monument aux morts de la guerre 1914-1918

Désignation

Dénomination de l'objet

Monument aux morts

Appelation d'usage

De la guerre 1914-1918

Titre courant

Monument aux morts de la guerre 1914-1918

Localisation

Localisation

Île-de-France ; Val-d'Oise (95) ; Enghien-les-Bains ; église paroissiale Saint-Joseph

Numéro INSEE de la commune

95210

Aire d'étude pour le domaine Inventaire

Enghien-les-Bains

Adresse de l'édifice

Cardinal Mercier (place)

Nom de l'édifice

Église paroissiale Saint-Joseph

Référence Mérimée de l'édifice

IA95000186

Emplacement de l’œuvre dans l’édifice

Nef, mur nord

Description

Catégorie technique

Ferronnerie, sculpture, vitrail, mosaïque

Structure et typologie

Lancettes (2)

Matériaux et techniques d'interventions

Marbre : blanc, décor en bas relief, métal (structure) : forgé, bois : mouluré, verre transparent : grisaille sur verre, jaune d'argent, pâte de verre : doré

Description matérielle

Le vitrail patriotique est consacré aux morts de la première guerre mondiale et représente les deux saints patrons militaires de la France, saint Michel et Jeanne d'Arc apparaissant aux soldats agonisants à qui ils assurent le salut éternel. Dans la lancette de droite, une sœur de la charité donne à boire à un soldat mourant ; à l'arrière plan, la cathédrale de Reims en feux évoque la bataille de la Marne à laquelle fait pendant une représentation du Mont saint Michel à gauche. Sur la bordure inférieure, des rameaux de chêne et d'olivier de part et d'autre de la croix de guerre à gauche et la médaille militaire à droite, rappellent l'honneur et la gloire promis aux héros. Les montants de métal sont ornés de lampes en forme de glands. Au centre de la composition se détache une épée le long de laquelle grimpent branches d'olivier et de chêne se détachant sur une mosaïque de smaltes à fond or. Au dessus se détache le bas relief évoquant la douleur : la France tient un de ses fils morts dans ses bras, à l'image des vierges de pitié.

Indexation iconographique normalisée

Saint Michel, sainte Jeanne d'Arc, figure (soldat), croix de guerre, épée, drapeau, représentation végétale (chêne, olivier, gland), ornement, vue d'architecture (cathédrale)

Dimensions normalisées

Dimensions non prises

Inscription

Date (peint, sur l'oeuvre), inscription concernant le commanditaire, signature (sculpté, sur l'oeuvre), signature (peinte), inscription concernant l'auteur,

Précisions sur l'inscription

Inscription concernant le commanditaire : HOC SUIS CARISSIMIS/PERAMANTER EREXERUNT PAROCHIANI / E. WEISS VICARUS AC L. SIMONIN PAROCHIUS ; inscription concernant l'auteur : HOC MONUMENTUM / EXECOTAVIT AC PEREFECIT / E. ROBERT ECREGIUS ARTIFEX ; signature : 1914/E. DERRE ; signature en bas à gauche sur le vitrail : L. TERRIEN

Historique

Auteur de l'œuvre ou créateur de l'objet

auteur inconnu

Siècle de création

2e quart 20e siècle

Année de création

1915, 1914, 1918, 1920

Description historique

Monument initié par le chanoine Simonin dès 1915. Le lieu de sa mise en place a été finalisé seulement en 1917, période à laquelle il est décidé de disposer l'ensemble de la composition, vitrail et partie inférieure supportant les plaques commémoratives, dans un panneau faisant face à la chapelle Notre Dame de Lourdes. En raison de la guerre, les travaux ont du mal à être réalisés et le curé ouvre une souscription en 1918, année durant laquelle est installé le vitrail patriotique (daté de 1915). En 1919, le curé déplore encore le retard dans l'apposition des plaques de marbre aux noms des disparus. Le monument est achevé en 1920 et son emplacement est transformé en chapelle destinée à la prière aux soldats morts. Ce monument a tout d'abord été destiné à commémorer les morts de la Grande Guerre : figurent les noms des lieux des grandes batailles, la Belgique, la Champagne, Verdun, l'Alsace, la Marne, la Lorraine, la Somme, l'Yser, et l'Orient. Par la suite, il a accueilli les noms des soldats enghiennois morts durant les conflits suivants. L'ensemble est constitué de trois éléments produits par différents artistes : le vitrail patriotique a été exécuté par le maître verrier parisien L. Terrien, les pièces de ferronnerie par le ferronnier d'art Emile Robert et le bas-relief par le sculpteur enghiennois Emile Derré. Ce dernier porte la date de 1914 ce qui laisse à penser qu'il n'a pas été conçu spécifiquement pour ce monument.

Statut juridique et protection

Statut juridique du propriétaire

Propriété de la commune

Observations

Cette oeuvre de ferronnerie d'art est l'unique objet visible à Enghien par le public, de l'oeuvre d'Emile Robert.

Intérêt de l'objet

À signaler

Références documentaires

Cadre de l'étude

Inventaire topographique

Dénomination du dossier

Dossier individuel

Date de l'enquête ou du dernier récolement

2006

Date de rédaction de la notice

2010

Adresse du dossier Inventaire

Conseil régional d'Ile-De-France - Service de l'Inventaire général du patrimoine culturel 115, rue du Bac 75007 Paris - 01.53.85.59.93

1/6
monument aux morts de la guerre 1914-1918
monument aux morts de la guerre 1914-1918
© Région Ile-de-France - Inventaire général du patrimoine culturel
Voir la notice image