Château de Longues-Aygues

Désignation

Dénomination de l'édifice

Château

Titre courant

Château de Longues-Aygues

Localisation

Localisation

Occitanie ; Tarn-et-Garonne (82) ; Nègrepelisse ; 1155 route de Vaïssac

Précision sur la localisation

Anciennement région de : Midi-Pyrénées

Adresse de l'édifice

Vaïssac (route de) 1155

Références cadastrales

2019 ZL 30, 178, 179

Historique

Siècle de la campagne principale de construction

1er quart du 20e siècle

Année(s) de(s) campagne(s) de construction

1904

Description historique

"Joseph Vaïsse-Cibiel (1859-1891), avocat et conseiller général de Monclar-de-Quercy, épouse en 1887 Henriette Mignard (1867-1948). Après son décès, sa veuve hérite du domaine familial situé à Nègrepelisse, comprenant plusieurs centaines d'hectares, et fait appel en 1904 à Germain Olivier pour transformer la maison de maître. Le château de Longues-Aygues est l'une des premières réalisations de Germain Olivier, tout juste diplômé. Après des premiers projets de reprise a minima de la construction existante, le choix est finalement fait de remanier totalement la propriété par la création de deux ailes de part et d'autre de l'ancien corps de bâtiment dont la distribution est complètement repensée. En 1962, la propriété est mise en vente. Le château et une partie du parc sont rachetés par André Marie qui y installe le premier établissement de postcure psychiatrique de France, ouvert en 1964. Entre 1967 et 1968, le bâtiment est agrandi, puis une nouvelle extension, reliée au château par une galerie souterraine, est réalisée en 1997."

Description

Commentaire descriptif de l'édifice

"Le château présente un corps central à trois niveaux encadré par deux tours carrées couvertes en pavillon, et flanqué de part et d'autre de deux ailes en exèdre à un seul niveau, couvertes de terrasses. Le décor des façades joue sur la polychromie des matériaux : emploi de la brique pour les chaînages et les encadrements de baies, frises, tuiles et balustres en terre cuite vernissée, frise en sgraffite sur les deux tours, épis de faîtage en zinc. Sur la façade nord-est, à l'entrée du château, la verrière du jardin d'hiver a été remplacée par un sas d'entrée couvert en terrasse, prolongé d'un auvent et d'un perron en béton. La distribution intérieure a été conservée, hormis dans la partie sud du rez-de-chaussée où les espaces ont été recloisonnés pour répondre aux fonctions médicales de l'établissement. La majorité des pièces du rez-de-chaussée a conservé ses volumes, ses décors et, en grande partie, son mobilier, ainsi que l'attestent des photographies anciennes (l'ameublement de l'étage est postérieur au rachat de la propriété). Le parc s'étend aujourd'hui sur 6 hectares, mais, avant le rachat de la propriété dans les années 1960, se prolongeait au nord-est. Aucun document d'archive le concernant n'a été conservé, toutefois sa composition classique ainsi que les essences employées, courantes, laissent penser que Mme Vaïsse-Cibiel a fait appel pour sa conception à un paysagiste ou un pépiniériste local, qui a repris les modèles alors à la mode. À l'est du parc se trouve un terrain de tennis, présent dès l'origine, auquel un boulodrome a été adjoint ; une piscine et une salle de sport ont également été aménagés dans le parc."

Protection et label

Nature de la protection de l'édifice

Inscrit MH

Date et niveau de protection de l'édifice

2019/10/30 : inscrit MH

Précision sur la protection de l'édifice

Le château de Longues-Aygues et son parc, en totalité, à l'exclusion des extensions et des aménagements sportifs contemporains, sis 1155 route de Vaïssac, tel que délimité en rouge sur le plan annexé à l'arrêté (cad. ZL 30, 178, 179) : inscription par arrêté du 30 octobre 2019

Nature de l'acte de protection

Arrêté

Intérêt de l'édifice

À signaler

Statut juridique

Statut juridique du propriétaire

Propriété privée

Références documentaires

Cadre de l'étude

Recensement immeubles MH

Typologie du dossier

Dossier de protection