Musée de la vénerie

Nom du musée

Dénomination officielle du musée

musée de la vénerie

Adresse

Adresse

Place du Parvis

Adresse complementaire

Château Royal

Code postal

60300

Ville

Senlis

Département

Oise

Région

Hauts-de-France

Contact

Téléphone

03 44 26 15 50

Contact générique du musée

musees@ville-senlis.fr

Appellation/Protection

Appellation musée de France

Musée de France, au sens de la loi n°2002-5 du 4 janvier 2002

Collection

Thématiques principales

Beaux-arts, Ethnologie

Historique

À l’instigation de son créateur, l’artiste et illustrateur Ch.-J. Hallo, le musée municipal de Senlis s’oriente en 1934 vers le thème de la vénerie ou chasse à courre, pratiquée depuis des temps reculés dans les forêts limitrophes de Senlis (Chantilly, Halatte et Ermenonville). L’établissement, installé dans la chapelle de l’ancien couvent de l’hôpital de la Charité, est inauguré le 12 octobre 1935. En 1958, le musée est transféré dans le parc du Château Royal, à proximité du prieuré Saint-Maurice. il va occuper progressivement à les quatre niveaux du logis. Chargé de son aménagement, le conservateur Georges de Lastic fait réaliser les travaux de réhabilitation et complète les collections par d’importants dépôts de l’État (tableaux de Ruthart, Rysbrack, Desportes, Oudry. Il confère au lieu l’atmosphère d’une demeure privée. Les tableaux et objets d’art se mêlent aux attributs du veneur (trompes, tenues, couteaux) pour évoquer l’art et l’histoire de la chasse à courre.

Atouts majeurs

Des armes, des tenues, des trompes et trophées, des objets souvent rares et précieux, attachés à la chasse à courre et aux différents équipages qui la pratiquent, évoquent une tradition ancrée dans la région depuis plusieurs siècles. Tenues des équipages de la duchesse d'Uzès et des Condé. Magnifique cerf portant dix-huit andouillets

Thèmes des collections (détail)

Arts décoratifs : Céramique, Orfèvrerie, Textiles

Artistes phares

Peintures et gravures : Jacques Callot, Desportes, Jacques Fourrières, Le Paon, Van der Meulen, Jean-Baptiste Oudry, Ruthart, Paul de Vos.
Aquarelles et gouaches : baron Finot, Eugène Lami.

Intérêt architectural

Adossés à la muraille gallo-romaine, les vestiges du Château royal font face à la cathédrale, cœur du pouvoir spirituel de la cité. Ils témoignent du séjour des rois à Senlis depuis l’élection d’Hugues Capet en 987 jusqu’au règne d’Henri IV. En 1264, Louis IX (saint Louis) fonde en ces lieux un prieuré consacré à saint Maurice afin d’abriter les reliques rapportées de la VIIe croisade. Il y installe les chanoines de l’ordre de Saint-Augustin. Cet ensemble comprend une chapelle royale et des bâtiments monastiques. Seul vestige de la période médiévale, l’aile est de son cloître (dortoir des moines, salle capitulaire) est toujours présente. À l’emplacement de l’aile ouest, où se trouvaient sans doute un réfectoire, des locaux d’étude et de service, a été édifiée au début du XVIIIe siècle l’imposante demeure de l’abbé commendataire qui abrite aujourd’hui le musée. Vendu en 1793 comme bien national, le Château royal est resté propriété privée jusqu’à son achat, par la Ville, en 1956, à la famille Turquet de la Boisserie qui résidait dans le logis du prieur.

Protection bâtiment

Protégé au titre des Monuments historiques :
https://www.pop.culture.gouv.fr/notice/merimee/PA00114899

Protection espace

Dans un site classé.

Musée de la vénerie