Musée de l'Oeuvre Notre-Dame

Nom du musée

Dénomination officielle du musée

Musée de l'Oeuvre Notre-Dame

Adresse

Adresse

3, place du Château

Code postal

67076

Ville

Strasbourg

Département

Bas-Rhin

Région

Grand Est

Collection

Thématiques principales

Arts décoratifs, Beaux-arts

Historique

La création de ce musée entre 1931 et 1955 est le fait d’une personnalité pionnière en matière de muséographie, Hans Haug, directeur des musées de Strasbourg durant près d’un demi-siècle. S’attachant à valoriser les témoignages artistiques souvent disparus ou dispersés de ces périodes, il constitua les collections à partir des fonds des différents musées de Strasbourg qu’il adjoignit au dépôt des sculptures de la cathédrale constitué depuis le 19e siècle dans ces mêmes bâtiments en un petit musée de la cathédrale, ainsi qu’aux ensembles collectés par la Société pour la conservation des Monuments Historiques d’Alsace, cédés à la ville en plusieurs étapes entre 1896 et 1946. Le parcours de ce musée aux multiples ambiances, dont la muséographie a peu changé depuis ses origines, est dominé d’une part par l’ensemble des sculptures gothiques provenant de la cathédrale, en particulier les grandes figures des portails, chefs-d’œuvre du Moyen Âge occidental, marques de l’inventivité exceptionnel du chantier du 13e siècle au début du 16e siècle. Le deuxième point fort de la collection est constitué par un ensemble d’œuvres majeures de l’art du 15e siècle et du début du 16e siècle haut-rhénan, peintures, sculptures et vitraux dont certains dus à des artistes illustres tels que Conrad Witz, Nicolas de Leyde ou Hans Baldung Grien. L’ensemble mêle également des pièces d’orfèvrerie, de mobilier et d’art décoratif en une vision globale témoignant de l’ampleur du développement artistique de la ville au sein de la région du Rhin supérieur. Les collections du musée sont d’importance moyenne en quantité (un peu moins de 3 000 œuvres, dont environ la moitié est présentée). Leur principale caractéristique est la diversité des supports, à l’intérieur d’un cadre chronologique et géographique très défini. Cette cohérence a été favorisée par le mode particulier de constitution des fonds, « prélevés » entre 1931 et 1955 sur les collections des autres musées en fonction d’un programme précis. Les dépôts de la cathédrale sont également très homogènes (sculptures grès uniquement, 339 pièces), mais se caractérisent par le nombre important des œuvres d’intérêt secondaire pour le grand-public, qui nécessitent une importante réserve lapidaire. Les collections de la Société pour la Conservation des Monuments Historiques d’Alsace, elles-aussi très définies géographiquement et chronologiquement, ont de leur côté amené un élargissement du propos à l’ensemble de la région et plus particulièrement au nord de celle-ci. Elles sont essentiellement constituées d’œuvres provenant de monuments ou de maisons démolis ou modifiés (éléments d’architecture, sculptures, vitraux), et ont également été complétées par des acquisitions (mobilier, orfèvrerie régionale…). Si les collections de sculptures sont majoritaires, les œuvres majeures sont assez bien réparties entre les différents types de supports, proposant un parcours équilibré.

Atouts majeurs

Le musée de l’OEuvre Notre-Dame est l’un des rares musées européens entièrement dévolu aux arts du Moyen Age et de la Renaissance et l’un des plus remarquables par l’homogénéité de ses collections. Témoignage de l’importance du foyer artistique strasbourgeois à la confluence des mondes latin et germanique, il mêle les différents arts en un parcours d’ambiance, depuis l’époque romane jusqu’au 17ème siècle.

Thèmes des collections (détail)

Arts décoratifs : Mobilier, Orfèvrerie (Objets d'art), Textiles (Tapisseries), Verrerie (Vitraux), Beaux-Arts : Dessin (Non exposés), Estampe et Affiche (Non exposé), Peinture, Sculpture

Artistes phares

Atelier du transept sud et des portails ouest de la cathédrale (XIIIe siècle), Nicolas de Leyde, sculpteur (à Strasbourg en 1463 - 1467), Nicolas de Haguenau, Johan von Ach (Jean d'Aix), Conrad Witz, peintre bâlois (XVe siècle), Hans Baldung-Grien, artiste strasbourgeois (1520 à 1540), Sébastien Stoskopff, peintre de natures mortes (1597 - 1657)

Personnages phares

Le musée de l’OEuvre Notre-Dame est véritablement le « grand-oeuvre » de Hans Haug, témoin de son goût et de sa sensibilité artistique particulière. Il lui a consacré une partie de sa vie et de son énergie et a appliqué là une démarche singulière et d’une grande cohérence. Le principe adopté est celui d’une muséographie d’ambiance, ménageant au fur et à mesure du parcours des effets de surprise par la création d’atmosphères variées. On passe ainsi de la très vaste salle du jubé, dont les volumes évoquent une chapelle, à l’intimité des salles 1400, dont le revêtement de boiseries évoque des espaces privés, de l’obscurité des salles de vitraux à la luminosité des cours extérieures ou du jardinet. À la fois « documents chronologiques et cadre d’époque », les bâtiments anciens, complétés d’éléments rapportés soigneusement choisis et parfois augmentés de reconstitutions de parties de monuments, lui permettent d’accorder chronologiquement les collections et leur cadre selon un principe de « muséographie totale ». Il s’agit également en mêlant les supports de favoriser les dialogues entre œuvres de tous les domaines artistiques et de susciter ainsi les comparaisons. Il convient enfin de privilégier le contact esthétique entre l’oeuvre et le visiteur en évitant le plus possible l’utilisation de vitrines. Haug se situe dans une tradition muséographique qui privilégie la sensation et la mise en scène, dans la filiation des musées d’ambiance tels que le musée de Cluny à Paris, le musée national bavarois à Munich ou celui des Cloisters à New York. Son approche sensible, mêlant les techniques artistiques, reste d’une grande actualité et se voit actuellement adoptée par de grands musées en rénovation tel le musée des Beaux-Arts de Dijon. Afin de sensibiliser le public à l’originalité de cette démarche, douze fiches de salles mises en place à l’occasion de l’exposition Hans Haug (2009-2010) rendent compte de l'histoire de la création du musée et de ces principes muséographiques.

Intérêt architectural

Maisons gothique et Renaissance de la Fondation de l'Oeuvre Notre-Dame

Protection bâtiment

Classement au titre des Monuments Historiques (en partie)

Protection espace

Aux abords d'un monument historique

Musée de l'Oeuvre Notre-Dame