Ancien château du Tertre

Désignation

Dénomination de l'édifice

Château

Destination actuelle de l'édifice

Mairie

Titre courant

Ancien château du Tertre

Localisation

Localisation

Grand Est ; Meuse (55) ; Tronville-en-Barrois ; 7 rue Salvador-Allende ; 1 rue du Bouvret

Précision sur la localisation

Anciennement région de : Lorraine

Adresse de l'édifice

Salvador-Allende (rue) 7 ; Bouvret (rue du) 1

Références cadastrales

AD 106, 107

Milieu d'implantation pour le domaine Inventaire

En village

Historique

Siècle de la campagne principale de construction

2e quart 18e siècle

Année(s) de(s) campagne(s) de construction

1732

Auteur de l'édifice

YARD Louis (peintre)

Description historique

"Au milieu du 18e siècle, Dom Calmet relevait que "le roi (Stanislas) est seul seigneur de la partie qui est du comté de Ligny et M. du Tertre est seigneur de l'autre partie, qui a le titre de baronnie et ci-devant de prévôté, du baillage du Bar (...). Le roi et M. du Tertre y ont chacun un château". Conseiller et avocat général à la Chambre des Comptes de Bar, François Vyart devint conseiller d'Etat et procureur général à Bar. C'est à ces titres que, les 26 et 27 décembre 1721, le duc Léopold érigea en sa faveur Tronville en Baronnie. Parmi ses enfants, Thérèse épousa vers 1720 Charles du Tertre, conseiller au Parlement de Metz (1693-1747). C'est certainement à l'initiative de Charles du Tertre, alors âgé de 39 ans que fut élevé, en 1732 (date porté au fronton) le château actuel. Thérèse Vyart lui survécut de longues années, puisqu'elle décéda en 1782. De leur fils Antoine-Louis, disparu en 1789, le château passa à Jean-Baptiste-Nicolas-Louis du Tertre, émigré en 1790 pour décéder à Port-au-Prince en 1796. Vendu comme Bien National en 1795, le château fut racheté le 20 février 1859 par la commune qui en fit un presbytère, puis une perception, jusqu'à ce que la mairie s'y installe enfin, le 2 novembre 1983. Précédé par une cour longtemps bordée d'une entrée monumentale dont subsiste un pavillon, le château est un corps rectangulaire d'un niveau unique, couvert d'une haute toiture d'ardoises à croupes. Sa façade principale, au nord-est, est construite en pierre de taille que percent quatre hautes fenêtres au linteau en arc segmentaire, encadrant un avant-corps central à fronton triangulaire de trois baies en plein cintre, que précède un escalier à deux volées latérales. L'ordre toscan des pilastres, soutenant un entablement bombé, les agrafes en mascaron à têtes féminines des baies et la date "1732" en petits chiffres espacés agrémentent cette noble façade. Les autres façades, en moëllons crépis, sont plus sobrement traîtées. Au nord-ouest, sur cour, un corps de dépendances de deux niveaux de fenêtres rectangulaires prolonge le logis. En ce qui concerne les intérieurs, trois pièces ont conservé leur caractère, représentant les deux tiers de la superficie du rez-de-chaussée : - le vestibule central, avec son dallage blanc à bouchons noirs, ses lambris et son plafond décorés de neuf panneaux peints, oeuvre du peintre Louis Yard. - le salon lambrissé contigu, avec sa cheminée et son grand panneau peint, oeuvre du même artiste. - la salle-à-manger, lambrissée de panneaux rectangulaires, avec sa cheminée du début du 19e siècle. Les dix toiles, ainsi qu'une fontaine en faïence armoriée ont été classées au titre des objets le 28 mars 1980."

Description

Technique du décor des immeubles par nature

Sculpture, menuiserie, peinture

Protection

Nature de la protection de l'édifice

Inscrit MH partiellement

Date et niveau de protection de l'édifice

1998/04/07 : inscrit MH

Précision sur la protection de l'édifice

Ancien château en totalité, ainsi que les façades et les toitures de ses dépendances (cad. AD 106, 107) : inscription par arrêté du 7 avril 1998

Nature de l'acte de protection

Arrêté

Intérêt de l'édifice

À signaler

Observations concernant la protection de l'édifice

Objets mobiliers protégés : ensemble de 9 toiles représentant des arts et des scènes mythologiques (salon d'honneur) et une toile représentant le défunt Baron Viard en cuisinier et sa femme en soubrette (ancienne salle à manger) , toiles signées Louis Yard, 18e s. (1731-1732) classé OM 28 03 1980 ; fontaine aux armes de Charles du Tertre et de Thérèse Vyart, faïence de Nevers, 18e s. classée OM 28 03 1980.

Statut juridique

Statut juridique du propriétaire

Propriété de la commune

Références documentaires

Date de l'enquête ou du dernier récolement

1998

Date de rédaction de la notice

1998

Cadre de l'étude

Recensement immeubles MH

Typologie du dossier

Dossier de protection