Litre funéraire : cavalier, cheval

Désignation

Dénomination de l'objet

Peinture monumentale ; litre funéraire

Numéro artificiel de différenciation de l'objet

4

Titre courant

Litre funéraire : cavalier, cheval

Localisation

Localisation

Auvergne-Rhône-Alpes ; Ain (01) ; Meillonnas ; église Saint-Oyen

Numéro INSEE de la commune

01241

Précision sur la localisation

Anciennement région de : Rhône-Alpes

Canton

Treffort

Nom de l'édifice

Église Saint-Oyen

Emplacement de l’œuvre dans l’édifice

Nef côté nord

Description

Catégorie technique

Peinture

Matériaux et techniques d'interventions

Enduit

Description matérielle

Chaux, pigment.

Indexation iconographique normalisée

Armoiries ; cavalier ;

Description de l'iconographie

On peut délimiter plusieurs registres de bas en haut : une litre basse, armoriée ; une partie détruite (où pouvait figurer un premier bandeau décoratif, sous toute réserve) ; un bandeau à décor géométrique ; La scène principale, avec personnages et cavaliers ; immédiatement au dessus : une litre noire ponctuée d'écussons ; surmontée elle-même de deux bandeaux décoratifs dont le premier présente des motifs géométriques en damier losangé accompagné au dessus et en dessous de trois liserés d'ocre rouge. Le second bandeau est à peine visible.Pour le décor principal, l'état actuel de ces peintures permet d'identifier un cavalier revêtu d'une cotte de mailles et d'un surcot qui la cache en grande partie. La tête du personnage manque, mais on voit la partie basse du heaume en cotte de maille. Le cheval est entièrement couvert d'un caparaçon de couleur rouge dans la partie supérieure et or dans les deux tiers inférieurs, correspondant, selon la tradition, aux armoiries du cavalier. Ce caparaçon ne laisse apparaître que l'œil, le museau et les pattes de l'animal. Des personnages à pied précèdent le cavalier ; l'un d'eux semble tenir le licol. Ces personnages sont précédés eux-mêmes d'un grand écusson avec les armoiries : d'or au chef de gueules à la bande d'azur brochant sur le tout (la bande est à peine visible ; elle est plus distincte sur les blasons de la litre).Derrière le cavalier, un aplat noir de forme arrondie et masquant en partie la tête d'un personnage, pourrait être la tête d'un autre cheval caparaçonné de noir. (source P. Cattin).

Inscription

Armes

Précisions sur l'inscription

Armes : « d'or au chef de gueules à la bande d'azur brochant sur le tout », ne peuvent être que celles de Jean de Corgenon, seigneur de Meillonnas, commanditaire de la chapelle nord attenante. Ces armoiries n'ont en effet été portées que par lui-même et par son père Humbert le jeune qui, étant cadet de la famille, a « brisé » les armoiries familiales par une bande ou cotice d'azur . (source P. Cattin)

Historique

Auteur de l'œuvre ou créateur de l'objet

Siècle de création

1er quart 15e siècle

Description historique

Les peintures murales ont été découvertes lors des travaux de restauration intérieure de l'église suite à l'incendie de 2006. Les peintures murales de la nef sont un peu postérieures à celles de la chapelle Notre-Dame (1OM1521) qui sont, elles, de véritables fresques. Elles semblent avoir été réalisées plus rapidement (espace moins bien rempli, moindre finesse dans les détails). Cependant le style général et la manière de peindre les écussons sont les mêmes. D'autre part un examen attentif de la litre funéraire montre que celle-ci a été réalisée en même temps que l'ensemble des décors. Or comme cette litre funéraire n'a certainement pas été peinte du vivant de Jean, mais plutôt aussitôt après son décès, comme c'était la coutume, il faut en conclure que cet ensemble a été peint peu après son décès. Il reste donc à établir la date de cette mort. On sait par le compte de la châtellenie de Corgenon pour le comte de Savoie, héritier du château et de ses dépendances, que Jean de Corgenon est décédé « outremer » . La publication de son testament a eut lieu le 30 juin 1408, sans doute très peu de temps après l'arrivée de la nouvelle de son décès. Celui-ci peut donc être placé, étant donné la lenteur des communications de l'époque, au printemps 1408 . Les obsèques officielles eurent lieu dans l'église du couvent des Cordeliers de Bourg, le 13 août 1408. On peut donc avancer sans grands risques d'erreur que ces peintures ont été réalisées au milieu ou dans la seconde moitié de l'année 1408. Rappelons que la chapelle sud « fut fondée par la seconde femme de Jean de Corgenon, Jeanne de Saint-Trivier, par un acte (perdu) daté du 25 nov. 1408, l'année-même du décès de son mari. Elle y instituait un recteur chargé de dire trois messes par semaine. Cette première fondation fut complétée par une seconde, le 28 janvier 1412. Cette chapelle, plus petite que la chapelle de son défunt mari, est également voûtée sur croisée d'ogives, mais les branches retombent sur les colonnes d'angle à chapiteaux annulaires et à bases prismatiques. La clef est ornée des 12 flammes symbolisant le Saint-Esprit le jour de la Pentecôte (début 15e siècle) ». Ce sont ces dernières fresques qui ont été le plus endommagées par l'incendie de 2006 qui est lui-même à l'origine de la restauration des enduits de la nef et de la présente découverte. Les décors retrouvés dans la nef sont des peintures « a secco » et non des fresques ; mais rien n'indique qu'elles ne sont pas du même peintre ou du même atelier. C'est en tout cas l'œuvre d'un artiste maîtrisant bien son art, mais qui a dû travailler dans l'urgence aussitôt après la mort de Jean. L'attribution des fresques de Meillonnas à des artistes italiens est d'autant plus vraisemblable que des peintres originaires d'Italie se rencontrent dans les documents de l'époque. On cite Giorgio de Aquila, peintre florentin, actif au château de Saint-Martin-le-Châtel, en Bresse, vers 1325, et à Ambronay, vers 1340. Gregorio Bono, d'origine vénitienne, est actif au château de Corgenon au début du XVe siècle. Il aurait été le peintre officiel de la cour d'Amédée VIII qui, le 9 octobre 1413, l'exempta de tous impôts pendant 20 ans. Il n'est d'ailleurs pas sans intérêt de constater que les deux lieux où la présence de ces peintres italiens a été repérée, sont en lien étroit avec Meillonnas : Saint-Martin-le-Châtel appartint pendant un temps à Jean de Corgenon, sans doute du fait de son premier mariage avec Alix de La Baume, fille de Guillaume de La Baume, chevalier, seigneur de L'Abergement et de Foissiat. Quant au château de Corgenon, c'était le berceau de la famille ; Jean, seigneur de Meillonnas, en devint propriétaire à la mort de son cousin Jean, en 1401. Il y avait, dans la grande tour dont la construction était récente, des peintures que les gens du comte de Savoie firent effacer quand il prit possession du château en 1408. On a tout lieu de penser que ces peintures devaient représenter les seigneurs de Corgenon avec de no mbreux accompagnements héraldiques qui ne convenaient plus au nouveau propriétaire … (source P. Cattin).

Statut juridique et protection

Statut juridique du propriétaire

Propriété de la commune

Typologie de la protection

Classé au titre immeuble

Date et typologie de la protection

2002/11/07 : classé au titre immeuble

Observations

Eglise classée en totalité le 7 novembre 2002.

Référence(s) de publication(s)

Patrimoine des Pays de l'Ain, Décors peints de l'Ain, au pied du mur, l'artiste... Collection Patrimoines des Pays de l'Ain, Patrimoine des Pays de l'Ain, Bourg-en-Bresse, 2005.

Sources d'archives et bases de données de référence

Base de données CAOA 2016 ; 1OM3905 ;

Photographies liées au dossier de protection

OA001_20120104068NUC2A.jpg

Références documentaires

Cadre de l'étude

liste objets classés MH

Dénomination du dossier

Dossier individuel

Date de l'enquête ou du dernier récolement

2005

Date de rédaction de la notice

2005