Chapelle Notre-Dame de Bonsecours

Désignation

Dénomination de l'édifice

Chapelle

Titre courant

Chapelle Notre-Dame de Bonsecours

Localisation

Localisation

Hauts-de-France ; Nord (59) ; Ecaillon ; rue du Bois

Précision sur la localisation

Anciennement région de : Nord-Pas-de-Calais

Adresse de l'édifice

Bois (rue du)

Références cadastrales

A 281 ; D 629

Milieu d'implantation pour le domaine Inventaire

En village

Historique

Siècle de la campagne principale de construction

3e quart 17e siècle

Année(s) de(s) campagne(s) de construction

1673

Description historique

D'allure modeste, la petite chapelle Notre-Dame de Bon-Secours, datée avec certitude, est d'un intérêt historique indéniable. Le retable qu'elle abrite est l'expression d'un art flamant luxuriant, dont le niveau de réalisation dépasse largement celui de l'art populaire. Inséparable de la chapelle, il accroît l'intérêt artistique de ce site. La chapelle fut érigée en action de grâce en l'an 1673. Elle témoigne de la reconnaissance d'un paroissien, sauvé de la noyade grâce à l'intervention miraculeuse de la Vierge Marie. Par ailleurs, ce vocable évoque celui d'un lieu de pèlerinage situé non loin, de l'autre côté de la frontière, à Bonsecours. Le mobilier et l'aménagement intérieur sont un exemple de l'art de la Contre-Réforme. Le plan est approximativement quadrangulaire, d'un seul niveau d'élévation, avec une abside à trois pans coupés. L'édifice est construit en matériaux de pays : le soubassement d'un mètre environ, en grès, est extrait des carrières de Lewarde, et la partie supérieure est en brique. La façade (4, 5 x 2, 73 mètres) comporte une porte unique ménagée sous un arc en plein-cintre, simplement chanfreiné jusqu'au soubassement. La clef de l'arc porte la date de 1673 ; au-dessus se trouve une petite niche avec un linteau de grès. Le pignon est fait de briques disposées en épis, et le toit est à deux appentis, recouvert de tuiles mécaniques. Sur les côtés, deux oculi éclairaient autrefois l'intérieur (ils sont murés). A l'intérieur est disposé un important retable en bois daté de 1673 (qui accueillait une statue de Vierge à l'Enfant polychrome, déposée à la mairie d'Ecaillon) , consistant en un édicule soutenu par deux colonnes torses, avec guirlandes, fleurs, chapiteaux et angelots de style baroque.

Protection et label

Nature de la protection de l'édifice

Inscrit MH

Date et niveau de protection de l'édifice

1999/12/31 : inscrit MH

Précision sur la protection de l'édifice

Chapelle (cad. A 281) : inscription par arrêté du 31 décembre 1999

Nature de l'acte de protection

Arrêté

Référence aux objets conservés

PM59002761

Intérêt de l'édifice

À signaler

Observations concernant la protection de l'édifice

Objets mobiliers protégés : retable et statue protégés OM.

Statut juridique

Statut juridique du propriétaire

Propriété de la commune

Références documentaires

Date de rédaction de la notice

1999

Cadre de l'étude

Recensement immeubles MH

Typologie du dossier

Dossier de protection