maquette du projet du groupe de la Crucifixion réalisée pour l'église Saint-Louis à Brest

Désignation

Dénomination de l'objet

Maquette, groupe sculpté

Appelation d'usage

Du projet du groupe de la Crucifixion réalisée pour l'église Saint-Louis à Brest

Titre courant

Maquette du projet du groupe de la Crucifixion réalisée pour l'église Saint-Louis à Brest

Localisation

Localisation

Bretagne ; Finistère (29) ; Brest ; église Saint-Louis

Numéro INSEE de la commune

29019

Canton

Brest

Nom de l'édifice

Église Saint-Louis

Emplacement de l’œuvre dans l’édifice

Au domicile du propriétaire.

Description

Catégorie technique

Sculpture

Matériaux et techniques d'interventions

Bois : peint, polychrome

Indexation iconographique normalisée

Christ en croix, Vierge, saint Jean

Dimensions normalisées

H = 15,7 ; la = 9,7 (Christ) ; h = 9,5 ; la = 3,1 (saint Jean) ; h = 9,5 ; la = 3 (Vierge)

Historique

Auteur de l'œuvre ou créateur de l'objet

Kaeppelin Philippe (sculpteur)

Etape de création

Modèle

Siècle de création

3e quart 20e siècle

Année de création

1957

Description historique

Maquette du projet du groupe de la Crucifixion réalisée par Philippe Kaeppelin (1918-2011) pour l'église Saint-Louis à Brest, vers 1957. La destruction de Brest a été presque totale lors de la Seconde Guerre Mondiale. Elle s'est reconstruite en faisant table rase du passé. Tous les vestiges qui auraient pu être amendés ou restaurés ont été détruits, dont l'église des Jésuites, Saint-Louis. En 1953, la ville décide de reconstruire sur le même emplacement une nouvelle église. Le groupe d'architectes Yves Michel qui gagne le concours s'inspire des églises modernes de la Suisse germanophone. De dimensions imposantes, elle présente une architecture très verticale, fait usage du béton armé et d'un pavement de pierre de Logonna. Avec ses 97 mètres de long et ses 27 mètres de large, elle peut accueillir jusqu'à 2000 fidèles. L'art moderne, omniprésent à l'intérieur de l'édifice, est particulièrement soigné, avec notamment l'autel de Philippe Laeppelin, la tapisserie de Jean Olin et les vitraux de Maurice Roche et des frères Bory. Philippe Kaeppelin a commencé le travail en atelier à Vanves, puis les oeuvres ont été transportées jusqu'à Brest. L'artiste-plasticien réalise pour l'église le maître-autel, l'autel et le tabernacle du Saint-Sacrement, et la Crucifixion. Les croquis préparatoires sont conservés aux archives diocésaines. Le niveau de finition n'est pas très abouti : l'artiste a fait le choix de travailler sur l'harmonie des volumes et sur le jeu des ombres et des lumières. L'artiste a également travaillé pour Notre-Dame de Paris dans les années 1960. Il n'y a pas eu de programme iconographique imposé pour l'église.

Statut juridique et protection

Statut juridique du propriétaire

Propriété privée

Typologie de la protection

Classé au titre objet

Date et typologie de la protection

2015/07/10 : classé au titre objet

Précisions sur la protection

Arrêté de classement n° 059. CDOM 04/03/2014. CNMH 27/01/2015. Inscrit au titre objet le 02/04/2014.

Sources d'archives et bases de données de référence

Christine Jablonski (conservateur des Monuments Historiques de Bretagne) ; conservation des antiquités et objets d'art du Finistère

Références documentaires

Cadre de l'étude

Liste objets classés MH

Dénomination du dossier

Dossier individuel

1/2
maquette du projet du groupe de la Crucifixion réalisée pour l'église Saint-Louis à Brest, vue générale
maquette du projet du groupe de la Crucifixion réalisée pour l'église Saint-Louis à Brest, vue générale
Ministère de la Culture (France), Médiathèque de l'architecture et du patrimoine (objets mobiliers), tous droits réservés
Voir la notice image