POP

Plateforme ouverte du patrimoine

tableau et son cadre : la Pentecôte, ou la Descente du Saint-Esprit

Désignation

Dénomination de l'objet

Tableau ; cadre

Titre courant

Tableau et son cadre : la Pentecôte, ou la Descente du Saint-Esprit

Localisation

Localisation

Auvergne-Rhône-Alpes ; Cantal (15) ; Saint-Flour ; cathédrale Saint-Pierre-et-Saint-Flour

N° INSEE de la commune au moment de la protection

15187

Précision sur la localisation

Anciennement région de : Auvergne

Nom de l'édifice

Cathédrale Saint-Pierre-et-Saint-Flour

Référence Mérimée de l'édifice

PA00093609

Emplacement de l’œuvre dans l’édifice

Mur sud de la 2e travée du bas-côté sud

Description

Catégorie technique

Peinture

Matériaux et techniques d'interventions

Toile (support) : peinture à l'huile ; bois : doré

Indexation iconographique normalisée

Pentecôte

Dimensions normalisées

H = 386 ; la = 255

État de conservation (normalisé)

Oeuvre restaurée

Précisions sur l'état de conservation

Restauration en 1996, du tableau par Jacques de Grasset (Avignon) et du cadre par Daniel Nicaud (Le Puy-en-Velay).

Historique

Auteur de l'œuvre ou créateur de l'objet

Personnalités liées à l'histoire de l'objet

Médicis Marie de (?, commanditaire)

Lieu de provenance

Lieu de provenance : Ile-de-France, 75, Paris, rue Saint-Jacques, couvent de carmélites (?)

Siècle de création

2e quart 17e siècle (?)

Année de création

1628

Description historique

Il est proposé pour cette œuvre une attribution à Philippe de Champaigne. Ce serait le tableau manquant du cycle des carmélites du couvent de la rue Saint-Jacques à Paris. Cette commande de 1628 d'un cycle sur la vie de la Vierge pour l'église des Carmélites de la rue Saint-Jacques, dont la reine Marie de Médicis était bienfaitrice, constitue la première grande commande d'un ensemble ambitieux et monumental passé à Philippe de Champaigne. La série comptait sept tableaux : le songe de saint Joseph, aujourd'hui au Louvre, œuvre ruinée qui a été assez rapidement déplacée ; une Résurrection de Lazare, à Grenoble ; une Nativité reconnue avec certitude, à Lyon ; une Adoration des Rois, détruite à Strasbourg lors de la guerre de 1870 ; une Présentation au Temple, à Dijon ; une Assomption, au musée du Louvre, et juste avant cette Assomption, une Pentecôte dans laquelle il est proposé de reconnaître ce tableau. Dans le passé, beaucoup de tableaux ont pu être confondus avec ce tableau de la Pentecôte. Parmi ceux-ci, celui acheté par l'Etat pour le Val de Grâce, et qui provient effectivement du Collège des Carmélites de la rue Saint-Jacques, mais de la salle de la reine, et qui est plus tardif. L'autre tableau confondu, est celui envoyé dans l'église de Libourne, aujourd'hui au musée de Libourne, mais qui est attribué avec raison à Nicolas de Plattemontagne. L'attribution du tableau de la Pentecôte restait à faire, et en recoupant les éléments stylistiques avec les éléments de dimensions , tout se corrobore. Concernant les analogies pour les types physiques, il évoque la Nativité, et également l'Assomption du Louvre qui constituent vraiment les œuvres stylistiquement les plus proches du tableau de Saint Flour. Ainsi si l'on accepte cette hypothèse, ce tableau clôt un ensemble dispersé. On sait que les seules pièces non visibles aujourd'hui sont avec certitude, pour l'une détruite à Strasbourg, pour l'autre, ruinée au Louvre. Reste à a sa voir comment l'œuvre est arrivée à Saint-Flour ? Par les sources anciennes et les inventaires, on suit parfaitement. le tableau de 1640 à 1798. Les pistes sont ensuite brouillées, la prochaine trace que l'on a est une mention dans un petit guide de 1933 sur Saint-Flour, qui met le tableau au milieu de copies 19e siècle, ce qui a été la source de beaucoup de confusions.

Statut juridique et protection

Statut juridique du propriétaire

Propriété de l'Etat

Typologie de la protection

Classé au titre objet

Date et typologie de la protection

2011/04/26 : classé au titre objet

Numéro de l'arrêté de protection

2011-039

Observations

L'artiste y développe son tout premier style, français si l'on peut dire, et si l'on considère que les œuvres du Luxembourg sont encore largement représentatives d'un métier flamand.£Tous ces tableaux se caractérisent par une sorte de veine flamande indéniable, avec des types qu'on a pu qualifier de 'Rubénien', comportant une certaine forme de déséquilibre dans les compositions, du moins dans les premières compositions, symptôme assez habituel d'un artiste jeune qui s'essaye au grand format. On observe également dans ses premiers tableaux, une perméabilité de ce que nous appellerons un esprit français, qui se caractérise notamment dans la Pentecôte par un grand purisme architectural et un sens de l'ordonnancement qui n'a déjà plus grand chose de flamand.£Le dynamisme de la composition, l'agitation qui y règne, le déséquilibre peut-être, ne sont pas nécessairement sans lien avec l'art d'un autre artiste rentré en France depuis 1627, et qui en 1628 travaille à une œuvre manifeste à Saint-Nicolas des Champs, et dont la manière a offert une alternative à Rubens d'emblée très appréciée, et que Philippe de Champaigne ne pouvait pas ignorer, Simon Vouet

Photographies liées au dossier de protection

DOM

Références documentaires

Dénomination du dossier

Dossier individuel

Date de l'enquête ou du récolement

2009

Date de rédaction de la notice

2011

1/3