POP

Plateforme ouverte du patrimoine

tableau et son cadre : l'Assomption (maître-autel)

Désignation

Dénomination de l'objet

Tableau ; cadre

Précision sur la typologie de l'objet - hors lexique

Tableau d'autel

Titre courant

Tableau et son cadre : l'Assomption (maître-autel)

Localisation

Localisation

Nouvelle-Aquitaine ; Creuse (23) ; Ajain ; église paroissiale de l'Assomption-de-la-Très-Sainte-Vierge

N° INSEE de la commune au moment de la protection

23002

Précision sur la localisation

Anciennement région de : Limousin

Canton

Guéret Nord

Nom de l'édifice

Église paroissiale de l'Assomption-de-la-Très-Sainte-Vierge

Référence Mérimée de l'édifice

PA00099985

Milieu d'implantation pour le domaine Inventaire

En village

Emplacement de l’œuvre dans l’édifice

Choeur, mur oriental, retable du maître-autel

Lieu de déplacement de l'objet

Lieu de déplacement : Auvergne, 03, Urçay, en gardiennage à l'atelier Auvity

Description

Catégorie technique

Peinture ; menuiserie

Structure et typologie

Rectangulaire vertical

Matériaux et techniques d'interventions

Toile (support) : peinture à l'huile ; bois (chêne) : taillé, peint, doré

Description matérielle

Toile de lin de fabrication artisanale ; support constitué de 7 lés : 4 contemporains de la création de l'oeuvre et 3 postérieurs ; rentoilage du support d'origine et oeuvre redimensionnée pour correspondre au cadre du retable. Fine couche de préparation brun rougeâtre. Châssis neuf datant de la dernière restauration. Cadre en bois mouluré peint d'un brun foncé avec filet doré ; la polychromie d'origine est un bleu nuancé de vert sombre accompagnant des décors sculptés.

Indexation iconographique normalisée

Assomption ; les apôtres ; angelot ; paysage

Description de l'iconographie

La Vierge couverte d'un léger voile blanc et vêtue d'une robe rose que recouvre un manteau bleu, le bras droit replié sur sa poitrine, le bras gauche levé paume ouverte, assise sur une nuée portée par quatre angelots, s'élève au-dessus de son tombeau ouvert sous le regard surpris des apôtres. Chacun d'eux exprime sa stupeur par une posture, une gestuelle des mains et des regards différents. Sur le côté droit du tableau s'ouvre une perspective sur un paysage lointain au ciel bleu.

Dimensions normalisées

H = 254 ; la = 205,5

Précisions sur les dimensions

Avec cadre : h = 306 ; la = 262.

État de conservation (normalisé)

Oeuvre restaurée

Précisions sur l'état de conservation

Avant restauration : une étroite bande verticale a été ajoutée sur le côté gauche pour agrandir la toile, probablement au 19e siècle quand le tableau a été intégré au retable Empire. Restauration par l'atelier Auvity (Urçay) en 2008 : toile de lin fin 17e ou début 18e siècle, absence de dessin préparatoire en lumière infrarouge, repentir au niveau des mains, couche picturale très fine, ton bleu particulier à l'école de Champaigne, rendu des chevelures avec empâtements très clairs au sommet des boucles.

Historique

Siècle de création

17e siècle

Description historique

La restauration de 2008 permet d'attribuer ce tableau de très belle facture, du 17e siècle, à l'entourage de Philippe de Champaigne, vraisemblablement son neveu Jean-Baptiste. En effet, le restaurateur a fait les observations suivantes : le rentoilage et le redimensionnement de l'oeuvre dateraient du 19e siècle ; en revanche, la création de l'oeuvre daterait du 17e siècle comme en témoignent différents éléments : couche colorée très fine, traitement des mains et des chevelures, expressions des visages, utilisation de la couleur bleue. Cette oeuvre a été exécutée par un peintre très expérimenté. En lumière infrarouge, le restaurateur a noté l'absence de dessin préparatoire indiquant une grande maîtrise de la technique picturale. Cette oeuvre frappe par ses affinités avec plusieurs oeuvres de Philippe de Champaigne : sont à noter des similitudes avec les compositions des Assomptions d'Alençon, du Louvre, de Grenoble mais aussi des similitudes dans le traitement des personnages d'autres tableaux comme la grande Cène de Lyon ainsi que des parallèles avec l'Assomption de la cathédrale Saint-Michel et Saint-Gudule de Bruxelles réalisée par son neveu Jean-Baptiste de Champaigne. La seigneurie d'Ajain a été la possession de la famille d'Oyron jusqu'en 1664, date de sa vente à Alexandre de Seiglière. Le prince de Condé nommait les titulaires à la cure en 1625. Il existait une chapelle de Notre-Dame-de-la-Rode, aujourd'hui détruite, mais qui chaque 15 août faisait l'objet d'une dévotion sur son ancien emplacement. Le tableau est cité dans l'inventaire de 1906 comme suit : 'Dans le panneau central, on voit un grand tableau sur toile représentant l'Assomption ne paraissant pas signé et détérioré par l'humidité'.

Statut juridique et protection

Statut juridique du propriétaire

Propriété de la commune

Typologie de la protection

Classé au titre objet

Date et typologie de la protection

2010/07/13 : classé au titre objet

Précisions sur la protection

Arrêté : un tableau et son cadre en bois doré, l'Assomption, huile sur toile, entourage ou atelier de Philippe de Champaigne, 2e moitié du XVIIe siècle ou 1er quart du XVIIIe siècle.

Numéro de l'arrêté de protection

2010-073

Référence(s) de publication(s)

André Lecler. 'Dictionnaire topographique, archéologique et historique de la Creuse'. 1902, rééd. 2000, p. 14-16 ; Alain Tapie, Nicolas Sainte-Fare-Garnot (dir.). 'Philippe de Champaigne, 1602-1674, entre politique et dévotion'. Catalogue de l'exposition au palais des Beaux-Arts de Lille et au musée Rath de Genève, 27 avril 2007-13 janvier 2008, RMN, 2007 ; Dominique Breme (dir.). 'A l'école de Philippe de Champaigne'. Catalogue de l'exposition au musée d'Evreux du 18 novembre 2007 au 17 février 2008, Somogy éditions d'art, 2007

Photographies liées au dossier de protection

CRMH (07230001NUCA) ; cl. atelier Auvity, 2008 ; DOM

Références documentaires

Cadre de l'étude

Dénomination du dossier

Dossier individuel

Date de l'enquête ou du récolement

1996

Date de rédaction de la notice

1997

N° INSEE de la commune actuelle

03293

1/4