Château d'Hugémont

Désignation

Dénomination de l'édifice

Château

Titre courant

Château d'Hugémont

Localisation

Localisation

Hauts-de-France ; Nord (59) ; Dompierre-sur-Helpe ; chemin d'Hugémont

Précision sur la localisation

Anciennement région de : Nord-Pas-de-Calais

Adresse de l'édifice

Hugémont (chemin d')

Références cadastrales

A 378, 379, 401 à 404, 407, 413, 416, 561, 562a, 562b, 563, 564, 746 à 752, 754

Historique

Siècle de la campagne principale de construction

4e quart 17e siècle, 18e siècle, 19e siècle

Description historique

L'origine de la ferme remonterait au 15e siècle. En 1602, le comte de Berlaimont vend une maison de cense à J. d'Anneux. En 1643, la guerre ravage la région. En 1659, le traité des Pyrénées intègre la région d'Avesnes au royaume de France. En 1674, le terrain est vendu à Nicolas de Préseau, récemment anobli. Il cumule les fonctions de greffier du magistrat, contrôleur des Fortifications et prévôt de la terre d'Avesnes. Il entreprend la construction du château, achevé en 1714. Les jardins sont aménagés vers 1760, au sud. La ferme est agrandie durant la deuxième moitié du 18e siècle. On ajoute alors un certain nombre de bâtiments : les premières écuries au sud, datant de 1742 environ, détruites, les haras qui ferment toujours l'actuelle cour de ferme, construits vers 1769 par Jacques-Marguerite de Préseau (1731-1800) , inspecteur général de la Maréchaussée et maître de cavalerie. En 1764, le château fait l'objet d'un premier remaniement, puis vers 1860, Jules de Colnet, maire de Dompierre et conseiller général le remet au goût du jour. En 1898, la tour sud-est est détruite dans un incendie. En 1895, le château passe par mariage à la famille De Chambure à qui il appartient toujours et qui exploite les terres. On accède aux bâtiments agricoles par une allée de platanes. La grande cour de ferme est entourée de multiples bâtiments : au nord-ouest se trouve la bâtisse la plus ancienne (du 16e siècle ?) en pierre grossièrement taillée, de 40 mètres de long, à deux niveaux d'élévation ; vers le nord sont disposées deux habitations privées, récemment restaurées ; vers le sud se trouve une ruine. Les côtés nord et sud de la cour sont fermés par les larges et hauts bâtiments des anciens haras, construits en gros moellons de pierre et chaînes d'angles en pierre taillée, couverts d'ardoises, à la large charpente en bon état. En face, les écuries présentent deux niveaux, de multiples ouvertures murées, quelques boxes au sol pavé. Vers le nord se trouvent une porcherie et un pigeonnier. A l'ouest, une grange, agrandie vers 1769, au volume interne imposant et à la charpente d'origine remarquable, comporte une façade pignon. Le château consiste en une grande demeure rurale, de plan rectangulaire, cantonnée de quatre pavillons carrés plus élevés que le corps principal. La façade sud donne sur le jardin et domine le parc à l'ouest. L'édifice montre des chaînages d'angles, des entourages de baies et des cordons en briques et pierres en harpe, et une maçonnerie en moellons de pierre grise. Le parc constitue un vaste ensemble paysager remarquable, avec trois étangs (à l'origine, des viviers) sur un hectare, une source au nord-est formalisée par une fontaine monumentale en pierre bleue avec exèdres, escalier et terrasse, datant vraisemblablement du milieu du 18e siècle. Les étangs alimentaient un moulin en contrebas qui existe toujours en amont de la rivière. On trouve également une glacière en pierre effondrée et deux petits ponts. Au sud, l'ancien jardin à la française a été remplacé par une pelouse à l'anglaise, probablement vers 1860 : cette partie est séparée des étangs par un mur de soubassement en pierre, surmonté de vases. La grande allée et l'allée de tilleuls ont été récemment reboisées. Le mur de clôture est en moellons de pierre bleue appareillés. Le grand portail au nord-est est encadré de deux pavillons abandonnés.

Protection

Nature de la protection de l'édifice

Inscrit MH partiellement

Date et niveau de protection de l'édifice

2000/03/13 : inscrit MH

Précision sur la protection de l'édifice

Façades et toitures du château (cad. A 752) ; ensemble des bâtiments agricoles, y compris la charpente de la grange (cad. A 407, 746, 747, 754) ; parc, y compris son mur de clôture, la fontaine et le dispositif hydraulique, les étangs, la glacière, et les allées (cad. A 378, 379, 401 à 404, 561, 562a, 562b, 563, 564, 748 à 751) ; allée du parc (cad. A 413) ; allée de platanes (ancienne drève) menant au château (cad. A 416) : inscription par arrêté du 13 mars 2000

Nature de l'acte de protection

Arrêté

Précisions sur les éléments protégés

Ferme,grange,parc,clôture,fontaine,glacière,allée,étang,élévation

Intérêt de l'édifice

À signaler

Statut juridique

Statut juridique du propriétaire

Propriété privée

Références documentaires

Date de rédaction de la notice

2000

Cadre de l'étude

Recensement immeubles MH

Typologie du dossier

Dossier de protection