Grange de la ferme d'Hérivaux

Désignation

Dénomination de l'édifice

Grange aux dîmes

Titre courant

Grange de la ferme d'Hérivaux

Localisation

Localisation

Île-de-France ; Val-d'Oise (95) ; Luzarches

Références cadastrales

E 38

Milieu d'implantation pour le domaine Inventaire

En écart

Historique

Siècle de la campagne principale de construction

4e quart 12e siècle

Siècle de campagne secondaire de consctruction

1er quart 13e siècle

Description historique

La grange dimière de la ferme d'Hérivaux est située aux abords immédiats de l'ancienne abbaye d'Hérivaux (ISMH 2/11/26). Un ermitage fut fondé en ce lieu en 1130, par Ascelin, seigneur de Marly-la-ville. Il fut érigé en abbaye en 1160 par Maurice de Sully, évêque de Paris, qui donna aux religieux la règle des chanoines de Saint-Augustin. La communauté fut alors rattachée à l'abbaye Saint-Victor dont elle dépendra jusqu'en 1234. En 1188, une bulle du pape Clément III confirme l'existence de l'abbaye. Selon l'abbé Lebeuf, c'est durant cette période (1180-1234) que l'abbaye reçoit la majeure partie des donations qui constitueront son domaine. Le temporel de l'abbaye n'ayant jamais été étudié il est difficile d'en évaluer l'étendue. Cependant, la grange dont la présence est attestée dès 1187 était proportionnée à l'activité agricole du domaine. A titre de comparaison, la grange cistercienne voisine de Vaulerent correspondait à une exploitation de 380 ha. La grange d'Hérivaux est composée de trois vaisseaux de cinq travées, délimités par une double file de hautes arcades en arc brisé ; les ouvertures ne se trouvent pas sur les murs pignons comme c'est le cas pour les granges céréalières mais dans l'axe médian des murs gouttereaux, ce qui l'apparente aux granges destinées à l'élevage, dites agro-pastorales. Dans les bas-côtés des murs diaphragmes destinés à conforter les grandes arcades délimitent des petites pièces dont l'utilisation en étables est mentionnée dans un texte de 1714. Toutefois l'exposition nord-sud du bâtiment correspond à celui des granges céréalières ; on peut donc penser que son utilisation dès l'origine était diversifiée. Les bâtiments de la ferme construits autour de la grange, plusieurs fois incendiés, ne sont pas antérieurs à la fin du 18e siècle. A la révolution, la ferme fut dissociée de l'abbaye et vendue en lot séparé comme bien national.

Protection

Nature de la protection de l'édifice

Inscrit MH

Date et niveau de protection de l'édifice

1998/01/07 : inscrit MH

Précision sur la protection de l'édifice

Grange, en totalité (cad. E 38) : inscription par arrêté du 7 janvier 1998

Nature de l'acte de protection

Arrêté

Typologie de la zone de protection

Site classé

Intérêt de l'édifice

À signaler

Statut juridique

Statut juridique du propriétaire

Propriété d'une société privée

Références documentaires

Date de l'enquête ou du dernier récolement

1998

Date de rédaction de la notice

1998

Cadre de l'étude

Recensement immeubles MH

Typologie du dossier

Dossier de protection