Phare de Pointe-Plate

Désignation

Dénomination de l'édifice

Phare

Titre courant

Phare de Pointe-Plate

Localisation

Localisation

Saint-Pierre-et-Miquelon ; Saint-Pierre-et-Miquelon (975) ; Miquelon-Langlade

Références cadastrales

BX 01

Historique

Siècle de la campagne principale de construction

4e quart 19e siècle, 2e quart 20e siècle

Année(s) de(s) campagne(s) de construction

1899

Auteur de l'édifice

Thélot F. (entrepreneur)

Description historique

En 1894, le phare est démoli par un incendie. Un feu provisoire est mis en place et la sirène renforcée jusqu'à la mise en service d'un nouveau phare en 1899. La construction en a été confiée à l'entrepreneur Thélot. L'ouvrage est constitué d'un fût cylindrique maintenu par quatre jambes de force en tôle. Au sommet de la colonne, une structure tubulaire bordée d'une petite coursive circulaire, abritait la chambre de veille et la lanterne. En 1928, pour le protéger de la corrosion, le phare est recouvert d'une chemise de béton. En 1954, des travaux s'attachent à l'électrification du bâtiment, à la construction d'un réservoir de 40 m3 et à l'assainissement du site. Avec celui de Cap Blanc, ce phare est le plus ancien et le plus important des phares subsistants, construits pour l'éclairage des côtes des colonies françaises.

Protection et label

Nature de la protection de l'édifice

Classé MH

Date et niveau de protection de l'édifice

2012/10/29 : classé MH

Précision sur la protection de l'édifice

Le phare en totalité (cad. BX 01) : classement par arrêté du 29 octobre 2012

Nature de l'acte de protection

Arrêté

Statut juridique

Statut juridique du propriétaire

Propriété de l'Etat

Affectataire de l'édifice

Ministère chargé de l'écologie, du développement durable et de l'énergie

Références documentaires

Date de rédaction de la notice

2012

Cadre de l'étude

Recensement immeubles MH

Typologie du dossier

Dossier de protection