Statue petite nature : Christ

Désignation

Dénomination de l'objet

Statue

Précision sur la typologie de l'objet - hors lexique

Petite nature

Titre courant

Statue petite nature : Christ

Localisation

Localisation

Auvergne-Rhône-Alpes ; Ain (01) ; Grièges ; chapelle Saint-Gengoult

Numéro INSEE de la commune

01179

Précision sur la localisation

Anciennement région de : Rhône-Alpes

Canton

Pont-de-Veyle

Nom de l'édifice

Chapelle Saint-Gengoult

Emplacement de l’œuvre dans l’édifice

Dépôt Archives Départementales

Lieu de déplacement de l'objet

Oeuvre déplacée

Description

Catégorie technique

Sculpture

Matériaux et techniques d'interventions

Bois : polychrome

Description matérielle

Ronde-bosse en bois polychrome ; objet mutilé : pas de bras, ni de pieds.

Indexation iconographique normalisée

Christ

Description de l'iconographie

Christ aux longs cheveux au nez fin de facture naïve, les yeux baissés ; jambes côte à côte ; périsonium accroché à une corde qui lui ceint la taille.

Dimensions normalisées

H = 146 ; la = 26 ; pr = 22

État de conservation (normalisé)

Mauvais état

Précisions sur l'état de conservation

Mutilé : sans bras, ni pieds. Désinsectisation par rayonnement gamma et injection de Perxyl 10 par Arc-Nucléart en 2006 + établissement d'un constat d'état : observation de la structure : L'œuvre est composée de deux morceaux de bois assemblés puis taillés. Le plus gros morceau a servi pour sculpter la face avant. Le morceau rajouté a permis de tailler les talons des deux pieds, le morceau cuisse/fesses (aujourd'hui fracturé en trois éléments) et la partie supérieure du dos. Parmi ces éléments, le talon droit et la partie supérieure du dos ont disparu ; Le talon gauche et la partie située entre les deux fesses se sont désolidarisés de l'ensemble et sont conservés dans une enveloppe attenante ; les deux fragments cuisses/fesses sont fixés avec des clous. La fesse gauche ne tient plus que par un clou et présente une forte mobilité. La fesse droite, mieux maintenue (au moins deux clous) est légèrement mobile. Les deux bras ont disparu ; il ne subsiste qu'un infime fragment vermoulu du bras gauche. L'assemblage des bras était assuré par de gros clous carrés en fer forgé. Quatre autres clous, du même type, sont plantés dans le crâne (trois à l'arrière, un sur le côté gauche). Leur fonction n'est pas précisément définie, ils servaient peut être à fixer une couronne d'épine ou une auréole (bien que leur section soit un peu disproportionnée par rapport à l'élément qu'ils étaient supposés maintenir). La tête est fracturée en deux endroits, les fragments ont été remis en place et fixés avec plus ou moins de succès. Le fragment au premier plan (qui conserve tout le visage) est fixé par des clous fortement oxydés, il présente une légère mobilité et son positionnement n'est pas bon, notamment dans la partie supérieure. A cet endroit, la fissure est ouverte sur une largeur d'environ cinq millimètres. La fracture au second plan est dans un axe légèrement décalé par rapport à la première. Le fragment a été collé et présente un léger décalage. Il est possible que cette découpe résulte d'un clivage partiel qui aurait été agrandi en découpant avec une scie. Dans ce cas, le décalage pourrait résulter de la perte de matière engendrée par la découpe. A droite de la tête, deux boucles de cheveux, sculptées dans un morceau séparé, ont été fixées avec des clous (un dans chaque mèche). La corrosion des clous a rendu ces assemblages légèrement mobiles. De nombreuses fissures de dessiccation sont visibles, disséminées un peu partout et, notamment, sur le torse. Elles sont généralement assez courtes et peu profondes. Sur un pli du périzonium, on observe un enfoncement consécutif à un choc. Le bois vermoulu s'est fracturé à cet endroit. Au revers, au dessus de la fesse droite, un manque dans le bois montre que le morceau utilisé pour la taille a été débité près de la surface, comme l'atteste un restant d'écorce. L'œuvre ne peut pas être remise sur une croix dans les conditions actuelles. Observation de la surface : La surface présente un empoussièrement uniforme. Un repeint est présent en surface, comme l'indique la présence de peinture directement appliquée sur le bois. Quelques lacunes font apparaître une très faible couche de préparation (il s'agit peut être d'un résidu d'une ancienne préparation qui aurait été décapée). Par endroit, c'est le bois qui est directement apparent. Sur les hanches et les membres inférieurs, on observe de larges auréoles d'origine indéterminée (humidité ? projections ?). A ces endroits, la polychromie est parcourue d'un très fin réseau de micro-fissures. Campagne de désinfection réalisée par Pascale Deloddere et Aurélie Amiot le 17/01/2011 : déballage, aspiration, remballage.

Historique

Siècle de création

16e siècle

Description historique

Déposé aux Archives départementales (le 24/02/2003) par M. Richard Schneider qui le conservait depuis 1996 dans sa maison située en face de la chapelle, avant son déménagement.

Statut juridique et protection

Statut juridique du propriétaire

Propriété de la commune

Typologie de la protection

Inscrit au titre objet

Date et typologie de la protection

1995/07/06 : inscrit au titre objet

Sources d'archives et bases de données de référence

Base de données CAOA 2016 ; 1OM1260 ;

Références documentaires

Cadre de l'étude

Liste objets inscrits MH

Dénomination du dossier

Dossier individuel

Date de l'enquête ou du dernier récolement

2003

Date de rédaction de la notice

2003

statue   Christ
statue Christ
(c) Conservation des antiquités et objets d’art de l’Ain ; Conseil départemental de l’Ain
Voir la notice image