retable, haut-relief du maître-autel : Lapidation de saint Etienne

Désignation

Dénomination de l'objet

Retable, haut-relief

Appelation d'usage

Du maître-autel

Titre courant

Retable, haut-relief du maître-autel : Lapidation de saint Etienne

Localisation

Localisation

Occitanie ; Haute-Garonne (31) ; Toulouse ; place Saint-Etienne ; cathédrale Saint-Etienne

Numéro INSEE de la commune

31555

Précision sur la localisation

Anciennement région de : Midi-Pyrénées

Canton

Toulouse

Lieu-dit

Saint-Etienne

Adresse de l'édifice

Saint-Etienne (place)

Nom de l'édifice

Cathédrale Saint-Etienne

Référence Mérimée de l'édifice

PA00094498

Emplacement de l’œuvre dans l’édifice

Choeur

Description

Catégorie technique

Marbrerie, sculpture

Matériaux et techniques d'interventions

Pierre, stuc, bois, marbre, bronze

Description matérielle

Le retable, principalement fait de calcaire et de marbres polychromes. Il repose sur un soubassement avec des plaques de marbre enchâssées dans des cartouches de pierre finement sculptés. Le niveau principal est composé de cinq travées, chacune occupée par une niche. Elles sont séparées les unes des autres par de belles colonnes corinthiennes de marbre. Ces niches abritent des statues, avec au centre une niche plus grande percée d'un occulus au sommet apportant un éclairage zénithal, son mur du fond est peint et orné de reliefs en stuc. Le niveau supérieur du retable est composé de frontons latéraux et d'un large fronton central.

Indexation iconographique normalisée

Lapidation de saint Etienne

Description de l'iconographie

De gauche à droite, Les niches abritent les statues de saint Luc et son taureau, saint Matthieu et l'ange, saint Marc accompagné du lion et saint Jean avec l'aigle. Au centre, la vaste niche est occupée par le groupe sculpté de la Lapidation de saint Étienne. Le niveau supérieur du retable est orné de coquilles et de pots à feu et à fruits, et d'un large fronton central où Mercier a placé un Christ en croix de marbre blanc sur une plaque de marbre noir. Deux figures masculines appuyées sur des volutes sont également sculptées de part et d'autre de ce fronton et de grands anges autour d'un vase orné d'une ronde de putti occupent le couronnement du retable.

Précisions sur l'état de conservation

Retable nettoyé en 2009/2010 par l'entreprise Roudier (Montauban, 82), crédit entretien STAP 31.

Inscription

Inscription

Précisions sur l'inscription

Inscription gravée sur une plaque de marbre noir sur le bas : Gervais Drouet, inventeur de cet autel, na faict de ces mains que le lapidement de St Estienne 1670. Inscription au second registre de l'élévation : SAINT ETIENNE PRIEZ POUR MOI, PIERRE MERCIER F. Inscription au niveau du couronnement : DEO O M 1667.

Historique

Siècle de création

3e quart 17e siècle, 2e quart 18e siècle, 1er quart 19e siècle

Année de création

1670, 1727

Description historique

Après l'incendie de 1609, la décoration du choeur n'est pas la priorité. C'est en 1662 que les chanoines décident de faire construire un nouveau retable, suite à d'importants legs de Taffin et du chanoine Pierre de Caumels. Ils passent commande à Gervais Drouet (1609-1673) qui travaille alors au jubé de la cathédrale d'Auch. Celui-ci est originaire du Maine où il est formé aux côtés de Gervais Delabarre. Il effectue ensuite un séjour à Rome où il travaille sous les ordres de Bernin et de Borromini. Il s'installe à Toulouse vers 1654. Ne pouvant s'occuper de l'architecture du retable lui-même, il confie la tâche à Pierre Mercier. Entre 1662 et 1668, ce dernier construit le retable de pierre et de marbre en quatre étapes successives, décrites par quatre contrats. En 1668, il fournit également les statues pour orner les niches latérales mais elles ne conviennent pas aux chanoines et sont refusées. Pendant ce temps, Gervais Drouet travaille au groupe sculpté central représentant le martyre de saint Étienne, patron de la cathédrale. Il peut placer le groupe en 1670. Drouet déploie ici tout son savoir-faire et use du mouvement et de la théâtralité baroque apprise sur les chantiers romains. Celui-ci revendique la paternité de son oeuvre en plaçant une inscription sous la niche centrale précisant que « GERVAIS DROUET INVENTUR DE CET / AUTEL NA FAICT DE CES MAINS / QUE LE LAPIDEMENT DE ST / ESTIENNE 1670'. Il semble qu'ensuite les niches latérales soient restées vides jusqu'en 1727, date à laquelle les chanoines passèrent commande à Marc Arcis, sculpteur du roi, et à son disciple Hardy pour les figures en pied des quatre évangélistes. Arcis réalise lui-même saint Luc et saint Marc alors que Hardy est chargé de saint Matthieu et saint Jean. En 1805, un ouragan s'abat sur Toulouse et brise les verrières de la cathédrale qui endommagent le retable et notamment le groupe de la Lapidation de saint Étienne. Celui-ci est restauré en 1885. Figure dans l'inventaire dressé suite à la séparation des églises et de l'Etat au même emplacement.

Statut juridique et protection

Statut juridique du propriétaire

Propriété de l'Etat

Typologie de la protection

Classé au titre objet

Date et typologie de la protection

1907/01/15 : classé au titre objet

Numéro d'inventaire affecté à l'objet

TO100

Observations

Il n'y a pas de rapport de restauration de l'entreprise Roudier.

Référence(s) de publication(s)

D'Aldéguier Auguste, Notice sur l'église de saint Etienne de Toulouse, Mémoires de la Société Archéologique du midi de la France, tome premier, 1834, pp.41-42. Lahondès Jules de, L'église Saint-Étienne : cathédrale de Toulouse, Toulouse, Ed. Privat, 1890, pp 291-295. MESURET Robert, Évocation du vieux Toulouse, Paris, Éd. de Minuit, 1960, pp. 225-226. Julien Pascal, Gervais Drouet et le retable majeur de la cathédrale Saint-Étienne de Toulouse (1662-1667): l'honneur d'un sculpteur, Mémoires de la Société Archéologique du midi de la France, t. LXVII, 2007, pp 145-179. CAZES Daniel, « Travaux et restaurations à la cathédrale de Toulouse aux XIXe et XXe siècles (1802-1969) », M.S.A.M.F., 1979-1980, p12-13. SARTRE Fabienne, Arcis Marc, un toulousain sculpteur du roi (1652-1739), Thèse de doctorat : Histoire Art : Toulouse 2 : 1999.

Sources d'archives et bases de données de référence

AD, 3V11 : cathédrale Saint Etienne de Toulouse, mobilier, 1802-1883.Inventaire 2012 Marie Bachy pour la Conservation régionale des Monuments historiques de Midi-Pyrénées.

Photographies liées au dossier de protection

CAOA ; CRMH ; SRI (9231 166 V ET 167 VA, 92310174 V ET 175 VA) ; SAINT CYR (252017, 252020, 252021, 14443 A 45)

Références documentaires

Cadre de l'étude

Liste objets classés MH

Dénomination du dossier

Dossier individuel

Date de l'enquête ou du dernier récolement

2012

Ensemble du choeur, vers l'est
Ensemble du choeur, vers l'est
Ministère de la Culture (France), Médiathèque de l'architecture et du patrimoine, diffusion RMN-GP
Voir la notice image