retable (retable architecturé)

Désignation

Dénomination de l'objet

Retable

Précision sur la typologie de l'objet - hors lexique

Retable architecturé

Titre courant

Retable (retable architecturé)

Localisation

Localisation

Nouvelle-Aquitaine ; Corrèze (19) ; Ussel ; chapelle des pénitents bleus, actuellement musée d'art sacré

Numéro INSEE de la commune

19275

Précision sur la localisation

Anciennement région de : Limousin

Canton

Ussel

Nom de l'édifice

Chapelle des pénitents bleus, actuellement musée d'art sacré

Milieu d'implantation pour le domaine Inventaire

En ville

Emplacement de l’œuvre dans l’édifice

Adossé contre le mur oriental

Lieu de déplacement de l'objet

Oeuvre volée partiellement

Informations relatives aux vols

Le bas-relief représentant un évêque de profil écrivant devant une croix latine (saint Bonaventure), au soubassement, en pendant du panneau de saint Augustin, a été volé après 1951 ; sur les stylobates des colonnes centrales deux reliefs d'Evangélistes avaient déjà disparu avant 1950 ; un troisième relief représentant un Evangéliste au stylobate de la colonne extérieure gauche a été volé en 1967 ; une statuette de saint Joseph et une statuette d'ange adorateur qui étaient placées sur la corniche du retable jusqu'en 1949 puis avaient été descendues sur l'autel avant 1967 ont été volées entre 1967 et 1969.

Description

Catégorie technique

Menuiserie, sculpture

Matériaux et techniques d'interventions

Bois : peint, polychrome, doré

Description matérielle

Le retable est organisé en trois travées surmontées chacune par un fronton ; sur les travées latérales, deux colonnes entourent une niche où est placée une statue, leur soubassement comporte un décor sculpté, chaque fronton est agrémenté d'un panneau sculpté en demi-relief ; la travée centrale est occupée par un important demi-relief, au-dessus le fronton comporte niche et ailerons

Indexation iconographique normalisée

Ornementation (colonne torse, rinceau, chapiteau corinthien, pampre, à feuille d'acanthe, coquille, chute, fleur, pot à feu), angelot, Dieu le Père, Annonciation, Nativité, Les Evangélistes, saint Augustin, Vierge à l'Enfant, saint Joseph (?), ange (?) : dévotion, saint Bonaventure : ? (évêque, de profil, écriture, croix latine)

Description de l'iconographie

Les colonnes torses à chapiteaux corinthiens, décorées de pampres, supportent un entablement sculpté de rinceaux ; les niches à fond bleu sont ornées d'une coquille dorée, à leur base deux angelots forment console, à leur sommet un petit médaillon contenait un angelot ; à la base des colonnes, les figures en pied des évangélistes étaient rapportées (il ne subsiste que celle de saint Matthieu accompagné de l'ange, au soubassement de la colonne de droite). La base des travées latérales est décorée de chutes de fleurs, d'angelots retenant des chutes de fruits ainsi que de deux panneaux sculptés : seul subsiste celui figurant saint Augustin écrivant de la main droite et tenant un coeur enflammé de la main gauche, son pendant représentait saint Bonaventure écrivant devant une croix latine. Les frontons des travées latérales sont cantonnés d'ailerons à enroulements, à gauche ils sont disposés autour de l'Annonciation, à droite autour de la Nativité ; le fronton de la travée centrale accueille la statue de la Vierge à l'Enfant dans une niche entourée d'anges en terme et d'ailerons, au sommet figure Dieu le Père à mi-corps. Les colonnes centrales sont surmontées d'un pot à feu, les colonnes extérieures étaient surmontées d'une statuette de saint Joseph (?) à gauche et d'une statuette d'ange adorateur (sans ailes) à droite.

Dimensions normalisées

H = 695 ; l = 596 ; colonnes : h = 190 ; panneau de saint Augustin : h = 85, l = 85

État de conservation (normalisé)

Oeuvre restaurée

Précisions sur l'état de conservation

Après classement : oeuvre restaurée en 1952, puis par Marcel Maimponte en 1959-1961 et en 1973. Les têtes d'angelots garnissant les petits médaillons au-dessus des niches ont été déplacées en écoinçons du tableau d'autel. Le relief de saint Augustin qui se trouvait en soubassement de l'aile droite du retable a été replacé en soubassement de l'aile gauche, à la place de celui de saint Bonaventure disparu. Un élément d'applique représentant une tête de putto surmontant une chute d'acanthes, retrouvé en 1999 en mauvais état, provient peut-être de ce retable ; un autre élément identique, vermoulu, a été détruit il y a quelques années.

Historique

Auteur de l'œuvre ou créateur de l'objet

Delimosin Paul (sculpteur)

Siècle de création

1er quart 18e siècle

Année de création

1711

Statut juridique et protection

Statut juridique du propriétaire

Propriété de la commune

Typologie de la protection

Classé au titre objet

Date et typologie de la protection

1949/09/24 : classé au titre objet

Précisions sur la protection

Arrêté : Retable XVIIème siècle, autel XVIIème siècle, tabernacle XVIIème siècle, bois doré. Candélabres 6. Ussel, église.

Photographies liées au dossier de protection

SRI (97190559VA, 00190338X, 00190261XB, 00190262XB, 01190433XA, 01190415X)

Références documentaires

Cadre de l'étude

Liste objets classés MH

Dénomination du dossier

Sous-dossier avec sous-dossier

Partie constituante

Demi-relief, statue (2)

Références des parties constituantes étudiées

PM19000705

Intitulé de l'ensemble

Ensemble de l'autel

Référence des l'ensemble

PM19000468

Date de l'enquête ou du dernier récolement

1997

Date de rédaction de la notice

1997

1/6
ensemble (autel, gradin d'autel, tabernacle, exposition, retable)
ensemble (autel, gradin d'autel, tabernacle, exposition, retable)
© Inventaire général, ADAGP
Voir la notice image