du Mont-Sainte-Odile : la façade romane de l'église (avec les inscriptions SCTA ODILIA HOHENBURG), la chapelle des Larmes, la chapelle des Anges, la statue de sainte Odile sur la tour, la source miraculeuse. La statuette représente sainte Odile debout, vêtue en abbesse avec ses attributs (livre ouvert, yeux, crosse), l'index de son bras levé est pointé sur l'hostie, avec l'invite VENITE ADOREMUS. De la lunule en forme de coeur, entourée de la couronne d'épines, rayonnent les bras de la croix terminés en épis de blé rayonnants et d'une vigne entourant la gloire circulaire de ses pampres. Sur la gloire ornée de verre bleu translucide et de pierres précieuses, quatre médaillons en ivoire représentent des personnages en buste, identifiés par des inscriptions, adorant la sainte hostie : Léon IX (le pape alsacien), saint Léger (l'oncle de sainte Odile), sainte Eugénie (nièce et successeur de sainte Odile comme abbesse) et Gundelinde (une autre abbesse). L'inscription APUD TE EST FONS VITAE ET IN LUMINE TUO VIDEBIMUS LUMEN est tirée de la messe de sainte Odile. . Au revers de la gloire les bras de la croix portent chacun une armoirie, un nom et une devise : en haut PIUS XI, à gauche ANDREAS RAESS, à droite CAROLUS RUCH, en bas S.A. ODILIA.

Dimensions normalisées

H = 70 ; gloire : d = 40 ; statuette de sainte Odile : h = 28 cm.

Inscription

Signature, poinçon de maître, date, armoiries, inscription concernant l'iconographie

Précisions sur l'inscription

Poinçon parlant : bec suivi d'un R. Signature et date sur l'un des pieds : BECKER 1932. Initiales EB sur des ivoires : au pied de la statuette de sainte Odile, sur le médaillon de sainte Eugénie, sur le bas-relief du pressoir.

Historique

Auteur de l'œuvre ou créateur de l'objet

Becker Edmond (orfèvre)

Lieu de création

Lieu d'exécution : Ile-de-France, 75, Paris

Siècle de création

2e quart 20e siècle

Année de création

1932

Description historique

Cette oeuvre raffinée, décorative et nourrie de symbolique est une réalisation d'Edmond Becker, orfèvre à Paris, en 1932. Ses lignes géométriques sont représentatives de l'art des années Trente. Elle a été commandée spécifiquement pour le Mont-Sainte-Odile, comme son iconographie l'indique, pour pratiquer l'adoration perpétuelle instituée en 1931 par Mgr Ruch, évêque de Strasbourg.

Statut juridique et protection

Statut juridique du propriétaire

Propriété d'une association diocésaine

Typologie de la protection

Classé au titre objet

Date et typologie de la protection

2009/06/23 : classé au titre objet

Précisions sur la protection

Arrêté : l'ostensoir-soleil de sainte Odile, or, argent, ivoire, pierres précieuses, émail, verre coloré et perles, Edmond Becker, 1930-1932.

Numéro de l'arrêté de protection

2009-043

Observations

L'exposition constituée de deux anges portant une couronne fermée, qui surmonte cet ostensoir, serait une oeuvre de la maison d'orfèvrerie Poussielgue-Rusand, qui a édité certaines oeuvres de Becker.

Référence(s) de publication(s)

'Die neue Monstranz'. Dans : 'Odilienkalender für das Jahr 1934', Mulhouse, 1934.

Photographies liées au dossier de protection

CAOA ; DOM

Références documentaires

Cadre de l'étude

Liste objets classés MH

Dénomination du dossier

Dossier individuel

Date de l'enquête ou du dernier récolement

2004

Date de rédaction de la notice

2011

1/19
ostensoir-soleil de sainte Odile, vue générale
ostensoir-soleil de sainte Odile, vue générale
Ministère de la Culture (France), Médiathèque de l'architecture et du patrimoine (objets mobiliers), tous droits réservés
Voir la notice image