peinture monumentale : Charité de saint Martin, saint Georges et le dragon, Martyre de saint Sébastien

Désignation

Dénomination de l'objet

Peinture monumentale

Titre courant

Peinture monumentale : Charité de saint Martin, saint Georges et le dragon, Martyre de saint Sébastien

Localisation

Localisation

Nouvelle-Aquitaine ; Corrèze (19) ; Nonards ; église paroissiale Saint-Martin

Numéro INSEE de la commune

19152

Précision sur la localisation

Anciennement région de : Limousin

Canton

Beaulieu-sur-Dordogne

Nom de l'édifice

Église paroissiale Saint-Martin

Référence Mérimée de l'édifice

PA00099976

Milieu d'implantation pour le domaine Inventaire

En village

Emplacement de l’œuvre dans l’édifice

Dans le choeur

Description

Catégorie technique

Peinture murale

Matériaux et techniques d'interventions

Enduit (support) : peint

Indexation iconographique normalisée

Charité de saint Martin, sagittation de saint Sébastien, saint Georges et le dragon, ornement géométrique

Description de l'iconographie

S'il ne demeure que des restes fragmentaires dans la nef et sur les arcs des chapelles latérales, celles du choeur forment un ensemble plus cohérent. A gauche de la fenêtre axiale décorée de motifs géométriques, cubes en trompe l'oeil et damiers dans des teintes à base de colorants tirés de terres (ocre rouge, jaune) et bleus, on distingue très nettement une scène liée à la légende martinienne. Saint Martin était d'ailleurs le patron de l'église de Nonards. Représenté comme un jeune damoiseau du 15e, saint Martin est, ici, bien loin du légionnaire qu'il était. Il porte un riche costume de jeune noble au col fourré et se coiffe d'un noir chapeau de feutre aux larges bords ? Il se penche légèrement vers un infirme qui a perdu un pied et s'appuie sur une béquille, et fend son manteau d'une longue épée. Les coloris choisis par l'artiste sont les mêmes que ceux déjà notés pour la fenêtre axiale. De l'autre côté de la fenêtre, un autre guerrier est représenté, il s'agit de saint Georges terrassant le dragon. Vêtu d'une armure de chevalier, monté sur un destrier dont des travaux ultérieurs au 18e siècle ont fait disparaître la tête, saint Georges terrasse un dragon de couleur jaune rampant à ses pieds. A droite de cette scène, est représenté le martyre de saint Sébastien. Le jeune martyre est attaché à une haute colonne, entouré de deux archers, le corps criblé de flèches. Il est nu, simplement vêtu du perizonium. Les deux bourreaux s'acharnent sur lui et le peintre a souligné leur rictus, l'un d'eux tient une flèche entre ses dents.

Dimensions normalisées

Dimensions non prises.

État de conservation (normalisé)

Oeuvre restaurée

Précisions sur l'état de conservation

Restauration en 1988 par A. Carré.

Inscription

Inscription

Précisions sur l'inscription

Fragments d'inscriptions sous chaque scène.

Historique

Auteur de l'œuvre ou créateur de l'objet

auteur inconnu

Siècle de création

2e moitié 15e siècle

Description historique

C'est en 1987, au cours de travaux de restauration de l'église de Nonards, que ces peintures murales furent découvertes sous un enduit du 19 siècle. Le costume et les longs cheveux blonds de saint Martin, le harnachement du cheval et l'armure de saint Georges, le type juvénile et nu de saint Sébastien permettent d'avancer une datation vers la 2e moitié du 15e siècle, voire la fin du 15e siècle.

Statut juridique et protection

Statut juridique du propriétaire

Propriété de la commune

Typologie de la protection

Inscrit au titre objet

Date et typologie de la protection

1989/10/20 : inscrit au titre objet

Précisions sur la protection

Arrêté préfectoral : Peintures murales, saint Martin, Georges, Sébastien, fin XVème siècle, dans le choeur de l'église. L'église (cad. A 410) a ensuite été protégée : inscription par arrêté du 22 janvier 1992, qui comprend les peintures murales.

Observations

Ces peintures offrent un ensemble cohérent, leur iconographie s'attache à la description de trois saints guerriers romains particulièrement vénérés à la fin du Moyen Age. En 1426, la famille noble des Martret fit construire une chapelle attenante à la nef romane, ne peut-on imaginer que les paroissiens aient ressenti alors le désir de 'moderniser' leur église en lui offrant un décor peint ? Celui-ci, en raison de son attachement à des saints guerriers, est sans doute lié à la commande par une famille noble.

Référence(s) de publication(s)

Sophie Cassagne. 'A Nonards et à Chamboulive en Corrèze, on réinvente le patrimoine'. Corrèze Magazine, nov. 1988, p. 13-16.

Photographies liées au dossier de protection

SRI (02190458XA, 02190459XA, 02190460XA, 02190461XA, 02190462XA)

Références documentaires

Cadre de l'étude

Liste objets inscrits MH

Dénomination du dossier

Dossier individuel

Date de l'enquête ou du dernier récolement

2004

Date de rédaction de la notice

2004

1/5
peinture monumentale : charité de saint Martin, saint Georges et le dragon, martyre de saint Sébastien
peinture monumentale : charité de saint Martin, saint Georges et le dragon, martyre de saint Sébastien
© Inventaire général, ADAGP
Voir la notice image