Ancien couvent de la Congrégation Notre-Dame, puis ancien tribunal

Désignation

Dénomination de l'édifice

Couvent, tribunal

Titre courant

Ancien couvent de la Congrégation Notre-Dame, puis ancien tribunal

Localisation

Localisation

Grand Est 88 Neufchâteau

Précision sur la localisation

Anciennement région de : Lorraine

Adresse de l'édifice

Jeanne-d'Arc (place) 26

Références cadastrales

AH 508

Historique

Siècle de la campagne principale de construction

2e moitié 17e siècle, 1ère moitié 19e siècle

Description historique

A partir de 1639, les religieuses de l'ordre de la Congrégation Notre-Dame quittent Epinal pour Neufchâteau. Après une installation provisoire dans plusieurs maisons, la fondation de leur établissement est confirmée en 1645 par lettres patentes du duc Charles IV. Le transfert du couvent sur l'emplacement actuel a vraisemblablement lieu dès la fin du 17e siècle mais la chapelle et, sans doute, l'ensemble conventuel, n'ont été construits qu'entre 1760 et 1762. A la Révolution, le couvent est vendu comme bien national et a subi de nombreuses transformations. En 1792, il accueille la gendarmerie. L'année 1798 marque le début de la vocation judiciaire de l'édifice. Entre 1801 et 1802, sur les plans de l'architecte Abel Mathey, le corps de bâtiment de l'église est réaménagé en tribunal. De cette campagne date la subdivision du volume unique de l'église en deux niveaux. Sous la Restauration ont lieu plusieurs campagnes de travaux liées à l'extension de la gendarmerie (1821, 1823). En 1829, l'aile ouest est aménagée en théâtre par l'architecte Claude Christophe Corroy. Ce dernier fera l'objet d'une reconstruction complète entre 1891 et 1892 sur les plans de l'architecte Grandidier. L'emprise du couvent forme une sorte de U dont une des barres, côté place, se développe tout le long de la voie. Le couvent s'articule autour du corps de bâtiment principal qui comprenait, à l'origine, le volume unique de l'église. Celui-ci se distingue par un traitement architectural monumental côté rue. La façade est rythmée par un ordre colossal de pilastres doriques qui supportent la corniche. La porte principale est flanquée de pilastres ioniques et coiffée d'un fronton cintré dont le tympan porte des motifs de laurier et de palme. Les intérieurs conservent de nombreux éléments d'origine. La salle de tribunal, aménagée dans l'ancienne nef de l'église, présente un volume orné de stucs à motifs végétaux. Les anciennes stalles en chêne du 18e siècle ont été réutilisées comme mobilier pour la salle d'audience. Le choeur hémicyclique a été transformé en bureau pour le juge. La pièce est scandée de pilastres jumelés et, dans ses parties hautes, rehaussée d'un décor rocaille.

Protection

Nature de la protection de l'édifice

Inscrit MH

Date et niveau de protection de l'édifice

2012/05/15 : inscrit MH

Précision sur la protection de l'édifice

L'ancien couvent (cad. AH, cf plan annexé à l'arrêté) : inscription par arrêté du 15 mai 2012

Nature de l'acte de protection

Arrêté

Statut juridique

Statut juridique du propriétaire

Propriété de la commune

Références documentaires

Date de rédaction de la notice

2012

Cadre de l'étude

Recensement immeubles MH

Typologie du dossier

Dossier de protection