Maison de l'armateur

Nom du musée

Dénomination officielle du musée

maison de l'armateur

Adresse

Adresse

3 quai de l'Ile

Code postal

76600

Ville

Le Havre

Département

Seine-Maritime

Région

Normandie

Contact

Téléphone

02 35 19 09 85

Contact générique du musée

musees.histoire@lehavre.fr

Appellation/Protection

Appellation musée de France

Musée de France, au sens de la loi n°2002-5 du 4 janvier 2002

Collection

Thématiques principales

Arts décoratifs, Art moderne et contemporain, Beaux-arts, Histoire, Technique et industrie

Historique

Les collections gérées par les Musées d’Art et d’Histoire du Havre sont riches et diversifiées. Leurs natures et leurs provenances sont multiples. Elles trouvent leurs origines dans les ensembles constitués pour le premier musée du Havre, fondé en 1843 et ouvert en 1845. Ces fonds polyvalents : peintures, sculptures, moulages, estampes et dessins, objets d’art, collections archéologiques, ethnographiques et histoire naturelle composent une entité administrative unique. Originellement rassemblée au sein du musée, la collection, régulièrement enrichie, est progressivement redistribuée dans des lieux distincts. Les collections d’histoire naturelle sont transférées en 1876-1881 dans l’ancien Palais de Justice et la bibliothèque s’installe en 1904 dans l’ancien lycée de garçons. Une distinction entre les collections « Beaux-Arts » et les autres fonds s’opère progressivement. En 1926 un musée d’histoire et d’archéologie ouvre dans les deux salles de l’abbaye de Graville et la création d’un musée historique est envisagée dès 1929. Pendant la Seconde Guerre mondiale, les collections sont mises à l’abri dans les locaux de l’abbaye. Le musée originel disparaît dans les bombardements de septembre 1944. Après-guerre, une réorganisation des collections s’opère. Le musée du Prieuré de Graville ré-ouvre en 1953, le musée de l’Ancien Havre, nouvelle structure installée dans l’ancien Hôtel Dubocage de Bléville, est inauguré en 1949/1950 et la construction d’un nouveau musée, symboliquement rebaptisé Malraux, s’achève en 1961. En 1985 les musées du Havre sont séparés en deux entités distinctes, le musée Malraux d’une part, en charge de la gestion des collections beaux-arts, et les Musées Historiques d’autre part : musée de l’Ancien Havre, Maison de l’Armateur et musée du Prieuré de Graville, qui partagent une même vocation identitaire et assument la gestion des fonds ethnologiques, historiques, archéologiques et d’une partie des objets d’art. Restructurés à partir de 2005, les Musées historiques se métamorphosent les uns après les autres. En 2006 la Maison de l’Armateur ouvre ses portes comme Musée de France selon un nouveau projet original de maison -musée. Les collections présentées dans la Maison de l’Armateur évoquent les codes sociaux et esthétiques d’une période comprise entre 1750 et 1850, s’inspirant du mode de vie d’armateurs, en particulier de Martin Pierre Föache (1728 - 1816) et soulignent aussi l’évolution urbanistique de la ville du Havre et ses activités économiques. Le musée a gardé son caractère de maison et le projet muséographique a déterminé par niveau des thématiques différenciées, la ville et le négoce, les appartements, la sociabilité, la marine, les petites pièces de chaque niveau (cuisine, salle à manger, salon de musique, cabinet des maquettes, salle des cartes et plans…) ont reçu des collections en rapport avec l’usage de la pièce. Au 2e et au 5e niveaux, deux espaces décloisonnés, destinés aux présentations muséographiques, complètent ce dispositif. Le premier accueille des collections d’estampes, dessins et huiles sur toile évoquant l’évolution urbanistique du Havre, le second présente des objets de marine, des estampes et des huiles sur toile, illustrant les aménagements du port et de la navigation.

Atouts majeurs

Une partie des collections d’objets d’art des musées du Havre, constituées entre la deuxième moitié du XIXe siècle et la Seconde Guerre mondiale, est aujourd’hui rassemblée à la Maison de l’Armateur et mise en situation dans les intérieurs reconstitués. Des meubles anciens, des collections de porcelaines, des objets d’art : biscuits, émaux, tableaux, miniatures font de la maison de l’Armateur un remarquable musée d’ « arts décoratifs ». Une rare et importante collection de verres constituée par les conservateurs Alphonse Saladin et Reynold Arnould est exposée dans un espace dédié, au 4e niveau. Des œuvres majeures acquises pour la Maison de l’Armateur depuis 1986 complètent ces ensembles. Quatre portraits commandés à Alexandre Roslin, peintre de cour, par des membres de la famille Foäche, constituent un ensemble particulièrement remarquable. Une commode de port, deux cartonniers, un cartel en corne verte, une pendule au verseur de café, attribuée à Deverberie, font partie des dernières acquisitions d’objets mobiliers les plus prestigieuses. D’autres acquisitions récentes d’œuvres relevant à la fois des thématiques socio-culturelles liées à l’histoire du Havre : grand négoce, histoire littéraire… et des beaux-arts, sont par ailleurs venues enrichir les collections comme une belle étude dessinée du XVIIIe siècle pour le portrait d’un serviteur noir, où le modèle, par Pierre David d’Angers, d’une statue de Casimir Delavigne, commande publique de la Ville du Havre, destinée à être placée à l’entrée du Musée du Havre et déplacée par la suite devant le Palais de Justice.

Thèmes des collections (détail)

Architecture et urbanisme, Arts décoratifs : Mobilier, Verrerie, Beaux-Arts : Dessin, Histoire : Période historique (1790-1830), Histoire locale et régionale (Historique maritime), Sciences et techniques : Navigation et Pêche

Artistes phares

Pierre-Adrien Pâris.

Personnages phares

Familles de négociants armateurs XVIIIe - XIXe siècles : Foache et Begouen-Demeaux.

Intérêt architectural

La Maison de l’Armateur, située dans le cœur historique de la ville du Havre, est construite vers 1790 par Paul Michel Thibault, architecte des fortifications et fontainier du Havre. Son architecture originale organise, sur cinq niveaux, vingt petites pièces rayonnant autour d’un puits de lumière central. En 1800, elle est achetée par l’armateur Martin Pierre Foäche qui confie l’achèvement de son décor à Pierre-Adrien Pâris, dessinateur des menus plaisirs du roi. En septembre 1944 la maison subit des dommages importants, elle perd une partie de sa toiture et son mur pignon. Fortement étayée et mise hors d’eau au lendemain de la guerre, elle est rachetée par la ville du Havre en 1950. Destinée à devenir un musée, elle fait l’objet d’une importante restauration, par campagnes, à partir de 1975.

Protection bâtiment

Protégé au titre des Monuments historiques : https://www.pop.culture.gouv.fr/notice/merimee/PA00100713?base=%5B%22Patrimoine%20architectural%20%28M%C3%A9rim%C3%A9e%29%22%5D&mainSearch=%22Armateur%22&ou=%5B%22Havre%20%28Le%29%22%5D&last_view=%22mosaic%22&idQuery=%22680d4b2-c7cb-2515-2d5-1e7c211622f7%22

Protection espace

Site patrimonial remarquable.