mécanisme d'horloge à échappement à force constante

Désignation

Dénomination de l'objet

Mécanisme d'horloge

Précision sur la typologie de l'objet - hors lexique

Échappement à force constante

Titre courant

Mécanisme d'horloge à échappement à force constante

Localisation

Localisation

Auvergne-Rhône-Alpes ; Isère (38) ; Grenoble ; cathédrale Notre-Dame

Numéro INSEE de la commune

38185

Précision sur la localisation

Anciennement région de : Rhône-Alpes

Nom de l'édifice

Cathédrale Notre-Dame

Référence Mérimée de l'édifice

PA00117178

Milieu d'implantation pour le domaine Inventaire

En ville

Emplacement de l’œuvre dans l’édifice

Salle du premier étage du clocher

Description

Catégorie technique

Horlogerie

Matériaux et techniques d'interventions

Métal

Description matérielle

Ce mécanisme d'horlogerie daterait de 1750 et il a fait l'objet de travaux en 1840, époque à laquelle un horloger local a modifié légèrement le mouvement en y ajoutant un échappement à force constante de son invention. Cet échappement, particulièrement remarquable dans sa conception et son exécution, est assuré par l'application d'un simple poids de six kilos. Le fonctionnement de cet organe régulateur de l'horloge est mécaniquement isolé et permet de pallier les résistances naturelles comme l'effet du vent sur les aiguilles ou des frottements divers du mécanisme, en particulier celui réglant les sonneries, particulièrement importantes puisque l'horloge sonnait les quarts, les demi-heures et les heures en faisant intervenir les différentes cloches de la cathédrale. Le mode d'entraînement des aiguilles du cadran est assuré par une chaîne sans fin qui est une des premières application de la chaîne sans fin de Vaucanson. Cette chaîne a été raccordée en 1884, lors de la construction de la façade écran au clocher (démontée depuis), par une simple transmission commandant deux engrenages d'angle au nouveau cadran.

Dimensions normalisées

Dimensions non prises

État de conservation (normalisé)

Oeuvre restaurée, hors état de marche

Précisions sur l'état de conservation

Le mouvement a été restauré de façon importante en 1932 par Léon Maillet, horloger à Grenoble, qui le trouva dans un bon état global à la réserve près que les aiguilles frottaient sur le cadran ce qui provoquait une usure rapide. Le mouvement a été entretenu par la famille Maillet jusqu'à la deuxième moitié du 20e siècle. Il semble que ce mécanisme ait conservé son intégrité depuis les dernières modifications. Mais il ne se trouve plus en état de fonctionner.

Historique

Auteur de l'œuvre ou créateur de l'objet

auteur inconnu

Siècle de création

Milieu 18e siècle, 2e quart 19e siècle, 4e quart 19e siècle

Année de création

1840, 1884

Description historique

Mécanisme d'horlogerie qui daterait de 1750 et qui a fait l'objet de travaux en 1840 (ajout d'un échappement à force constante) et 1884 (ajout d'une chaîne sans fin comme mode d'entraînement des aiguilles).

Statut juridique et protection

Statut juridique du propriétaire

Propriété de l'Etat

Typologie de la protection

Classé au titre objet

Date et typologie de la protection

2010/05/18 : classé au titre objet

Précisions sur la protection

Arrêté : le mécanisme de l'horloge de la cathédrale de Grenoble.

Numéro de l'arrêté de protection

2010-060

Observations

Le cadran de l'horloge est moderne, reprenant le style du cadran présent avant 1884, à lettres dorées sur fond noir.

Photographies liées au dossier de protection

Sans cliché

Références documentaires

Cadre de l'étude

Liste objets classés MH

Dénomination du dossier

Dossier individuel

Date de l'enquête ou du dernier récolement

2008

Date de rédaction de la notice

2011