tableau et son cadre : portrait (physionotrace) de Louis-Gabriel de Contades-Gizeux

Désignation

Dénomination de l'objet

Tableau, cadre

Numéro artificiel de différenciation de l'objet

EHM12

Appelation d'usage

Physionotrace

Titre courant

Tableau et son cadre : portrait (physionotrace) de Louis-Gabriel de Contades-Gizeux

Localisation

Localisation

Centre-Val de Loire ; Indre-et-Loire (37) ; Gizeux ; château de Gizeux

Numéro INSEE de la commune

37112

Précision sur la localisation

Anciennement région de : Centre

Nom de l'édifice

Château de Gizeux

Référence Mérimée de l'édifice

PA00097766

Emplacement de l’œuvre dans l’édifice

Salon des dames

Description

Catégorie technique

Estampe, sculpture

Structure et typologie

Circulaire

Matériaux et techniques d'interventions

Papier (support) : eau-forte, bois : taillé, peint, doré

Indexation iconographique normalisée

Portrait : homme (en buste, de profil)

Dimensions normalisées

Cadre : d = 9,5 cm.

Inscription

Signature, inscription donnant l'identité du modèle

Précisions sur l'inscription

A la base du sujet : Drawn and engraved by St Mémin Philadelphia. Au revers : Mis de Contades-Gizeux à Philadelphie.

Historique

Personnalités liées à l'histoire de l'objet

Contades-Gizeux Louis-Gabriel de (modèle)

Lieu de création

Lieu d'exécution : USA, Philadelphie

Siècle de création

1er quart 19e siècle

Description historique

L'instrument du physionotrace a été inventé en 1786 par Gilles-Louis Chrétien. Sa découverte a été reprise par un émigré, Charles Févret de Saint-Mémin, qui ouvrit un atelier à Philadelphie en 1801. Il réalisa ainsi le portrait de nombreuses personnalités américaines.

Statut juridique et protection

Statut juridique du propriétaire

Propriété privée

Typologie de la protection

Classé comme un ensemble historique mobilier

Date et typologie de la protection

2019/06/20 : classé comme un ensemble historique mobilier

Précisions sur la protection

L'arrêté n° 008 du 20/06/2019 porte classement d'un ensemble historique mobilier grevé d’une servitude de maintien dans les lieux (PM37001629). 2011/07/29 : classé au titre objet

Numéro de l'arrêté de protection

2011-056

Observations

L'invention de Chrétien mécanisa le dessin du contour du portrait de profil par l'usage d'un pantographe équipé d'un oeilleton de visée. En bougeant l'œilleton, on faisait bouger un crayon qui dessinait le profil du sujet. Le portrait grandeur nature, appelé 'grand trait', était réalisé en quelques minutes et pouvait être colorié aux pastels par un dessinateur. Si le client le désirait, il était possible de réduire avec un autre pantographe le portrait et de le graver sur une plaque de cuivre à l'eau-forte et d'en tirer une douzaine, pour un prix extrêmement modique. Les portraits gravés portaient le nom et l'adresse de l'opérateur ; ils pouvaient également mentionner le nom du modèle, mais la plupart sont anonymes. Ces gravures pouvaient aussi être imprimées en couleurs ou coloriées à la main. Par extension, on appelle physionotrace aussi bien l'appareil, le 'grand trait' ou les portraits gravés ad vivum.

Photographies liées au dossier de protection

CRMH ; DOM

Références documentaires

Cadre de l'étude

Liste objets classés MH ; ensemble historique mobilier

Dénomination du dossier

Dossier individuel

Date de l'enquête ou du dernier récolement

2008

Date de rédaction de la notice

2011

tableau et son cadre : portrait (physionotrace) de Louis-Gabriel de Contades-Gizeux
tableau et son cadre : portrait (physionotrace) de Louis-Gabriel de Contades-Gizeux
© Ministère de la Culture (France), Direction Régionale des Affaires Culturelles du Centre Val-de-Loire, CRMH
Voir la notice image