statue : Saint Michel terrassant le dragon

Désignation

Dénomination de l'objet

Statue

Précision sur la typologie de l'objet - hors lexique

Petite nature

Titre courant

Statue : Saint Michel terrassant le dragon

Localisation

Région

Hauts-de-France

Département

02

Commune

Saint-Quentin

Numéro INSEE de la commune

02691

Précision sur la localisation

Anciennement région de : Picardie

Canton

Saint-Quentin-Centre

Nom de l'édifice

Basilique Saint-Quentin

Référence Mérimée de l'édifice

PA00115910

Emplacement de l’œuvre dans l’édifice

Dans le déambulatoire de la basilique : adossée au mur séparant la chapelle Saint-Louis de la chapelle absidiale centrale.

Description

Catégorie technique

Sculpture

Structure et typologie

D'applique (?), revers ébauché

Matériaux et techniques d'interventions

Calcaire : taillé, peint, polychrome

Description matérielle

La statue est en calcaire peint de couleurs variées et se dresse sur une base rectangulaire. Le revers de la statue est ébauché, presque plat, légèrement évidé au centre. Ce revers ne comporte pas de polychromie. Sans être réellement une statue d'applique, l'oeuvre était faite pour être vue seulement de face ou de trois-quarts. La lance en bois est un élément rapporté.

Indexation iconographique normalisée

Saint Michel, en pied, de trois-quarts, tunique, manteau, lance, bouclier, foulant aux pieds, dragon, couché sur le dos, flamme

Description littéraire de l'iconographie

L'archange saint Michel est représenté debout, le haut du corps tourné de trois-quarts. Il pose le pied droit sur le démon renversé sur le dos, figuré sous les traits d'une sorte de dragon dont la langue se termine par des flammes, et la queue par une pointe de flèche. Saint Michel, revêtu d'une longue tunique ceinturée à la taille et d'un manteau maintenu par un fermail ouvragé, possède un visage effilé encadré par de longs cheveux bouclés. Il tient dans sa main droite la lance avec laquelle il transperce la gueule du monstre, et de l'autre un bouclier en forme d'écu de tournoi, reconnaissable à son échancrure. La lance étant une création moderne, il est possible que l'archange ait plutôt tenu à l'origine une grande croix, avec la hampe de laquelle il perçait la gueule du monstre. Le traitement de la chevelure de l'archange, très discret sur le dessus de la tête, incite à se demander si un ornement (couronne, bandeau, diadème) n'y était pas posé à l'origine. Les archanges portent parfois ce genre de bijou, symbole de leur rang élevé dans la hiérarchie céleste.

Dimensions normalisées

H = 131 ; la = 65 ; pr = 36 (statue) ; h = 36,5 ; la = 52 ; pr = 29 (console)

État de conservation (normalisé)

Oeuvre restaurée

Précisions sur l'état de conservation

Certaines parties de l'oeuvre paraissent avoir été rapportées : il s'agit peut-être de restaurations. La polychromie actuelle est moderne et semble recouvrir une polychromie plus ancienne. Il manque la plus grande partie de la lance ou de la croix de l'archange et ses ailes (ainsi que l'ornement de sa chevelure s'il y en avait un). La statue a perdu quelques éclats. Oeuvre restaurée en 2015 par Christine Bazireau.

Historique

Personne morale créatrice de l'objet

Nord de la France (école)

Siècle de création

2e moitié 15e siècle

Description historique

Cette statue de saint Michel est attribuable aux ateliers du nord de la France. Les caractéristiques stylistiques de l'oeuvre (traitement accusé des plis du vêtement qui évoque la sculpture sur bois, visage anguleux aux yeux en amande, cheveux bouclés encadrant le visage et dégageant le front, mouvement dynamique du corps animé par une légère torsion, caractère fantastique du dragon foulé par l'archange) permettent de dater cette sculpture de la seconde moitié du 15e siècle. L'histoire de cette oeuvre n'est pas connue jusqu'en 1855, date à laquelle le baron de Guilhermy la remarque, déposée dans la chapelle Saint-Michel qui occupe le premier étage du clocher. C'est dans la seconde moitié du 19e siècle que la statue a gagné l'emplacement qui est encore le sien aujourd'hui.

Statut juridique et protection

Statut juridique du propriétaire

Propriété de la commune

Typologie de la protection

Classé au titre objet

Date et typologie de la protection

1971/11/04 : classé au titre objet

Référence(s) de publication(s)

Dreiling, Prof. Dr. Raymund, Die Basilika von St. Quentin. Ihre Geschichte und ihr Charakter, St. Quentin, 1916. p. 45. ; Hachet, Jules, La basilique de Saint-Quentin. Son Histoire - Sa Description, Troisième édition, Saint-Quentin : Imprimerie moderne, 192,. p. 37.

Sources d'archives et bases de données de référence

BnF (Cabinet des Manuscrits) : naf 6108 (collection Guilhermy). folio 314 verso. ; A Evêché Soissons : 3 F 1893-1896. Etat présenté par M. le curé de la Basilique de Saint-Quentin. p. 14 ter. ; Oger-Leurent Anita (consrevateur des Monuments historiques de Picardie) ; Guiochon Xavier-Philippe (Inventaire général de Picardie) ; Riboulleau Christiane (Inventaire général de Picardie)

Photographies liées au dossier de protection

DOM

Références documentaires

Cadre de l'étude

Liste objets classés MH

Dénomination du dossier

Dossier individuel

statue : saint Michel, pierre, 16e siècle
statue : saint Michel, pierre, 16e siècle
Ministère de la Culture (France), Médiathèque de l'architecture et du patrimoine (objets mobiliers), tous droits réservés
Voir la notice image