horloge astronomique (astrolabique) du Tour du choeur

Désignation

Dénomination de l'objet

Horloge astronomique

Titre courant

Horloge astronomique (astrolabique) du Tour du choeur

Localisation

Localisation

Centre-Val de Loire ; Eure-et-Loir (28) ; Chartres ; 16 cloître Notre-Dame ; cathédrale Notre-Dame

Numéro INSEE de la commune

28085

Aire d'étude pour le domaine Inventaire

Chartres nord-est

Adresse de l'édifice

Notre-Dame (cloître) 16

Nom de l'édifice

Cathédrale Notre-Dame

Référence Mérimée de l'édifice

IA28000005

Milieu d'implantation pour le domaine Inventaire

En ville

Emplacement de l’œuvre dans l’édifice

Troisième travée sud

Description

Catégorie technique

Sculpture, horlogerie

Matériaux et techniques d'interventions

Calcaire : taillé, cuivre : découpé, fer : forgé, polychrome

Description matérielle

Le cadran est constitué de quatre plaques indépendantes en alliage cuivreux polychrome assemblées sur un axe central. Il indique les vingt-quatre heures du jour (cadran horaire fixe), le jour lunaire et les phases de la lune (cadran lunaire mobile orné d'étoiles or sur fond azur), les signes du zodiaque (cadran zodiacal mobile qui se mouvait d'un degré environ chaque jour), la hauteur du soleil et les heures des lever et coucher du soleil. Une croix en fer forgé fixée sur la bande des heures servait de support à l'axe d'une aiguille qui faisait le tour de cette dernière en 24 heures. Deux types de pierre ont été utilisés : de la craie de Vernon (Eure), fine et blanche, dans les parties basses et le pourtour du cadran, de la pierre de Saint-Leu (Oise), plus jaune, dans les parties hautes.

Indexation iconographique normalisée

Figures (ange, présentation : horloge), ornementation (Titus, Hector, Vespasien, tête, en médaillon, couronne : ornement à forme végétale, putto : musicien, vase, flûte, luth, hautbois, candélabre, coquille, oiseau, trophée, pinacle)

Description de l'iconographie

A la partie supérieure, des putti musiciens dans des niches à coquilles semblent danser au son de leurs instruments. En dessous, les têtes de Titus, Hector et Vespasien en médaillon dans des couronnes végétales émergent du décor de candélabres.

Dimensions normalisées

D = 105

Précisions sur les dimensions

Diamètre du cadran

État de conservation (normalisé)

Manque, oeuvre restaurée

Précisions sur l'état de conservation

Un troisième ange, dont il subsiste quelques éléments, était placé sous le cadran, semblant le soutenir et le maintenir en suspens dans les airs. Outre les restaurations anciennes, la travée de l'horloge a fait l'objet de plusieurs campagnes de travaux : en 2006 a été réalisée la restauration de la polychromie du cadran de l'horloge, à la suite de quoi le Conservatoire européen des cloches et horloges a proposé à l'Etat un mécénat en faveur de la reconstitution du mécanisme dont il ne restait que quelques rouages. Ce nouveau mécanisme, à système électrique, remonté le 15 septembre 2009, a permis la remise en fonctionnement de l'horloge qui fut inaugurée en mai 2010. Dans le même temps, en 2008-2009, la travée entière fut restaurée. Selon le constat d?état préalable, elle souffrait des restaurations anciennes qui avaient contribué à aggraver les problèmes d?altération de la pierre et du métal, et essentiellement de problèmes de structure menaçant l'équilibre global de l'ensemble.

Inscription

Inscription concernant la représentation

Précisions sur l'inscription

TITUS CESAR, HECTOR, VAS PARIANUS CESAR (pour Vespasien) (sous chaque tête, dans un cartouche).

Historique

Siècle de création

1ère moitié 16e siècle

Année de création

1528

Description historique

Une délibération capitulaire de 1527 fait mention de deux étroits escaliers en vis construits cette même année du côté méridional de la clôture. A la troisième travée, le second escalier, ménagé dans la première section et masqué par le décor, permettait d?accéder au mécanisme de l?horloge astronomique établie au niveau des grandes scènes, et s?ouvrait sur le déambulatoire, à la section suivante, par une porte percée sous le cadran. Il était éclairé par la minuscule baie qui a conservé sa ferronnerie d'origine. Il est donc avéré qu'à cette date on installait une horloge dans la structure même de la clôture, dans deux espaces surmontés de dômes aménagés pour abriter, l'un un carillon servant de réveille-matin (supprimé en 1765) et, l'autre, l?horloge astronomique. Des clochettes accrochées à la voûte de la niche carillonnaient grâce au mécanisme. L?horloge fut mise en service vers 1528. Elle était remise à l'heure chaque jour à midi à l'aide des cadrans solaires ; sa complexité nécessitait toutefois de tels réglages qu'il devint difficile dès le milieu du 17e siècle de trouver un horloger capable d?en assurer l'entretien, et elle perdit peu à peu son usage. En 1793, le mécanisme fut en grande partie détruit, le bronze des clochettes transformé en canon et le fer du mouvement de l'horloge employé au forgeage de piques.

Statut juridique et protection

Statut juridique du propriétaire

Propriété de l'Etat

Date et typologie de la protection

1862 : classé MH

Précisions sur la protection

Liste de 1862.

Intérêt de l'objet

À signaler

Références documentaires

Cadre de l'étude

Dossier ponctuel

Dénomination du dossier

Sous-dossier

Intitulé de l'ensemble

Clôture de choeur dit Tour du choeur

Référence des l'ensemble

IM28000410

Date de l'enquête ou du dernier récolement

1999

Date de rédaction de la notice

1999

Adresse du dossier Inventaire

Région Centre-Val de Loire - Service régional de l'Inventaire - 6 rue de la Manufacture 45000 Orléans – 02.38.70.25.06