Musée du Vin de Bourgogne

Nom du musée

Dénomination officielle du musée

musée du Vin de Bourgogne

Adresse

Adresse

Rue d'Enfer - Rue Paradis

Adresse complementaire

Hôtel des Ducs

Code postal

21200

Ville

Beaune

Département

Côte-d'Or

Région

Bourgogne-Franche-Comté

Contact

Téléphone

03 80 22 08 19

Contact générique du musée

musees@mairie-beaune.fr

Appellation/Protection

Appellation musée de France

Musée de France, au sens de la loi n°2002-5 du 4 janvier 2002

Collection

Catégorie de musée

Ecomusée

Thématiques principales

Arts décoratifs, Ethnologie, Histoire

Historique

Lieu de mémoire du vignoble bourguignon. Installé dans l’hôtel des ducs de Bourgogne depuis 1946, le musée du vin de Bourgogne est le plus ancien musée ethnologique français exclusivement consacré au patrimoine viticole. A travers l’évocation de l’histoire de la viticulture, des pratiques viti-vinicoles, de la tonnellerie, du négoce, de l’œnologie, les collections témoignent de l’histoire de la Bourgogne viticole et de ses vins. En lien notamment avec l’inscription des Climats du vignoble de Bourgogne au Patrimoine Mondial de l’UNESCO en 2015, la modernisation récente du parcours de visite permet de saisir la construction historique de cette Bourgogne viticole en tant que modèle de viticulture de terroir. Au cœur de Beaune, avec presque 1.000 m2 d’exposition permanente sur deux niveaux et modernisé entre 2013 et 2018, le musée du vin de Bourgogne est le lieu vivant de référence sur le vin et les métiers associés. Des projections audiovisuelles, un espace des arômes et un quiz rythment le parcours de visite dans un cadre architectural exceptionnel.

Atouts majeurs

Diverses approches, ethnologique, historique ou encore artistique sont présentes à travers de vastes thématiques : travaux du vigneron, du négociant et du tonnelier, communautés vigneronnes, traditions régionales liées au vin, organisation et réglementation de la production… Une part importante des collections a été constituée par des dépôts (environ 650 objets) du Musée National des Arts et Traditions Populaires (MNATP), à Paris, suite aux collectes menées au début des années 1940 par André Lagrange. La salle d’histoire est consacrée à la culture de la vigne et du vin durant l’Antiquité et le moyen âge. La salle des conditions naturelles présente les principales conditions naturelles d’implantation de la vigne en Bourgogne. La salle des travaux de la vigne révèle les différentes étapes du travail de la vigne en Bourgogne. La salle des travaux du vin dévoile les étapes fondamentales de la fabrication du vin. La salle de la tonnellerie s’attache à honorer la mémoire d’un métier hérité d’une longue tradition en révélant les étapes de fabrication d’un tonneau. La salle de l’intérieur du vigneron est une reconstitution conçue pour faciliter l’immersion du visiteur. Elle lui permet de saisir le contenu d’un intérieur de vigneron dans les années 1870. La salle des traditions populaires offre un discours complet et illustré sur la dimension culturelle du vin et sa place essentielle dans le quotidien des communautés vigneronnes et dans les traditions bourguignonnes. L'espace des arômes est dédié aux arômes et aux principes de la dégustation. Le dispositif est constitué de fûts qui invitent le public à pénétrer dans l’univers aromatique des vins de Bourgogne, et à faire une expérience olfactive originale. La salle du négoce traite de l’histoire du commerce des vins de Bourgogne du XVIIIe siècle à aujourd’hui et de ses acteurs. La salle des arts bachiques dévoile une riche collection de verres à boire, de bouteilles de vin mais également une magnifique fontaine bachique en faïence datant du XVIIIe siècle. La salle de l’Ambassade des vins de France révèle un superbe et rare ensemble de tapisseries contemporaines de Michel Tourlière et la tapisserie monumentale "Le Vin" de Jean Lurçat, réalisée spécialement pour cet espace. La cuverie dans la cour abrite une importante collection de pressoirs datés du XVIe au XIXe siècles.

Thèmes des collections (détail)

Antiquités etrangères : Grecques et romaines, Architecture et urbanisme, Arts décoratifs : Céramique, Mobilier, Orfèvrerie, Textiles, Verrerie, Beaux-Arts : Estampe et Affiche, Peinture, Autres collections : Archives papier, Image animée, Photographie, Moulages, Ouvrages de bibliophilie, Ethnologie : Costume, Habitat, Mobilier, Métiers et Outils, Pratiques religieuses et collectives, Musique : Instruments

Artistes phares

Jean Lurçat. Michel Tourlière.

Personnages phares

Le programme scientifique et culturel du musée est né de la collaboration complice de deux personnages emblématiques, Georges-Henri Rivière et André Lagrange. Georges-Henri Rivière (1897–1985), conservateur du MNATP (Musée National des Arts et Traditions Populaires devenu le MuCEM, à Marseille), à Paris, et muséographe de notoriété internationale ayant participé à la fondation de nombreux musées dont le musée de Bretagne à Rennes, le musée de Camargue à Arles ou encore le musée de la Fondation Gulbenkian à Lisbonne, s’investit dans les années 1945-1960 à Beaune pour la création et le développement du musée du Vin de Bourgogne. Il choisit de mettre en avant la viticulture des époques pré-phylloxériques, avant les années 1880-1890, et avant la modernisation des travaux de la vigne et du vin dans la mesure où la crise du phylloxera a eu un retentissement considérable dans le monde viticole. Il s’agit d’une époque charnière. En effet, viticulteurs et scientifiques se sont d'abord trouvés complètement désarmés face aux désastres occasionnés par l'insecte et durent repenser toute la façon dont était cultivée la vigne depuis des siècles. Ce musée devient ainsi l’un des premiers musées d’ethnographie en région et correspond à cette volonté, forte dans la première moitié du XXe siècle, d’identifier et de « patrimonialiser » les cultures régionales populaires et les procédés de fabrication artisanaux et agricoles, alors en pleine mutation (mécanisation, exode rural…). Rivière met en oeuvre une muséographie révolutionnaire pour l’époque. La prise en compte du contexte ethnographique est essentielle : l’objet est toujours lié à un discours et replacé dans son environnement, avec un grand souci de restitution des gestes et des postures. La neutralité du matériel muséographique, offrant clarté et pédagogie, est l’autre axe fondamental de cette présentation mise en scène au moyen de techniques novatrices pour l’époque : cartels explicatifs et panneaux de médiation (graphiques, cartes et photos) viennent documenter l’objet. Pour la définition des fondements scientifiques, Rivière travaille avec André Lagrange (1909-1959), agrégé de lettres et ethnologue passionné par les communautés rurales bourguignonnes. Ce dernier mène une longue série de campagnes ethnographiques. Visitant plus de 600 communes viticoles, il associe enquêtes ethnographiques et collectes d’outils qui constituent la base des collections et du travail documentaire du musée. Encore aujourd’hui, l’approche muséographique reste inspirée par Georges-Henri Rivière qui, avec ce musée parmi d’autres, inaugure son travail muséographique sur la société française traditionnelle. A ce titre, le musée reste l’un des derniers témoignages qui subsistent de la muséographie de Rivière.

Année de création du musée

1946

Intérêt architectural

Hôtel des ducs de Bourgogne

Protection bâtiment

Protégé au titre des Monuments historiques : https://www.pop.culture.gouv.fr/notice/merimee/PA00112113

Protection espace

Site patrimonial remarquable. Site inscrit.