relief : Déploration

Désignation

Dénomination de l'objet

Relief

Titre courant

Relief : Déploration

Localisation

Localisation

Grand Est ; Haut-Rhin (68) ; Rouffach ; rue du Quatrième-Spahis-Marocains ; couvent de franciscains ; de récollets Sainte-Catherine d'Alexandrie

Numéro INSEE de la commune

68287

Précision sur la localisation

Anciennement région de : Alsace

Aire d'étude pour le domaine Inventaire

Rouffach

Adresse de l'édifice

Quatrième-Spahis-Marocains (rue du)

Nom de l'édifice

Couvent de franciscains ; de récollets Sainte-Catherine d'Alexandrie

Référence Mérimée de l'édifice

IA68004433

Milieu d'implantation pour le domaine Inventaire

En ville

Emplacement de l’œuvre dans l’édifice

Dépôt au musée d'Unterlinden à Colmar

Description

Catégorie technique

Sculpture

Matériaux et techniques d'interventions

Bois : peint, polychrome

Description matérielle

Le relief est sculpté sans fond, les personnages se détachant presque comme des rondes-bosses ; le fond était probablement peint.

Indexation iconographique normalisée

Déploration

Description de l'iconographie

Au premier plan, le Christ est couché sur les genoux de sa mère, la Madeleine lui tient un bras, saint Jean pose sa main sur sa tête. A l'arrière, Marie-Cléophas et Marie-Salomé à droite ; à gauche Nicodème, Joseph d'Arimathie et un 3e personnage qui les aidera lors de l'ensevelissement.

Dimensions normalisées

H = 150 ; la = 191 ; pr = 30

Précisions sur l'état de conservation

Restauré en 1957.

Historique

Auteur de l'œuvre ou créateur de l'objet

auteur inconnu

Lieu de création

Alsace, 68, Colmar (?)

Siècle de création

1er quart 16e siècle

Description historique

Le relief de la Déploration était conservé au couvent de franciscains jusqu'en 1958 ; il est actuellement en dépôt au musée d'Unterlinden à Colmar. Il était placé dans une niche du mur sud de l'église. Cette oeuvre importante de la sculpture alsacienne a été mise en relation avec d'autres oeuvres semblables, en premier lieu la Déploration de Kaysersberg, avec laquelle elle présente de nombreux points communs ; également les statues de saint Fridolin et sainte Madeleine à Kaysersberg. Elles sont probablement issues d'un même atelier de sculpteurs, à Colmar, dont la production se situe dans les années 1510 à 1520. Dans un article paru en 1929 Josef Ernst-Weiss attribuait le relief au Maître de la Déploration de Rouffach, qui aurait réalisé un certain nombre d'oeuvres des environs de Colmar, puis le relief a été rapproché des oeuvres de l'atelier de Hans Bongart, auteur du retable de Kaysersberg, mais actuellement il se situe dans un ensemble d'oeuvres présentant des caractéristiques stylistiques communes, sans que l'on puisse les attribuer à un atelier bien défini.

Statut juridique et protection

Statut juridique du propriétaire

Propriété de la commune

Date et typologie de la protection

1968/09/18 : classé au titre objet

Intérêt de l'objet

À signaler

Références documentaires

Cadre de l'étude

Inventaire préliminaire

Dénomination du dossier

Dossier individuel

Date de l'enquête ou du dernier récolement

1996

Date de rédaction de la notice

1997

Adresse du dossier Inventaire

Région Alsace - Service de l'Inventaire du Patrimoine culturel
Palais du Rhin - 2 Place de la République 67000 Strasbourg - 03.88.15.38.31

Relief en bois : La Déploration
Relief en bois : La Déploration
© Ministère de la Culture (France), Médiathèque de l'architecture et du patrimoine, diffusion RMN-GP
Voir la notice image