Eglise paroissiale Saint-André (anciennement église Notre-Dame)

Désignation

Dénomination de l'édifice

Église paroissiale

Titre courant

Eglise paroissiale Saint-André (anciennement église Notre-Dame)

Localisation

Localisation

Centre-Val de Loire ; Indre-et-Loire (37) ; Villaines-les-Rochers ; rue de l'Eglise

Précision sur la localisation

Anciennement région de : Centre

Lieu-dit

Le Bourg

Adresse de l'édifice

Eglise (rue de l')

Références cadastrales

2000 C 54, 55

Milieu d'implantation pour le domaine Inventaire

En village

Historique

Siècle de la campagne principale de construction

12e siècle ; 3e quart 19e siècle

Année(s) de(s) campagne(s) de construction

1859

PV004461

Description historique

L'église paroissiale Saint-André de Villaines-les-Rochers, dans le canton d'Azay-le-Rideau (Indre-et-Loire) est un édifice singulier à double titre. Il offre l'étonnante particularité d'être composé de deux édifices imbriqués, l'un médiéval, l'autre du 19e siècle. En 1859, l'architecte diocésain Gustave Guérin fut le maître d'oeuvre de l'agrandissement de l'église, souhaité par le curé de la paroisse, l'abbé Chicoisne. Par souci d'économie, mais aussi en raison de l'ancienneté de ce prieuré dépendant de l'abbaye de Cormery, une nef prolongée par un choeur, de style néo-roman, furent élevés perpendiculairement au vaisseau de l'église romane, dans le sens nord-sud, de telle sorte que les parties conservées de celle-ci (nef, choeur et abside) formèrent le transept de la nouvelle église. D'autre part, la conception du décor peint, préféré à un décor sculpté, fut confié à Louis-Marie-Charles de Bodin, comte de Galembert, archéologue érudit, ardent défenseur du patrimoine médiéval de la Touraine et fondateur de la Société de Saint-Grégoire, petite confrérie dont la vocation était de contribuer au renouveau de la foi en décorant les édifices religieux de peintures murales. L'une des originalités techniques de cette société était l'utilisation du silicate de potasse mêlé à la couleur. L'église de Villaines devait être pour le comte de Galembert une église-témoin, elle devait être à la fois le bon exemple pratique d'un système complet de décoration peu dispendieux et constituer le terrain d'expérimentation de son nouveau procédé. La décoration, commencée en 1859, fut réalisée par fractions et terminée en 1870. La fausse-voûte et les motifs ornementaux des murs furent exécutés tout de suite, mais des encadrements vides furent réservés pour des figures ou des scènes historiées. Les compositions dont les sujets avaient été arrêtés par avance pour ne pas compromettre l'unité de l'oeuvre, ne furent réalisées qu'au fur et à mesure des dons. Des vitraux de la manufacture Lobin, à Tours, accompagnaient le décor. Le programme didactique et pédagogique de Galembert, véritable catéchisme en image, s'inscrit dans le mouvement de restauration doctrinale qui, sous le pontificat de Pie IX, réaffirme les croyances essentielles de l'église catholique. Représentant de l'optimisme chrétien, mouvement à contre-courant en ces années 1860, Galembert exprime en particulier la foi en un Christ source de vie. Par la simplicité de l'ordonnance, la sobriété, la retenue des gestes des personnages au nombre réduit, l'égalité de la lumière, l'atténuation du modelé, l'accusé des contours, la gamme de teintes claires et douces, traitées en aplat, par l'application d'un nouveau procédé et le choix d'un décor qui respecte l'architecture, les peintures nazaréennes du comte de Galembert participent au renouveau de la peinture monumentale. Parmi la dizaine de réalisations du comte de Galembert en région Centre, les peintures de l'église de Villaines-les-Rochers et de l'église Saint-Rémy d'Auneau (Eure-et-Loir) , sont les deux plus significatives : d'une part, il a pu concevoir un programme complet, d'autre part, il les considérait lui-même comme ses plus importantes peintures. A Rivière (Indre-et-Loire) , le comte de Galembert a restauré les peintures médiévales et complété le décor.

Description

Technique du décor des immeubles par nature

Peinture ; vitrail

Protection et label

Nature de la protection de l'édifice

Classé MH

Date et niveau de protection de l'édifice

2002/11/07 : classé MH

Précision sur la protection de l'édifice

L'église en totalité (cad. C 54, 55) : classement par arrêté du 7 novembre 2002

Nature de l'acte de protection

Arrêté

Intérêt de l'édifice

À signaler

Observations concernant la protection de l'édifice

Inscription 05 03 2001 (église) (arrêté) annulée.

Statut juridique

Statut juridique du propriétaire

Propriété de la commune

Références documentaires

Date de rédaction de la notice

2001

Cadre de l'étude

Recensement immeubles MH

Typologie du dossier

Dossier de protection

1/2