Ancienne commanderie d'Hospitaliers de Saint-Jean-de-Jérusalem

Désignation

Dénomination de l'édifice

Commanderie

Titre courant

Ancienne commanderie d'Hospitaliers de Saint-Jean-de-Jérusalem

Localisation

Localisation

Normandie ; Manche (50) ; Villedieu-les-Poêles-Rouffigny ; 3 et 9 rue du Pont Chignon

Adresse de l'édifice

Pont Chignon (rue du) 3, 9

Références cadastrales

2021 000 AI 1, 000 AI 6, 000 AI 7

Historique

Siècle de la campagne principale de construction

15e siècle ; 19e siècle

Auteur de l'édifice

Description historique

Peu avant 1135, Henri 1er Beauclerc, roi d'Angleterre et duc de Normandie, fonde une commanderie des Hospitaliers de Saint-Jean de Jérusalem sur la paroisse de Saultchevreuil. Une « ville neuve », devenue « Villedieu-de-Saultchevreuil », actuellement Villedieu-les-Poêles, est établie sur la terre concédée. Cette fondation bénéficie de l'établissement de marchés avant le milieu du XIIe siècle, de foires, mais également du statut de « bourg », octroyant à ses habitants des privilèges qui permettent le développement rapide de la cité. Si la vocation des autres domaines hospitaliers et templiers de la région est essentiellement agricole, cette commanderie tire ses bénéfices d'un moulin, de fours banaux, de droits de justice et redevances, revenus destinés à financer l'activité des chevaliers en Orient.

Description

Matériaux du gros-œuvre

Granite ; moellon avec chaînage en pierre de taille de granit ; pierre grossièrement taillées

Matériaux de la couverture

Toit à deux versants ; ardoises

Typologie de plan

Plan rectangulaire avec un rdc, un étage carré et un étage comble.

Typologie du couvrement

Charpente en bois

Commentaire descriptif de l'édifice

Les bâtiments primitifs du manoir seigneurial de l'ancienne commanderie, établis au milieu du XIIe siècle, sont partiellement ruinés pendant la Guerre de Cent ans et reconstruits avant 1457. Leur disposition est connue par des compte-rendu faits par les représentants de l'Ordre dans ses domaines, ainsi que par un plan de la ville dressé en 1740. Le logis du commandeur est accompagné deux bâtiments disposés perpendiculairement côté jardin : les écuries et la chapelle Saint-Blaise. Cette dernière, décrite en 1679 comme un bâtiment inutilisé depuis plusieurs années, puis en 1784 comme étant transformée en grange, est mentionnée comme partiellement ruinée en 1845. Racheté à la Révolution par un édile local, cet ensemble de bâtiments est transformé en habitation. Une seconde maison est construite en 1831 dans l'alignement de l'ancien logis largement remanié, tandis que l'ancienne chapelle est reconstruite et transformée en dépendance avec grenier. Elle conserve néanmoins des éléments pouvant être datés du milieu du XVe siècle ; à l'ouest, les dispositions de la maison du chapelain, constituée d'une pièce à feu au-dessus d'un cellier, semblent homogènes.

État de conservation (normalisé)

Moyen

Protection et label

Nature de la protection de l'édifice

Inscrit MH

Date et niveau de protection de l'édifice

2021/03/11 : inscrit MH

Précision sur la protection de l'édifice

L’assiette foncière de l’ancienne commanderie d’Hospitaliers de Saint-Jean-de-Jérusalem, telle que délimitée sur le plan annexé à l’arrêté, située 3 et 9 rue du Pont Chignon, sur les parcelles n°000 AI 1, 6, 7, figurant au cadastre section 000 AI : inscription par arrêté du 11 mars 2021

Nature de l'acte de protection

I

Intérêt de l'édifice

À signaler

Statut juridique

Statut juridique du propriétaire

Propriété de la commune

Références documentaires

Cadre de l'étude

recensement immeubles MH

Typologie du dossier

Dossier de protection

1/16