Monument aux morts

Désignation

Dénomination de l'édifice

Monument aux morts

Titre courant

Monument aux morts

Localisation

Localisation

Auvergne-Rhône-Alpes ; Haute-Loire (43) ; Fix-Saint-Geneys ; place de la mairie

Précision sur la localisation

Anciennement région de : Auvergne

Adresse de l'édifice

Mairie (place de la)

Références cadastrales

2019 B 1327

Historique

Siècle de la campagne principale de construction

1ère moitié 20e siècle

Année(s) de(s) campagne(s) de construction

1926, 1927

Description historique

L’origine de ce monument aux morts, au milieu des années vingt, constitue un véritable feuilleton qui oppose le maire aux membres du conseil municipal. En 1923, les membres du conseil municipal soutiennent un projet de monument en pierre de Volvic, proposé par un marbrier de Brioude. Jugeant que le monument « n’est pas du tout convenable pour Fix » et que ses matériaux ne sont pas adaptés au rude climat local, le maire s’y oppose fermement. Pour le même prix, il souhaite faire l’acquisition sur catalogue d’une statue de poilu en « bronze véritable ». Désavoué par la majorité, il décide de ne pas exécuter la décision votée : la conduite du projet est alors confiée à un membre du conseil municipal, qui s’empresse de passer commande à l’entreprise brivadoise, avant même l’approbation du projet par le préfet. De fait, la commission départementale rend un « avis complètement défavorable » à ce monument, dont le dessin lui semble « sans conception et sans aucune unité ». Sans davantage obtenir l’approbation du préfet, le maire traite alors avec une entreprise de Castelnaudary, qui fait livrer une statue de poilu en 1924, qui ne sera jamais érigée non plus. C’est la municipalité suivante qui parvient à s’accorder sur un projet, validé par le préfet, qui est enfin réalisé au cours de l’année 1926 : ce monument, plus ambitieux que les deux projets avortés, est dessiné par Auguste Roux, architecte du département. Dans un enclos en fer forgé, deux bosquets servent d’écrin à une grande figure féminine vêtue à l’antique, œuvre du sculpteur drômois Gaston Dintrat dans laquelle on reconnaît volontiers une personnification de la Patrie. Ses formes puissantes et stylisées évoquent à la fois l’aura mystérieuse du symbolisme et la géométrie du style Art déco. Ses bras déployés sur les stèles funéraires semblent faire écho à l’iconographie de la Vierge de miséricorde de l’art médiéval. L’année suivante, l’entourage du monument est agrandi par la construction d’un enclos maçonné surmonté d’un grillage et délimité aux angles par des obus. Le jardinet ainsi constitué à l’arrière de la sculpture abrite, depuis une date inconnue, deux canons Krupp, modèle 1904 (datés respectivement de 1907 et 1917), pièces d’artillerie allemandes réputées pour leur précision, leur portée et leur cadence de tir. Elles contribuent à faire du monument de Fix-Saint-Geneys une véritable composition d’ensemble, mêlant pierre, métal et végétal. Bibliographie : Pierre Taillefer, « Fix-Saint-Geneys », in La Protection des monuments aux morts de la Première Guerre mondiale, Coll. Patrimoines en Auvergne-Rhône-Alpes, DRAC Auvergne-Rhône-Alpes, 2019, p. 52-53 ; Georges Michel, Mémoire de la Grande Guerre : Les monuments aux morts et les victimes de 14-18 en Haute-Loire, Le Puy-en-Velay, Editions de la Société académique du Puy-en-Velay et de la Haute-Loire, 2008, p. 66-67 ; Archives départementales de la Haute-Loire, 95 O 4-2.

Description

Protection

Nature de la protection de l'édifice

Inscrit MH

Date et niveau de protection de l'édifice

2019/04/10 : inscrit MH

Précision sur la protection de l'édifice

Le monument aux morts, en totalité, y compris son enclos et ses canons (cad. B 1327) : inscription par arrêté du 10 avril 2019

Nature de l'acte de protection

Arrêté

Intérêt de l'édifice

À signaler

Statut juridique

Statut juridique du propriétaire

Propriété de la commune

Références documentaires

Cadre de l'étude

Recensement immeubles MH

Typologie du dossier

Dossier de protection

1/6
Monument aux morts, vue partielle
Monument aux morts, vue partielle
© Ministère de la Culture (France), Direction Régionale des Affaires Culturelles d’Auvergne-Rhône-Alpes, Diffusion RMN-GP
Voir la notice image