Musée de Grenoble

Nom du musée

Dénomination officielle du musée

musée de Grenoble

Adresse

Adresse

5 place Lavalette

Code postal

38000

Ville

Grenoble

Département

Isère

Région

Auvergne-Rhône-Alpes

Contact

Téléphone

04 76 63 44 44

Contact générique du musée

musee-de-grenoble@grenoble.fr

Appellation/Protection

Appellation musée de France

Musée de France, au sens de la loi n°2002-5 du 4 janvier 2002

Collection

Thématiques principales

Arts décoratifs, Art moderne et contemporain, Beaux-arts, Photographie, Archéologie, Grec, Egyptien, Ethnologie, Afrique

Historique

L'histoire du musée commence dans les années qui suivirent la Révolution française. Soucieux de sauvegarder les œuvres saisies, des citoyens grenoblois lancent une pétition qui aboutit à la création du musée de Grenoble le 16 février 1798 par l'administration départementale. Il s’agit d’un des premiers musées français créées en province, bien avant le Décret Chaptal. Louis-Joseph Jay est nommé premier conservateur de l’institution, charge à lui de constituer des collections publiques pour l'éducation des artistes et des citoyens. Le musée prend alors place dans le palais de l'Évêché, dans l’actuel musée de l’Ancien Évêché. Les premières œuvres proviennent notamment dans les grandes abbayes du Dauphiné : Saint Jérôme de Georges de la Tour provenant de l'abbaye de Saint-Antoine, ou le Christ en croix de Philippe de Champaigne saisi au monastère de la Grande Chartreuse. Dès 1799 s'ajoute un premier envoi de l'État de douze tableaux, dont deux Vouet, deux natures mortes de Desportes et des grandes compositions de Philippe de Champaigne. En 1811, Grenoble fait partie des six villes de province bénéficiant des tableaux qui n'étaient pas destinés au musée Napoléon (Le Louvre) ou aux églises de Paris. C'est ainsi que L'Adoration des mages de Bloemaert ou le Saint Grégoire de Rubens entrent dans les collections. Dès sa fondation, le musée achète des œuvres de la plus haute qualité, comme en 1840 la Vue de Venise de Canaletto ou encore, le Roger et Angélique de Delacroix en 1858. Il est aussi le bénéficiaire de nombreux dons et legs de première qualité, jusqu'au milieu du XXe siècle. Ainsi le legs Léonce Mesnard en 1890, avec son magnifique ensemble de dessins anciens, permet au cabinet d'art graphique de prendre une nouvelle dimension, ou encore les nombreux dons du général de Beylié, amateur d'art éclairé et vrai mécène. Les quatre Zurbarán, mondialement célèbres, offerts en 1901, sont sans conteste les plus beaux fleurons de sa générosité. L'ampleur de la collection peu à peu rassemblée rend nécessaire, dès la deuxième moitié du XIXe siècle, la construction d'un bâtiment qui est érigé sur ce qui deviendra la place de Verdun. Cet édifice où est installée également la bibliothèque municipale, est l'œuvre de l'architecte Charles-Auguste Questel. Il sera inauguré en 1876 et abritera les activités du musée jusqu'en 1993. Au début du XXe siècle, le musée de Grenoble, grâce à la richesse et à la qualité de sa collection d'art ancien, passe déjà pour un des grands musées de France. Il va devenir, sous l'action d'Andry-Farcy, son conservateur de 1919 à 1949, le premier musée d'art moderne. Très tôt Andry-Farcy fait entrer dans les collections les grands artistes de son temps, de Matisse à Picasso, de Bonnard à Léger. Ces œuvres proviennent de dons directement sollicités auprès des artistes comme Monet, Matisse, dont le chef-d'œuvre de la collection Intérieur aux aubergines, Picasso, Max Ernst, George Grosz ; des collectionneurs, parmi ceux-ci Jacques Doucet, le docteur Albert Barnes, Peggy Guggenheim ; ou des marchands tels que Daniel-Henry Kahnweiller, Ambroise Vollard, Paul Guillaume ou encore Alfred Flechtheim. Ces dons sont complétés par des achats remarquables dont Le Remorqueur de Fernand Léger en 1928 ou Le bœuf écorché de Chaïm Soutine en 1932. À cela s'ajoute en 1923, le legs Agutte-Sembat qui apporte un ensemble unique et considérable d'œuvres néo-impressionnistes (Signac, Cross, Van Rysselberghe) et fauves (Matisse, Derain, Marquet, Vlaminck) et situe, dès lors, le musée comme un passage obligé pour découvrir ces mouvements. À son exemple, ses successeurs s'attacheront à compléter et actualiser cet ensemble prestigieux. Aux acquisitions s'ajoutent les dépôts du Musée National d'Art Moderne et du Fonds National d'Art Contemporain qui constituent le plus souvent des apports décisifs dans l'enrichissement de la collection, dont la priorité demeure la jeune création.

Atouts majeurs

L'un des plus prestigieux musées français par l'ampleur et l'équilibre de ses collections d'art ancien, moderne et contemporain. Riche de 4.500 tableaux, 400 sculptures, 5.500 dessins et d'un fonds remarquable d'antiquités égyptiennes, le musée de Grenoble rassemble dans 62 salles, de nombreux chefs-d’œuvres de la peinture classique à l'art contemporain.

Thèmes des collections (détail)

Antiquités étrangères : Grecques et romaines, Egyptiennes, Art moderne et contemporain, Art religieux, Arts décoratifs : Céramique, Mobilier, Beaux-Arts : Dessin, Estampe et Affiche, Peinture, Sculpture, Moulages

Artistes phares

Rubens, Zurbaran, Ph. de Champaigne, Georges de la Tour, Le Lorrain, La Hyre, Vien, Matisse, Picasso, Chirico, Magritte, Delaunay, Grosz, Bonnard, Signac, Léger, Soulages, Morellet, Boltanski, Lavier, Calder, Chillida, Georges Rickey, Marta Pan.

Année de création du musée

1798

Intérêt architectural

Les architectes, Olivier Félix-Faure, "Groupe 6", Antoine Félix-Faure et Philippe Macary ont été choisis en 1987 pour concevoir et réaliserle nouveau musée. 6.500 m2 sont dédiés aux collections permanentes et 1.000 m2 aux expositions temporaires. Un auditorium de 270 places, une bibliothèque spécialisée en histoire de l'art, un centre de documentation scientifique, des ateliers pour enfants ainsi qu'une librairie et un restaurant viennent compléter le programme architectural. Le musée est construit sur un terrain dont la richesse archéologique a été révélée par le chantier de la nouvelle construction. Une partie de la muraille du XIVe siècle est d'ailleurs visible dans le parking souterrain ainsi qu'à l'intérieur du niveau – 2 du musée lui-même. De cette époque médiévale subsiste la tour de l'Isle. Construite en 1396, elle fut le premier hôtel de ville de Grenoble, avant de devenir le cabinet de dessins du nouveau musée, relié au bâtiment par une passerelle de fer et de verre.

Protection espace

Site patrimonial remarquable.