verrière de style néo-gothique : Vierge à l'enfant, sainte Barbe et saint Maurice protégeant la ville de Lille et ses défenseurs (baie 2)

Désignation

Dénomination de l'objet

Verrière

Précision sur la typologie de l'objet - hors lexique

Verrière figurée décorative

Appelation d'usage

Style néo-gothique

Titre courant

Verrière de style néo-gothique : Vierge à l'enfant, sainte Barbe et saint Maurice protégeant la ville de Lille et ses défenseurs (baie 2)

Localisation

Localisation

Hauts-de-France ; Nord (59) ; Lille ; rue de Paris ; église paroissiale Saint-Maurice

Numéro INSEE de la commune

59350

Aire d'étude pour le domaine Inventaire

Lille centre

Canton

Lille est

Adresse de l'édifice

Paris (rue de)

Nom de l'édifice

Église paroissiale Saint-Maurice

Référence Mérimée de l'édifice

IA59001049

Milieu d'implantation pour le domaine Inventaire

En ville

Emplacement de l’œuvre dans l’édifice

Déambulatoire ; chapelle axiale ; pan sud-est (baie 2)

Description

Catégorie technique

Vitrail

Structure et typologie

Jour de réseau ; lancettes (3, en arc brisé) ; panneaux vitrés (36)

Matériaux et techniques d'interventions

Verre transparent : peint, grisaille ; plomb

Description matérielle

Réseau en calcaire comprenant trois lancettes en arc brisé et en arc en accolade, trois soufflets et deux écoinçons ; verrière composée de 36 panneaux ; mélange de verre transparent polychrome et peint en grisaille.

Indexation iconographique normalisée

Couronnement de la Vierge, Vierge à l'Enfant, croissant de lune, bénédiction, ange, nuée, couronne ; sainte Barbe, attribut, palme, tour ; saint Maurice, attribut, armure, bouclier, épée, vue d'architecture : beffroi, clocher, maison, porte de ville, rempart, tour, ornementation ; soldat, armure, canon, rempart ; tour, ange : prière, casque, épée, enseigne militaire

Description de l'iconographie

La scène principale, ayant pour toile de fond une vue d'architecture, surmonte une scène secondaire montrant des canonniers défendant la ville de Lille. Dans le réseau sont représentés divers objets dont une enseigne de l'armée romaine.

Dimensions normalisées

Dimensions non prises.

État de conservation (normalisé)

Plombs de casse

Précisions sur l'état de conservation

Manque au haut de la lancette gauche.

Inscription

Date (peinte, sur l'oeuvre) ; inscription concernant l'iconographie (peinte, sur l'oeuvre) ; signature (peinte, sur l'oeuvre) ; signature (gravée, sur l'oeuvre)

Précisions sur l'inscription

Inscription portée au bas de l'oeuvre : 'Témoignage des longs et bons rapports entre les Canonniers Sedentaires de Lille et l'Eglise de Saint Maurice 1859' ; inscription dans un soufflet : 'PPN Saint Maurice' ; inscription dans un soufflet : 'PPN Sainte Barbe' ; signature relevée, dans la scène inférieure, sur le bras gauche du canon : 'CH. Gaudelet' ; signature relevée, dans la scène inférieure, sur la roue droite du canon : 'Robert Despatine (?) '.

Historique

Auteur de l'œuvre ou créateur de l'objet

Gaudelet Charles (verrier)

Auteur du projet

Mottez Victor (d'après, peintre, cartonnier)

PV004499

Personnalités liées à l'histoire de l'objet

Saint-Léger M. (habitant célèbre) ; Leconte André (commanditaire)

Lieu de création

Nord - Pas-de-Calais, 59, Lille

Siècle de création

3e quart 19e siècle

Année de création

1859

Description historique

Ce vitrail a été réalisé par Charles Gaudelet (1817-1880), peintre verrier lillois, d'après les cartons de Victor Mottez (1809-1897), peintre lillois. Il a été commandé par le doyen Leconte curé de l'église en mai 1858, exécuté en 1859 et posé l'année suivante. L'iconographie rappelle que la chapelle axiale, dédiée à sainte Barbe, était autrefois le siège de la confrérie des canonniers. C'est, de tout le cycle des vitraux du déambulatoire, le seul qui soit signé. De plus, Charles Gaudelet est représenté sous les traits du soldat manoeuvrant le canon, dans la scène inférieure. La tradition voit sous les traits du chef de cette troupe M. Saint-Léger, commandant des canonniers lillois au moment de la pose. Les inscriptions relevées dans les soufflets, ne correspondant pas aux saints représentés au-dessous, témoignent d'une erreur de montage dans le réseau. Le carton de ce vitrail, terminé en avril 1859, est conservé au Musée des Beaux-Arts de Lille.

Statut juridique et protection

Statut juridique du propriétaire

Propriété de la commune

Intérêt de l'objet

À signaler

Références documentaires

Cadre de l'étude

Enquête thématique régionale (objets mobiliers de la ville de Lille)

Dénomination du dossier

Sous-dossier

Intitulé de l'ensemble

Ensemble de 11 verrières

Référence de l'ensemble

IM59001042

Date de l'enquête ou du dernier récolement

1999

Date de rédaction de la notice

2001

Adresse du dossier Inventaire

Conseil régional Hauts-de-France – service de l’Inventaire du patrimoine culturel 151 Bd Hoover 59555 Lille Cedex